Revue de presse - International

A la Une : ExxonMobil évaluera l’impact financier sur ses activités des politiques publiques environnementales

Réglementations et politique de l'énergie

ExxonMobil évaluera l’impact financier sur ses activités des politiques publiques environnementales

Le géant pétrolier ExxonMobil a annoncé vouloir évaluer l’impact financier des politiques environnementales qui touchent directement ses activités pétrolières. « Ces améliorations vont inclure les problèmes liés à la demande d'énergie (fossile), les conséquences de scénarios (d'une hausse de la température) de 2° celsius et d'un avenir avec une faible empreinte carbone » a précisé l’entreprise. Cette décision fait suite aux pressions exercées par certains écologistes qui militaient pour qu’ExxonMobil accroisse la transparence financière du groupe et que la société réévalue ses investissements dans des gisements pétroliers. Selon ces militants, ces investissements seraient moins rentables depuis l’accord de Paris lors duquel la majorité des Etats s’est entendue sur des objectifs de réduction de leurs gaz à effet de serre. Par ailleurs, le groupe pétrolier est engagé dans des procédures judicaires aux Etats-Unis du fait du financement de recherches portant sur les conséquences environnementales de ses activités pétrolières.
Sources : connaissancedesenergies.org, 12/12/2017 .

Production d'énergie

La demande mondiale de charbon devrait stagner d’ici à 2022

L’agence internationale de l’énergie anticipe une augmentation faible de la demande de charbon, de l’ordre de 0,5% par an, à l’horizon 2022. Cette quasi-stagnation s’explique par la volonté de certains pays traditionnellement grands consommateurs de charbon d’en diminuer leur consommation. C’est le cas de la Chine qui, bien qu’elle finance des projets de construction de centrales à charbon dans des pays étrangers, est déterminée à enrayer la pollution dans ses métropoles. Même initiative pour les Etats-Unis et les Etats européens dont la consommation devrait diminuer d’ici à 2022. L’Inde, seule ombre au tableau, devrait accroitre sa consommation de 3,3% par an afin d’alimenter ses centrales thermiques et ainsi répondre aux besoins colossaux en électricité du pays. Ceci est à nuancer puisque le pays souhaite réduire ses émissions de CO2 de 35% en comparaison de son PIB sur la période 2005-2030.
Sources : lefigaro.fr , 18/12/2017.

Tendances et acteurs

16 entreprises s’engagent dans la transition vers le véhicule électrique

16 entreprises membres de l’initiative EV100 se sont engagées à ce que l’ensemble de leurs véhicules fonctionnent à l’électrique d’ici à 2030. A l’origine de cette initiative, l’association The Climate Group indique que « les entreprises possédant plus de la moitié des véhicules immatriculés sur les routes, il est crucial que celles-ci mènent le virage vers les véhicules électriques ». Ces entreprises privilégieront les véhicules électriques à batterie, entre autres véhicules, et s’engagent à favoriser l’adoption d’un véhicule électrique par leurs employés. Première entreprise à rejoindre l’initiative, EDF a décidé de poursuivre l’installation de bornes publiques de recharge à l’instar de celles que l’entreprise a déployées dans le cadre de son projet Corri-Door. Autre exemple avec Ikea, qui a déjà installé des bornes de recharge au sein de ses magasins. Dernier point, le loueur LeasePlan a annoncé vouloir accompagner ses clients dans la conversion de leur parc automobile en électrique.
Sources : flotauto.com , 14/12/2017 .

La Banque Mondiale arrêtera le financement des énergies fossiles après 2019

Le 12 décembre, la Banque Mondiale a annoncé qu’elle arrêterait de financer l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz après 2019. L’institution souhaite « aligner sur les objectifs de l’accord de Paris » les financements qu’elle accorde aux Etats. A l’heure actuelle, entre 1 et 2% du portefeuille de 280 milliards de dollars sont attribués à des projets pétroliers et gaziers. Lors du One Planet Summit, d’autres acteurs ont aligné leur politique de financement sur l’Accord de Paris. L’AFD ainsi que 22 banques de développement nationales et régionales ont décidé d’accentuer leur contribution envers les énergies non carbonées.
Sources : usinenouvelle.com , 15/12/2017 .

EDF renforce son partenariat avec JERA

Le groupe français EDF et le groupe japonais Jera ont passé un nouveau cap dans leur collaboration en s’intéressant désormais au GNL. Alors que les deux entreprises étaient déjà partenaires sur le marché du charbon et du fret depuis avril dernier, leur collaboration sera désormais également valable sur le marché du gaz naturel liquéfié. Concrètement, les deux entreprises prévoient d’unir leurs activités de négoce de GNL grâce à Jera Trading, une société détenue par les deux groupes et qui gère déjà les activités de charbon et de fret. La firme française n’a pas donné de précisions sur les termes financiers de l’accord mais a fait savoir que ce rapprochement devrait permettre aux deux groupes d’être mieux positionnés au niveau mondial pour répondre aux incertitudes de la demande de GNL en France et au Japon.
Sources : lefigaro.fr , 15/12/2017.
Haut de page