Revue de presse - Europe

A la Une : La Commission accepte les engagements de Gazprom

Réglementations et politique de l'énergie

La Commission accepte les engagements de Gazprom

Lundi 13 mars, la Commission européenne a accepté les engagements pris par Gazprom en décembre 2016 en matière de respect de la concurrence. Le groupe russe s’est engagé à supprimer les obstacles contractuels qui interdisaient à ses clients de revendre hors de leurs frontières le gaz acheté. Gazprom a en outre promis de faciliter les interconnexions entre le marché bulgare, qui s’était retrouvé isolé, et les autres marchés européens. Enfin, la compagnie pétrolière russe s’est dite prête à introduire des prix concurrentiels de référence, grâce à des révisions plus fréquentes et plus efficaces des tarifs appliqués. En conséquence, la Commission européenne a invité les pays de l’Union à présenter leurs «observations sur les engagements de Gazprom », dans un délai de sept semaines, avant que les engagements de Gazprom ne soient acceptés définitivement et déclarés « juridiquement opposables ».
Sources : Enerpresse, 15/03/17.

Economies d'énergie et émissions carbone

L’IA au service du réseau électrique britannique

DeepMind, filiale de Google spécialisée dans l’intelligence artificielle (IA), s’est rapprochée du fournisseur d’énergie anglais National Grid pour intégrer l’IA au sein du réseau électrique national et optimiser la consommation électrique du pays. Demis Hassabis, cofondateur de DeepMind, a mis en exergue la possibilité «d’améliorer de 10% l’usage énergétique du pays sans aucune nouvelle infrastructure, simplement avec l’optimisation ». Ce projet, encore au stade embryonnaire, permettra au réseau National Grid d’anticiper la demande des consommateurs grâce à des algorithmes dédiés, afin d’en améliorer la gestion et de réduire significativement la facture d’électricité.
Sources : frandroid.com, 14/03/17.

Production d'énergie

Engie cède ses licences au Royaume-Uni

Engie UK, filiale britannique du groupe énergétique français, a cédé à l’entreprise Ineos quinze licences à terre pour un domaine minier de presque 5 000 km² dans les régions du Yorkshire, du Cheshire et des Midlands. Cette opération s’inscrit dans le vaste plan de cession d’actifs entrepris par Engie, qui doit lui permettre de se recentrer sur le gaz, les énergies renouvelables et les services. Par ailleurs, le groupe français a aussi engagé la cession des 10% qu’il détient dans le capital de Petronet LNG, le principal importateur de gaz naturel liquéfié indien.
Sources : Bulletin de l’industrie pétrolière, 13/03/17.

Tendances et acteurs

La Commission européenne autorise l’achat de Gamesa

Siemens a obtenu l’autorisation « sans condition » de la Commission européenne pour l’acquisition de Gamesa, société espagnole de fabrication d’éoliennes. La Commission considère « peu probable que l’opération modifie sensiblement la situation concurrentielle », en raison de la nature fragmentée du marché éolien et de l’existence de plusieurs concurrents majeurs. L’enquête européenne a d’ailleurs confirmé que l’acquisition de Gamesa ne donnerait pas d’avantages concurrentiels à Siemens dans le marché des éoliennes marines, ce marché étant fortement concentré.
Sources : Enerpresse, 15/03/17.

Techniques et innovations

Les véhicules électriques pourraient alimenter en électricité les maisons

L’anglais Cenex veut installer dans la ville de Loughborough, au centre de l’Angleterre, un système permettant aux propriétaires de véhicules électriques (VE) d’alimenter leur maison grâce à la batterie de leurs voitures. Selon ses concepteurs, ce système pourrait faciliter la transition des villes vers l’économie bas carbone. Ce projet innovant, développé via le programme « Ebbs and Flows of Energy Systems » (EFES), sera achevé au plus tard à la fin de l’année 2017, grâce aux de 2 millions d’euros injectés par les investisseurs Innovate UK et l’EPSRC (Engineering and Physical Sciences Research Council).
Sources : Enerpresse, 15/03/17.

L’électricité européenne du futur

Le hollandais TenneT et le danois Energinet ont présenté les plans pour la réalisation d’une centrale polyvalente en mer du Nord, sur l’île de Dogger Bank. Equipée d’installations éoliennes et solaires, ainsi que de turbines hydroélectriques, cette unité de production de 6,5 km² pourra fournir de l’électricité verte à 80 millions d’Européens. « Nous n’avons pas laissé notre imagination prendre le dessus, même si sur le papier cela rassemble à un projet de science-fiction, […] l’île Dogger Bank pourrait faire baisser drastiquement le prix de l’électricité éolienne » a déclaré Torben Nielsen, responsable technique d’Energinet. Le projet, dont les coûts de réalisation s’élèvent à 1,2 milliard d’euros, ne sera pas réalisable avant 2050.
Sources : maretmarine.com, 09/03/17 . bfmbusiness.bfmtv.com, 14/03/17.
Haut de page