Revue de presse - France

A la une : Le ministère de la Transition écologique modifie les obligations de stockage de gaz

Réglementations et politique de l'énergie

Le ministère de la Transition écologique modifie les obligations de stockage de gaz

Suite à l’alerte de GRTgaz et TIGF en mai sur les risques de tension d'approvisionnement l'hiver prochain, le gouvernement a fait évoluer les modalités de stockage de gaz prévues pour approvisionner la France en cas d’hivers rudes. Réglementairement, les fournisseurs se doivent de stocker avant le 1er novembre des volumes de gaz suffisants pour répondre à la demande hivernale. Jusqu’à présent, 80% du stockage souterrain de gaz naturel devait être situé en France. Le ministère a baissé à 50% cette obligation.
Sources : romandie.com, 05/08/2017.

Economies d'énergie et émissions carbone

Le Groupe ADP investi dans la réduction de son empreinte carbone

Dans le cadre de sa politique environnementale, l’aéroport d’Orly s’est fixé comme objectif principal la réduction de ses émissions de CO2. Un objectif ambitieux qu’il a choisi de renforcer en misant sur une réduction de 65% d’ici 2020. La centrale de géothermie, mise en service en 2011, permet de chauffer les bâtiments du deuxième aéroport et représente 70% du chauffage de l’aéroport. Grâce à la géothermie, 50.000 tonnes de CO2 ont été évitées et la consommation annuelle de gaz a été diminuée de 4.000 tonnes. Par ailleurs, en hiver, l’aéroport récupère de la chaleur issue de l’usine d’incinération de Rungis et s’appuie également sur sa centrale thermique au gaz. Au total, 58% de la production de chaleur provient des énergies renouvelables. Le Groupe ADP se fixe pour objectif zéro émission de carbone d’ici 2030 dans l’ensemble de ses aéroports.
Sources : L’Echo d’Ile de France , 04/08/2017.

Energies renouvelables

La canne à sucre, source d’électricité en Outre-mer

Très présente en Guadeloupe, Martinique et à La Réunion, la canne à sucre peut être transformée en électricité. La bagasse, résidu fibreux issu du broyage de la canne à sucre après extraction du jus, permet de produire de la chaleur et de l’électricité. Dans les centrales thermiques, la bagasse est exploitée en complément du charbon. En Martinique, la bagasse est la première source d’énergie renouvelable, et représentait déjà 58% de ce type d’énergie en 2008. A La réunion, la bagasse est exploitée par deux centrales thermiques fournissant 60% de l’électricité de l’Ile, et représente 10% de l’électricité. En Guadeloupe, 3,6% de la production d’électricité était issue de la bagasse en 2008. Une prime bagasse a été mise en place par le gouvernement pour encourager son développement. Les territoires ultramarins ont pour ambition d’atteindre l’autonomie énergétique en 2030.
Sources : enviro2b.com , 12/08/2017.

Tendances et acteurs

Rencontre avec Bernard Salha, directeur de la R et D au sein de EDF Groupe

A la tête de la R et D de EDF Groupe, Bernard Salha détaille dans un entretien les enjeux de son département. Composé de près de 2.000 personnes pour un budget de 500 millions d’euros par an, le service, dont l’objectif principal est le « futur », est composé de trois centres de recherche en France et six à l’international. En s’inscrivant dans le projet global du groupe « CAP 2030 », la R et D suit un Plan Scientifiques s’organisant autour de trois enjeux : climatique, numérique et électrique. Selon le directeur, face au contexte concurrentiel fort, « EDF doit évoluer » ; cette volonté se traduit par de nombreuses innovations, comme SOWEE ou le développement du digital.
Sources : linkedin.com, 12/08/2017 .

Techniques et innovations

La voiture électrique pour alimenter le réseau électrique

Alors que les voitures électriques ont longtemps inquiété les énergéticiens du fait des appels de puissance nécessaires à leurs recharges, elles pourraient aujourd’hui être une source d’alimentation en électricité. Le « vehicule to grid » permet de décharger la batterie d’une automobile afin d’alimenter le réseau, et ce en remplacement de moyens de production plus polluants. Nissan et l’électricien italien Enel mènent des expérimentations dans ce domaine au Danemark et au Royaume-Uni. En France, EDF s’intéresse au sujet, à travers sa filiale Sodetrel, spécialisée dans la gestion de bornes de recharge, et est en discussions avec des constructeurs.
Sources : lesechos.fr , 14/08/2017.

Le stockage par batterie a encore du chemin à parcourir

L’intégration de batteries électrochimiques dans le système électrique français a encore ses preuves à faire, et rien ne devrait vraiment évoluer d’ici 2023 ou 2024. Toutefois, RTE semble assez confiant et estime que les batteries sauront réduire leurs coûts et être concurrentielles. Dans tous les cas, le secteur doit convaincre et multiplie les déploiements, notamment à l’étranger et plus particulièrement en Californie, où se trouvent 500 MW de batteries, contre 150 MW en Europe. Grâce à de nombreuses recherches en cours, la densité des batteries lithium-ion devrait évoluer de 300 kW/kg à 500 kW/kg en 2025. Les coûts devraient baisser grâce à l’industrialisation des process, l’amortissement des dépenses de R et D et la hausse de la concurrence. En France, Blue Solutions de Bolloré essaie de positionner sa propre technologie sur le stockage stationnaire.
Sources : Enerpresse , 17/08/2017.
Haut de page