15 avr 2014

Centre multimodal de distribution urbaine Un stimulant économique pour les entreprises lilloises

En lançant une nouvelle forme de logistique urbaine destinée à désengorger la ville de Lille, le GIE Centre multimodal de distribution urbaine (CMDU) expérimente un modèle innovant de livraison des marchandises en centre-ville dans lequel le véhicule électrique pourrait occuper une place prometteuse. Rencontre avec Didier Lieven responsable du projet.

Pourquoi avoir monté ce projet de centre multimodal de distribution urbaine à Lille ?

Au moment où l’urbanisation se renforce avec un coût au m2 plus élevé et de moins en moins de surfaces disponibles, livrer en ville devient une difficulté. Au vu de sa situation centrale au sein de la métropole lilloise, le Port de Lille a décidé il y a 5 ans de faciliter le déploiement de services et d’infrastructures au service des commerces et des industries avec le concours de la CCI Grand Lille . Connecté à la fois à la voie d’eau, à la voie ferroviaire et à la voie routière, le Port de Lille pourrait permettre de recevoir et de distribuer les marchandises en centre-ville de manière plus fluide et plus propre. 

Quels types de flux allez-vous gérer ?

Il y en a de trois sortes : premier type, la réception des marchandises massifiées par rail, voie d’eau et voie routière. Deuxième type, la livraison des marchandises du dernier kilomètre dans la ville combinant plusieurs modes de transport et notamment doux comme la camionnette électrique, le triporteur ou le vélo. Troisième type, les flux inversés
(ou « reverse » logistique) qui concernent ce qui ressort de la ville et qui est largement optimisable par la collectivité (carton d’emballage, palettes, papier, etc..). Au-delà des infrastructures et des équipes pour exploiter le CMDU , nous avons également prévu un système d’information construit sur le principe d’une bourse de tournées qui mettra en relation les donneurs d’ordre (commerçants, industriels,..) avec des capacités de transport disponibles.

Quels bénéfices peuvent en attendre les entreprises ?

Ce modèle répond d’abord à des enjeux économiques pour l’entreprise. Recevoir des flux massifiés par voie fluviale ou ferroviaire permet d’obtenir de meilleures conditions d’achat, de disposer d’un lieu de stockage au CMDU qui coûte 10 fois moins cher qu’un stockage en ville en récupérant cet espace pour de la vente. Par la fluidité du système, l’entreprise évite les ruptures de stock, améliore ses conditions d’achat et accède à tout type de produits. Point particulier au CMDU de Lille, l’entreprise disposera également d’un catalogue de services qui lui permettront d’améliorer son efficacité (reconditionnement, pose de puces anti-vol, pose d’étiquettes, etc…). Cette meilleure organisation du transport apportera également de la fluidité aux riverains, du confort aux utilisateurs et des gains environnementaux en favorisant les modes de transport doux.

Quelle est la place du véhicule électrique dans ce projet ?

Dans le cadre d’un partenariat avec EDF mettra à disposition du GIE un véhicule électrique, nous avons prévu de réaliser des tests, des analyses et des comparaisons pour que nos transporteurs puissent expérimenter les atouts de la mobilité électrique par rapport au véhicule thermique. L’idée est de recueillir un ensemble de données précises, de mesurer et comparer les capacités, la maniabilité, la fiabilité, mais aussi l’acceptabilité des chauffeurs. Nous démarrons l’expérimentation en juin avec le véhicule Renault Maxity d’une capacité d’emport de 700 à 800 kg que nous avons choisi pour son encombrement et sa capacité à circuler dans les rues de Lille. Nous jugerons au vu des résultats étudiés avec EDF la pertinence du véhicule électrique dans cette nouvelle logistique urbaine et la place qu’il peut occuper par rapport au reste de la flotte.

Par rapport à d’autres expériences menées ailleurs, qu’est-ce qui vous rend optimiste dans votre projet ?

Nous avons réalisé au départ une étude comparative entre les expériences existantes comme La Rochelle ou Monaco qui nous a permis d’orienter notre projet en évitant les écueils. En Europe, l’expérience de Padoue en Italie ou de Bristol au Royaume-Uni sont moins significatives car elles reposent sur une réglementation contraignante qui oblige tout le monde à jouer le jeu. Le CMDU de Lille se démarque de tous les projets existants car nous sommes un pôle multimodal (combinant plusieurs types de transport), nous prenons en compte la « reverse logistique » et proposons une panoplie de services. Nous n’imposons rien, nous nous inscrivons dans le champ concurrentiel en cherchant un modèle économiquement rentable. Les récents pics de pollution en Ile de France ont soulevé nombre de questions à ce sujet devant lesquelles le véhicule électrique représente une des alternatives, mais sans doute pas la seule.

En savoir plus sur le CMDU
Conscient que la distribution urbaine est devenue un enjeu majeur pour les villes, Ports de Lille a initié en 2010 un projet de Centre Multimodal de Distribution Urbaine (CMDU®). Situé en bordure de ville, et connecté au réseau routier, à la voie fluviale et au réseau ferré, Ports de Lille dispose de tous les atouts pour inventer la logistique urbaine de demain. Notre ambition est simple, proposer un environnement pour organiser, mutualiser et optimiser le transport des marchandises qui entrent et qui sortent de la ville, en considérant un objectif à la fois économique et environnemental. Pour cela, le CMDU s’appuiera sur des infrastructures multimodales de Ports de Lille spécialement adaptées et sur un système d’information, ULIS© (Urban Logisticis Information System) qui connectera sur le même réseau communautaire, des transporteurs, des logisticiens, des commerçants et autres donneurs d’ordre potentiels.
Cet environnement complet permettra aux différents partenaires de proposer et de bénéficier de services nouveaux (livraison mutualisée, externalisation de stocks, logistique inverse,…) qui se combineront dans une offre globale. 

Voir tous les articles En Régions

Haut de page