Revue de presse - France

A la Une : Présentation du rapport de l’IRSN sur le Dossier d’options de sûreté de Cigéo

Réglementations et politique de l'énergie

Présentation du rapport de l’IRSN sur le Dossier d’options de sûreté de Cigéo

Sur demande d’analyse de l’ASN, l’IRSN a rendu ses conclusions sur le Dossier d’options de sûreté de Cigéo relatif au stockage de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue en formation géologique profonde. Pour la première fois, l’Institut a choisi d’associer des représentants de la société civile dès le début de son analyse. Dans son rapport, l’IRSN juge la maturité technique satisfaisante mais a relevé quatre points, qui pourraient générer des modifications de conception de stockage : l’optimisation de l’architecture, les moyens de surveillance des risques lors de l’exploitation, la possibilité d’intervention dans la gestion de situations pouvant entraîner une contamination des infrastructures et surtout les conséquences d’un incendie dans un alvéole de stockage de colis d’enrobés bitumineux. Les travaux que l’ANDRA réaliserait sur ces sujets pourraient modifier le contour de la DAC ou les délais.
Sources : irsn.fr, 04/07/17.

Des professionnels de l’industrie nucléaire inquiets de l’avenir de la filière française

Cinquante professionnels de l’industrie nucléaire, majoritairement Américains, ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, dans laquelle ils expriment leur inquiétude quant à sa « décision d'éloigner la France d'une production nucléaire propre ». Ces membres d’organisations comme « Energy for humanity », « American nuclear society », « Environmentalists for nuclear energy » ou encore « Save the climate », et qui se revendiquent climatologues, se basent principalement sur une comparaison entre l’Allemagne et la France. Leur argumentaire consiste à soutenir que la France est « un des pays développés dont les émissions de dioxyde de carbone par habitant sont les plus faibles », tandis qu’elles ont augmenté en Allemagne en 2015 et 2016, après que le pays a fermé ses centrales nucléaires. Or ce raisonnement est factuellement incorrect et les émissions ont diminué de 24% en 25 ans. Selon les signataires, « la France a une électricité parmi les moins chères et les plus propres d'Europe, celle de l'Allemagne est une des plus chères et plus sales ». S’ils admettent que « les renouvelables peuvent contribuer à une électrification plus poussée des transports », ils voient des impacts négatifs au « remplacement du nucléaire par des combustibles fossiles et des renouvelables », tels que l’augmentation des prix, la fin des exportations lucratives et la destruction de la filière nucléaire française à l’export. En 2016, les exportations françaises d’électricité ont baissé de 37%, en partie suite à l’arrêt des réacteurs. Pour les signataires, « les pays qui cherchent à construire de nouvelles centrales nucléaires veulent, avec raison, savoir que le produit que la France leur vend est un produit dont la France elle-même profite ».
Sources : latribune.fr, 04/07/17.

Le processus de règlement amiable des litiges dans le secteur de l’énergie évolue

Le règlement amiable des litiges dans le secteur de l’énergie a été modifié par un décret publié le 29 juin. Les ajustements répondent aux nouvelles dispositions du code de la consommation relatives à la médiation des litiges de consommation et s’appuient notamment sur trois points. Le délai de deux mois pour saisir le médiateur court à partir de la date de la réclamation écrite et non plus de sa réception ; le médiateur a désormais 90 jours pour émettre une recommandation contre deux mois auparavant et les opérateurs n’ont plus qu’un mois contre deux pour l’informer des suites qu’ils donnent à ses recommandations.
Sources : Bulletin de l’industrie pétrolière, 05/07/17.

Production d'énergie

Nouveau report du redémarrage du réacteur numéro 2 de Fessenheim

Alors que le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim devait redémarrer le 31 octobre 2017, la date a été repoussée de 3 mois au 31 janvier 2018. Stoppé depuis le mois de juin 2016 suite à la détection d’une anomalie sur le générateur de vapeur, le groupe EDF étant en charge de la gestion des infrastructures doit prouver la fiabilité du réacteur à l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) avant de pouvoir le redémarrer. « Les analyses de l'ASN sont toujours en cours et nous amènent à une nouvelle estimation », a expliqué EDF. Cet énième report et la confirmation de la fermeture définitive de la centrale courant 2019 ont provoqué une vague de contestation de la part des élus régionaux et des syndicats du groupe.
Sources : europe1.fr, 07/07/17.

Energies renouvelables

Croissance des secteurs de l’exploitation et de la maintenance des énergies renouvelables

Avec la forte croissance des énergies renouvelables depuis quelques années, de nouveaux corps de métier sont en plein développement. C’est notamment le cas pour les secteurs de l’exploitation et de la maintenance des sites équipés de ce type d’infrastructure. Dans ce domaine, EDF EN s’est positionné depuis de nombreuses années comme l’un des principaux acteurs. Avec une croissance affichée de plus de 30% par rapport à 2013, le groupe dispose de plus de 530 spécialistes dans toute l’Europe ayant de fortes compétences en exploitation et en maintenance numérique. « L’objectif est ici avant tout de s’implanter au plus près des installations afin de garantir un service réactif, efficace et sur mesure pour maintenir des parcs à leur meilleur niveau de production d’énergie », explique Thierry Muller, directeur général d’EDF EN Services. Avec une progression de plus de 45% des effectifs, ce secteur offre de belles perspectives de croissance, corrélée avec l’objectif du groupe de doubler son parc d’énergies renouvelables.
Sources : Lenergeek.com , 12/07/17.

Le Jura abritera les plus hautes éoliennes de France

Le Jura va accueillir d’ici la fin de l’année son premier parc éolien, sur lequel seront installées les plus grandes éoliennes de France, à 193 mètres de hauteur. Incité par Intervent en 2007 et construit par l’allemand Enercon, il sera composé de 6 éoliennes de 3 MW de puissance unitaire. Le parc sera la première installation renouvelable à valoriser la force du vent dans ce département. Le coût global du projet s’élève à 32 millions d’euros et via à un contrat passé avec EDF en 2014, l’électricité qu’il produira sera rachetée à 84,3€/MWh pendant dix ans. Une société d’économie mixte (SEM) a été mise en place afin de réaliser ce projet : Energies renouvelables citoyennes. Son capital est à la fois détenu par des collectivités locales et par un syndicat de développement électrique. Les travaux de ce parc ont débuté en novembre 2016 et « les chemins, câblages internes et fondations sont désormais terminés », indique Enercon.
Sources : lemondedelenergie.com , 05/07/17.

Etude sur les marchés de l’efficacité énergétique et des ENR par l’Ademe

L’Ademe, qui s’intéresse régulièrement aux marchés et emplois liés à l’amélioration de l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables en France, vient de publier une étude sur la période 2006-2016. Les marchés, qui représentent 67,3 milliards d’euros, ont augmenté de 121%, tandis que les emplois ont progressé de 70% grâce à des politiques publiques favorables, et s’élèvent à 301 350 en 2015. Le marché le plus dynamique est celui des transports, avec une progression de 8,9 milliards d’euros en 2006 à 25,7 Md€ en 2015, pour 88 840 emplois. Le marché global de l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le résidentiel a progressé de 9 milliards d’euros depuis 2006, pour atteindre 21,6 Md€ en 2015. Il représente 131 000 emplois, soit le plus important de l’ensemble des marchés. En revanche, après une forte progression entre 2006 et 2010, le marché des énergies renouvelables a fortement baissé en 2011 avant de se stabiliser pour représenter 23,7 Md€ en 2015. Si les ventes et la maintenance des équipements sont en légère hausse en 2015 (+1,3%), les investissements ont baissé de 10,3% depuis 2014 et les emplois de 2,1%, pour atteindre 81 500 équivalents temps plein.
Sources : presse.ademe.fr , 05/07/17.

Tendances et acteurs

Entrée de Mitsubishi Heavy Industries et Assystem au capital de New NP

Suite à la signature le 15 novembre 2016 entre Areva et EDF de la cession d’une participation de 51% à 75% du capital de New NP, EDF a obtenu le contrôle exclusif de cette entité, qui appartenait initialement à 100% à Areva NP. Après avoir engagé des discussions avec des investisseurs stratégiques intéressés d’entrer au capital de New NP, EDF a signé le 10 juillet des accords avec Mitsubishi Heavy Industries, qui entre à hauteur de 15% - potentiellement jusque 19,5% - et Assystem à hauteur de 5%. L’entrée au capital d’EDF et des deux acteurs devrait intervenir d’ici la fin du second semestre 2017, tandis que des discussions sont lancées sur la date de sortie complète d’Areva, demandée par la Commission Européenne pour 2019 au plus tard. Le prix de cession pour 100% des valeurs propres de New NP est estimé à 2,5 milliards d’euros. Pour Jean-Bernard Lévy, président d’EDF, « l’entrée de nouveaux partenaires leaders dans leur domaine au capital de New NP marque une étape essentielle dans la refondation de la filière nucléaire française. Cela démontre l’attractivité de nos projets et de notre expertise auprès des autres acteurs français et internationaux du secteur ».
Sources : www.euro-energie.com, 10/07/17.

L’Union Française de l’Electricité publie ses recommandations pour une fiscalité climatique efficace

Suite aux annonces du premier ministre et du ministre de la Transition écologique et solidaire, l’Union Française de l’Electricité a émis ses recommandations de politique fiscale, afin que celle-ci joue réellement dans la politique climatique, notamment sur la mobilité propre ou l’efficacité énergétique. L’Union se dit disponible pour collaborer avec le Gouvernement et le Parlement sur ces sujets. Ses propositions s’orient autour de cinq objectifs : « parachever la transformation de la fiscalité énergétique en fiscalité climatique, lever les contre incitations climatiques au niveau local, promouvoir la mobilité bas carbone, cibler les actions de rénovation les plus efficaces dans le bâtiment, lever les contraintes au développement des énergies renouvelables dans les territoires ».
Sources : ufe-electricite.fr, 11/07/17.

Le quartier de la Défense en pleine mutation énergétique

A l’heure où les modes de consommations énergétiques sont en pleine mutation, le plus grand quartier d’affaires européen se réinvente pour améliorer ses capacités énergétiques. Les deux entreprises en charge de l’aménagement de la Défense, qui fusionneront prochainement (Epadesa et Defacto), ont créé un Observatoire énergétique des bâtiments. De nombreux indicateurs de consommation énergétique sont pris en compte tels que la climatisation, le chauffage, l’éclairage ou encore les ascenseurs. « 40 % des bâtiments ont été construits dans les quinze dernières années ou ont été restructurés et sont donc performants au niveau énergétique, 40 % de plus de 25 ans et pas encore rénovés sont obsolètes et 20 % sont anciens mais sont performants car ils sont bien pilotés », décrit Fabien Guisseau, directeur de la stratégie de l'Epadesa. L’objectif principal pour 2020 table sur une consommation des énergies fossiles inférieure à 50%.
Sources : Lesechos.fr, 05/07/17.

Techniques et innovations

Pour la sécurité nucléaire, Areva mise sur la réalité augmentée

Pour faciliter les opérations de contrôle dans les centrales nucléaires, Areva New et Areva NP ont développé le projet TQC2 (Tel Que Construit et Tel Que Conçu) qui utilise un système de modélisation 3D utilisable sur des tablettes tactiles. Cet outil conçu avec l’aide du Commissariat à l’Energie Atomique (pour l’algorithme) et de la startup Diota Soft (pour l’intégration du logiciel) permet de décomposer les équipements pour en analyser la conformité, mais également intervenir sur le calage. Cette avancée technologique offre un gain de temps important et permet d’obtenir des résultats plus précis. Le groupe Areva a notamment reçu le prix de l’Innovation Technologique décerné par la Société Française d’Energie nucléaire (SFEN) grâce à ce projet de modélisation 3D. Ce type d’outil peut s’avérer très utile dans de nombreux domaines d’activités tels que le secteur de l’industrie par exemple.
Sources : Realité-virtuelle.com, 03/07/17.
Haut de page