Revue de presse - International

A la Une : Les émissions mondiales de carbone augmentent en 2017

Economies d'énergie et émissions carbone

Les émissions mondiales de carbone augmentent en 2017

Le nouveau bilan publié par le Global Carbon Project montre que les émissions mondiales de carbone liées à l’industrie et à la combustion d’énergies fossiles ont augmenté de 2 % en 2017 par rapport à l’année précédente. Ce sont ainsi 36,8 milliards de tonnes de CO2 qui ont été émises au cours de cette année, un nouveau record, après trois ans de stabilité. « C'est une grande déception. Avec 41 milliards de tonnes de CO2 émis estimés pour 2017, on risque de manquer de temps pour garder la température sous 2°C, et a fortiori 1,5°C », souligne Corinne Le Quéré, de l'université britannique d'East Anglia. Le rapport prouve en tout cas que le monde n’a toujours pas atteint son pic d’émissions carbone. La Chine, les Etats-Unis et l’Inde forment le trio de tête des plus gros émetteurs mondiaux, malgré une légère baisse de 0,4 % des émissions américaines. Les émissions de l’Inde, en revanche, continuent de progresser avec une hausse de 2 % en 2017 par rapport à 2016.
Sources : batiweb.com, 13/11/17.

L’AIE souhaite accélérer la transition énergétique mondiale

L’Agence Internationale de l’énergie (AIE) a annoncé le lancement d’un programme, nommé Clean Energy Transitions, destiné à accélérer la transition énergétique des économies émergentes. Doté d’un fonds de 30 millions d’euros, financé par 13 pays, ce programme sera à l’œuvre sur cinq thématiques prioritaires : l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, les orientations politiques, le développement technologique et l’innovation. Son périmètre d’action s’établira en particulier autour du Brésil, de la Chine, de l’Inde, de l’Indonésie, du Mexique et de l’Afrique du Sud. A noter que sur les 30 millions d’euros de dotation pour le projet Clean Energy Transitions, l’Union européenne y contribuera à hauteur de 3,5 millions d’euros, le Royaume-Uni apportera 9 millions d’euros et l’Allemagne et la Suède financeront respectivement 6 et 5,2 millions d’euros.
Sources : Enerpresse, 09/11/17.

Production d'énergie

Engie exploite toujours 8 centrales à charbon au Chili

Le Chili compte encore 27 centrales à charbon, plus une en construction, soit près de 4.970 MW de capacité installée. Engie exploite 8 de ces 27 unités, soit 1.355 MW de capacité installée, et doit encore en ouvrir une l’année prochaine. Le groupe français a annoncé sa volonté de céder plusieurs de ses centrales à charbon chiliennes, très polluantes et toutes situées sur deux communes, Tocopilla et Mejillones, dont la qualité de l’air est fortement dégradée, et dangereuse. Les polluants atmosphériques (particules fines, dioxyde de soufre, les oxydes d’azote, métaux lourds dont mercure, vanadium et nickel) sont en effet fortement concentrés dans cette zone. Au-delà de la revente de ces centrales par Engie, il est important d’en fermer le maximum, d’autant que le Chili espère atteindre 50 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique dès 2035, et même 70 % d’ici 2050.
Sources : amisdelaterre.org, 09/11/17.

Energies renouvelables

EDF participera à un projet de centrale hydroélectrique aux Emirats Arabes Unis

EDF participera à la construction de la première centrale hydraulique de type STEP (station de transfert d’énergie par pompage) du golfe persique. Le groupe français réalisera les études nécessaires à la construction de l’installation et gèrera l’appel d’offres visant à sélectionner les entreprises qui assureront la réalisation de cet ouvrage. La participation d’EDF à ce projet a été actée lors du Forum Economique France-Emirats Arabes Unis à Dubaï, par la signature d’un contrat entre le groupe énergétique et Dubai Electricity and Water Authority (DEWA). EDF a fait valoir son expertise en matière de centrale hydraulique de type STEP, puisque le groupe gère déjà six aménagements similaires en France. « Notre participation à des projets renouvelables innovants, tels que le parc solaire Mohammed bin Rachid Al Maktoum et la centrale hydroélectrique de Hatta illustrent notre savoir-faire de leader de la croissance bas-carbone. Ils contribuent à deux objectifs majeurs de la stratégie CAP 2030 du Groupe : atteindre 50 GW de capacité renouvelable à l'horizon 2030 et développer nos activités dans les marchés à forte croissance tels que le Moyen Orient », a déclaré Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF.
Sources : zonebourse.com, 09/11/17.

Tendances et acteurs

EDF Energies Nouvelles poursuit son développement au Brésil

EDF Energies Nouvelles (EN), filiale du groupe français spécialisée dans les énergies renouvelables, a annoncé avoir atteint 350 MW de capacité installée au Brésil. EDF EN est en train de mettre en service le plus grand parc photovoltaïque d’Amérique Latine, au sud-est du Brésil, qui pourra même atteindre 400 MW de capacité installée en 2018, soit l’équivalent de la consommation en électricité de 420.000 foyers brésiliens. « Nous souhaitons doubler nos capacités de renouvelables d'ici 2030 et nous avons défini un certain nombre de priorités dont le Brésil fait partie », a expliqué Bruno Fuyot, directeur général délégué d'EDF EN. En septembre 2017 déjà, EDF EN avait mis en service la première tranche d’un parc éolien dans le nord-est du pays ; un projet au potentiel important puisqu’il pourra produire à terme jusqu’à 800 MW.
Sources : romandie.com, 08/11/17.

Des incubateurs d’entreprises canadien et américain s’associent

Le District de la découverte MaRS, basé à Toronto, et Greentown Labs, situé à Boston, ont annoncé leur collaboration par la signature d’un protocole d’entente. Cette association de deux accélérateurs d’innovation importants au Canada et aux Etats-Unis permettra d’accompagner des jeunes entreprises de la transition énergétique dans leurs innovations et leur développement. MaRS et Greentown Labs mettront des locaux à la disposition d'entrepreneurs qui souhaitent s'établir dans leur région respective. Ils fourniront également des renseignements sur les marchés locaux. « MaRS travaille avec de nombreuses entreprises naissantes du Canada en technologies propres qui voient le Massachusetts et les autres États du Nord-Est des États-Unis comme des marchés stratégiques, en partie compte tenu des politiques progressistes en matière d'énergie propre qui sont adoptées dans cette région. Le partenariat avec un organisme hautement respecté et chevronné comme Greentown Labs aidera nos entreprises à s'enraciner dans la région de Boston », explique Salim Teja, membre de MaRS.
Sources : newswire.ca, 08/11/17.

Techniques et innovations

La blockchain sera aussi utilisée dans le négoce d’énergie

Un consortium d’entreprises bancaires – ING, Société Générale, ABN Amro – pétrolières – BP, Shell, Statoil – et de maisons de négoce – Gunvor, Koch Supply and Trading, Mercuria – va développer une plateforme digitale pour le négoce de matières premières énergétiques utilisant la blockchain. Cette innovation devrait voir le jour en 2018. Cette technologie permettra de « s’affranchir de contrats papiers lourds à gérer, en réduisant les risques administratifs opérationnels et les coûts du commerce physique de matières premières énergétiques », explique le communiqué publié par le groupement d’entreprises. La plateforme fonctionnant grâce à la blockchain devrait également « améliorer la fiabilité et l’efficacité des opérations de négoce pour tous les utilisateurs de la chaîne logistique, en ouvrant la porte à des financements innovants et des solutions de financement », explique le communiqué.
Sources : Enerpresse, 09/11/17.
Haut de page