Revue de presse - International

A la Une : Lancement du Programme régional d'efficacité énergétique à Madagascar

Réglementations et politique de l'énergie

Lancement du Programme régional d’efficacité énergétique à Madagascar

Le Programme régional d’efficacité énergétique (PREE), inscrit dans le programme ENERGIES de la Commission de l’océan Indien (COI) et financé par l’Union européenne, a été lancé le 22 août à Antananarivo, à Madagascar. Il est basé sur le Programme mauricien, qui a pour objectif de réaliser des audits énergétiques dans les entreprises du secteur privé mauricien. L’enjeu est de mobiliser le secteur privé dans le développement des énergies renouvelables. Ancré dans les activités du COI-ENERGIES, « ce Programme régional d’efficacité énergétique est un exemple concret de l’utilité de notre coopération régionale […] et un authentique levier de croissance durable pour nos entreprises et pour nos pays » a déclaré Hamada Madi, Secrétaire général de la COI.
Sources : clicanoo.re, 23/08/17.

Energies renouvelables

Le Brésil accélère sur le solaire

Si le Brésil affiche un taux d’énergies renouvelables particulièrement élevé dans son mix énergétique (41%), sa part d’énergies fossiles augmente bien plus rapidement que celle d’énergies vertes. Si le Brésil est particulièrement performant sur l’hydroélectricité, il est aussi l’un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre (10 à 12%) en raison de la forte hausse de sa consommation d’énergies fossiles. En 2015, le gouvernement a décidé d’accélérer le développement de l’éolien et du solaire, en annonçant la création de 31 parcs solaires. Les groupes français font partie de ce grand projet. Ainsi, EDF Energies Nouvelles a acquis en août 80% du projet photovoltaïque « Pirapora III » mené par Canadian Solar. Le Français s’est également placé sur deux autres projets du groupe : « les trois projets sont sur une même zone et constitueront, à leur mise en service en 2018, l’installation photovoltaïque la plus puissante d’Amérique latine, avec une capacité totale d’environ 400 MW » a indiqué EDF EN. L’énergéticien français est déjà présent au Brésil depuis 2015 sur des projets éoliens en développement de 800 MW.
Sources : 24heuresactu.com, 23/08/17.

Les énergies renouvelables pourraient couvrir les besoins de 139 pays en 2050

Une étude de l’Université de Stanford (USA), menée par Mark Z. Jacobson, démontre qu’il est possible de passer à 100% d’énergies renouvelables en 2050 dans 139 pays, ce qui permettrait de maintenir la hausse de la température globale à 1,5°C et de créer 24,3 millions d’emplois. Un tel scenario permettrait également d’éviter 4,6 millions de morts prématurées dues à la pollution atmosphérique d'ici à 2050. L’étude se base sur les techniques actuelles, à savoir le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité, la géothermie, et de possibles évolutions des énergies marines, pour remplacer les énergies fossiles. L’étude indique qu’un tel changement aurait pour conséquence une stabilisation de la consommation d'énergie finale. Ainsi, estimée à 12.105 TW en 2012, elle passerait à 11.840 TW en 2050 au lieu de la prévision de 20.604. La répartition se ferait ainsi : 6.814 TW en solaire, soit 57% des besoins, 37% d’éolien, 4% d’hydraulique 4%, 0,67% en géothermie et 0,64% d'énergie marémotrice.
Sources : actu-environnement.com, 24/08/17.

Les bienfaits de l’éolien et le solaire promus dans une étude

Une étude du Lawrence Berkeley National Laboratory met en avant les avantages du solaire et de l’éolien sur la baisse des émissions polluantes et la réduction des morts prématurées. Entre autres grâce au développement du solaire et de l’éolien, les émissions de CO2, SO2, NOX et des petites particules ont été respectivement réduites de 20%, 72%, 50% et 46% entre 2007 et 2015. Ils estiment les morts prématurées évitées entre 3.000 et 12.000, avec une médiane à 7.000.
Sources : Enerpresse, 28/08/17.

Techniques et innovations

Le stockage de l’énergie en plein développement

Le stockage de l’énergie est idéal pour combler l’intermittence des énergies renouvelables et permet d’éviter les onéreuses surcharges du réseau, liées à une surproduction. Ce secteur en développement voit apparaître de nouvelles techniques régulièrement. Malta, développée par Alphabet – la maison mère de Google -, est une centrale à sel et antigel, dont la pompe à chaleur convertit l’électricité produite en éolien ou solaire en deux flux d’air, un chaud et un froid. Le processus est inversé pour restituer l’énergie. La start-up française EnergieStro développe VOSS « VOlant de Stockage Solaire », un volant d’inertie en béton pour l’énergie solaire. Le principe de VOSS est d’utiliser l’énergie produite par le panneau photovoltaïque pour mettre en rotation à très grande vitesse une sorte de toupie géante. Enfin, le centre allemand Fraunhofer IWES (Institut für Windenergie und Energiesystemtechnik) s’appuie sur la pression marine, à l’aide de sphères immergées en profondeur.
Sources : les-smartgrids.fr, 29/08/17.

AREVA H2Gen présente ses électrolyseurs en Chine

AREVA H2Gen, le fabricant français d’électrolyseurs, se rend du 28 au 30 août 2017 au China's Hydrogen and Fuel Cell Exhibition (CHFCE), le plus grand Salon international chinois sur l'hydrogène. La société propose un concept d'usine de production d'hydrogène de grande capacité (60 MW), destiné aux marchés à l’international. La Chine, qui perdrait 40 TWh d'énergie hydraulique non injectée dans le réseau électrique via ses grands barrages, pourrait être particulièrement intéressée par ce type de solutions. L’usine d'électrolyse permet d'équilibrer le réseau électrique, et d’absorber et stocker les surplus ponctuels de production, avant de les restituer selon les besoins.
Sources : tecsol.blogs.com, 22/08/17.
Haut de page