16 jan 2014

EDF – Abu Dhabi Branch Office

LED, tubes fluo à ballast électronique, lampes aux iodures métalliques… boosté par l’arrivée de nouvelles technologies, l’éclairage concentre un triple enjeu pour l’entreprise : économie d’énergie, confort visuel et approche durable. Bernard Larrieu, expert lumière EDF explique comment ces luminaires innovants permettent de gagner en compétitivité.

En quoi l’éclairage peut-il être source d’optimisation pour l’entreprise ?

Dans l’industrie, les sources d’améliorations et d’économies sont multiples. Entre installations vétustes, locaux sur-éclairés malgré la présence de lumière naturelle ou locaux éclairés en permanence malgré une utilisation par intermittence, les domaines d’optimisation sont nombreux. Mais point très pénalisant et coûteux pour l’entreprise, la qualité de production est parfois dégradée lorsque la fabrication ou le contrôle sont réalisés dans des environnements trop sombres, De même, faute d’un éclairage suffisant, c’est la sécurité des salariés qui est en jeu entraînant des risques d’accidents ou de pertes de productivité. En effet, une maintenance curative trop approximative est synonyme de dégradation du confort visuel.

Quelles sont les technologies les plus performantes ?

Actuellement, on recense trois technologies. On parle évidemment beaucoup des LED
qui permettent d’augmenter la durée de vie du luminaire jusqu’à 40 000 heures. Une usine en 3 x 8 peut ainsi fonctionner 4 à 5 ans sans changer de lampes, contrairement aux 18 mois habituels. Malgré un niveau de maturité technique variable suivant les secteurs, l’évolution prochaine de la technologie LED s’annonce très prometteuse en matière de niveaux d’éclairement et de coûts d’exploitation/maintenance. En attendant, des solutions comme les tubes fluorescents à ballast électronique (T5 ou T8 ) ont des ressources multiples. Très aboutie, cette technologie permet d’introduire un pilotage et une gradation automatique en fonction de la lumière naturelle et de générer jusqu’à 70 % d’économie par rapport à une installation vétuste. Troisième voie, les lampes aux iodures métalliques particulièrement adaptées pour éclairer les halls industriels. D’un excellent rapport lumen/watt, elles procurent une lumière blanche très agréable.

Comment les experts EDF accompagnent-ils les entreprises dans ce domaine ?

Nous réalisons un état des lieux chez le client avant de lui remettre une proposition d’étude, business plan à la clé. Il a une vision des retours sur investissements intégrant les gains sur la consommation, sur l’abonnement et aussi sur l’optimisation des coûts de maintenance, poste non négligeable. Mais si nous soulignons les économies d’énergie, nous insistons aussi beaucoup sur le nouveau confort visuel et la sécurité apportés aux utilisateurs, facteurs essentiels pour certains employeurs qui veulent envoyer un signal fort à leurs salariés pour contribuer à leur mieux-être au travail.

Quels sont les exemples de réalisations emblématiques ?

En remplaçant la totalité des luminaires de 50 000 m2 de bureaux d’un grand groupe industriel, nous leur avons permis de réaliser 70 % d’économies d’énergie. Nous avons remplacé l’installation existante par des luminaires électroniques asservis à la lumière naturelle et équipés de détecteurs de présence. Nous avons également opté pour des choix de luminaires de rendement plus performant passant de 60 % à 90 %, ce qui nous a permis de supprimer 1 200 luminaires sur 4200 sans perdre en éclairement (isolux). Ces équipements dotés d’un réflecteur argenté de haute qualité concentrent en effet l’essentiel du flux lumineux sur le plan de travail.
Nous avons également conseillé un atelier spécialisé dans la fabrication de capsules aluminium pour bouteilles de vin dont les luminaires étaient allumés 8 h par jour quelle que soit la luminosité extérieure. Il y avait 800 lux même en pleine journée. Mais l’intensité lumineuse est aussi une question d’habitude car malgré les 600 lux fournis par la lumière naturelle (300 suffisent pour travailler sur une machine), éteindre les luminaires créait des levées de  boucliers. Nous avons donc installé des tubes T5 à ballast électronique gradable qui ne s’éteignent pas mais baissent à 10 ou 20 % de leur puissance en cas de forte luminosité extérieure. Ici les économies d’énergie ont atteint 50 % et l’entreprise a également enregistré des gains de productivité grâce à un meilleur contrôle qualité. Toutes ces solutions qui donnent accès aux Certificats d’Economies d’Energie sont essentielles : au plan économique pour diminuer la consommation énergétique, au plan social pour améliorer les conditions de travail et au plan environnemental pour consommer moins de tubes, moins de mercure et remplacer moins souvent le matériel.

Haut de page