07 avr 2016

Gaz Naturel Liquéfié : un premier méthanier fera prochainement son entrée dans le port de Dunkerque

  • ÉQUIPEMENTS PERFORMANTS
Après 5 ans de travaux, c’est d’ici quelques mois que sera mis en exploitation le terminal méthanier de Dunkerque, infrastructure de réception, stockage et regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL) de dimension européenne.


Après Fos Tonkin, Fos Cavaou et Montoir de Bretagne, Dunkerque sera ainsi le 4e site français à accueillir des méthaniers en provenance du monde entier. D’une capacité de regazéification de 13 milliards de m3 par an, le terminal sera relié aux réseaux français et belges de gaz naturel #GazNaturel, une première, et permettra de couvrir environ 20% de la consommation des deux pays. Une infrastructure maritime essentielle pour diversifier les sources d’approvisionnement européennes et limiter les aléas techniques et géopolitiques liés au transport terrestre.

Un chantier industriel hors norme

Pour piloter ce chantier industriel d’envergure, à ce jour le 2e de France par son importance, 4 maîtres d’ouvrage ont associé leurs compétences. L’aménagement de la zone portuaire sur la commune de Loon-Plage, qui pourra accueillir jusqu’à 120 méthaniers par an, a ainsi été réalisé par le Grand Port Maritime de Dunkerque, avec le creusement de la darse et la construction d’une plateforme de 56 ha (dont 20 ha pris sur l’avant-port ouest) destinée aux installations industrielles. Le chantier du terminal, qui comprend les installations de déchargement du GNL, les 3 gigantesques réservoirs de 190 000 m3 chacun et enfin la station de regazéification, a été porté par Dunkerque LNG, filiale du Groupe EDF @DunkerqueLNG (dans laquelle l’opérateur gazier belge Fluxys et Total @Total ont également des participations). Enfin, les infrastructures de connexion aux réseaux de gaz naturel ont été prises en charges par les opérateurs de transport GRTGaz @GRTgaz pour la France et Fluxys pour la Belgique.

Un équipement structurant pour la région

Outre les nombreuses retombées du chantier en lui-même, le terminal méthanier en exploitation devrait permettre une augmentation du trafic portuaire d’environ 7%. Sont également attendues d’importantes recettes fiscales pour les collectivités territoriales, la création de 58 emplois directs, d’une centaine d’emplois indirects, et la mise en oeuvre d’activités économiques nouvelles autour de la filière « froid », destinées à valoriser la très basse température du #gaz stocké sur le site.


Le cycle du GNL

Tout commence sur la zone de gisement du gaz naturel, où celui-ci est refroidi à -160°, de manière à occuper un volume 600 fois plus faible que sous sa forme gazeuse. Ainsi liquéfié, le gaz est ensuite transporté par méthaniers, les plus gros ayant une capacité de 270 000 m3. Une fois arrivé à destination, le gaz est déchargé puis stocké à pression atmosphérique dans de gigantesques réservoirs, toujours sous forme liquide. Le stockage sur le terminal permet d'assurer la continuité de l'émission du gaz, alors que l'arrivée des méthaniers est, par nature, discontinue. Enfin, avant d’être injecté sous pression sur les réseaux de transport, le GNL est réchauffé pour retrouver sa forme gazeuse. Démarche originale et bas carbone, la regazéification du GNL stocké à Dunkerque se fera au moyen d’une partie des eaux tièdes rejetées par la toute proche centrale nucléaire de Gravelines @EDFGravelines, acheminées via un tunnel de 5 km de long passant sous l’avant-port ouest de Dunkerque.
Haut de page