Revue de presse - Europe

A la Une : Paquet Energie propre, les députés doivent trouver un consensus

Réglementations et politique de l'énergie

Paquet Energie propre : les députés doivent trouver un consensus

Le paquet Energie propre, présenté par la Commission en novembre 2016, a suscité de nombreux débats parmi les députés européens. En effet, 700 amendements ont été déposés sur l’efficacité énergétique, 1.300 sur les énergies renouvelables. Le paquet Energie propre, selon le calendrier de la Commission européenne, doit être proposé au vote de la Commission de l’Industrie (ITRE) le 28 septembre. Pour que cela soit possible, il faudra d’ici à cette date butoir, trouver des convergences et des compromis entre les positions contrastées des députés. Ainsi, une série de réunions a débuté pour tenter de faire émerger les premiers amendements de compromis sur l’efficacité énergétique. Néanmoins, la tâche ne sera pas aisée, de grandes divergences d’opinion existant dans l’hémicycle, notamment à propos des objectifs. « Beaucoup d’amendements soulignent le manque d’ambition de la Commission », a déploré José Blanco Lopes, rapporteur du projet de loi sur les énergies renouvelables.
Sources : Enerpresse, 06/09/17.

Production d'énergie

La Finlande veut sortir du charbon

Le gouvernement finlandais a annoncé sa volonté, dès l’année prochaine, d’introduire une loi prévoyant la sortie du charbon et l’augmentation de la taxe carbone. A noter que le charbon produit actuellement 10% de l’énergie consommée dans le pays. Néanmoins, le gouvernement pourrait garder à disposition les centrales au charbon pour éviter le risque de pannes de courant. De plus, la Finlande compte également sur l’EPR d’Olkiluoto, qui doit être mis en service en 2018, et sur le réacteur 1 d’Hanhikivi, qui devrait être opérationnel en 2024.
Sources : Enerpresse, 08/09/17.

Energies renouvelables

Le Danemark accélère sa stratégie environnementale

La compagnie pétrolière danoise Maersk Oil vient d’être vendue à Total pour 7,45 milliards de dollars. Ce qui fait du pétrolier français le « second opérateur en mer du Nord bénéficiant de positions majeures au Royaume-Uni, en Norvège et au Danemark », selon le PDG Patrick Pouyanné. Mais cette vente est surtout symbolique pour le Danemark. En effet, avec la cession de Maersk Oil, le pays vend sa dernière compagnie pétrolière. Trois mois auparavant, l’entreprise danoise Dong Energy avait cédé tous ses actifs liés à l’exploitation des énergies fossiles à une entreprise allemande. Le Danemark, qui souhaite supprimer toutes les énergies fossiles du pays avant 2050, fait donc un pas supplémentaire dans sa stratégie environnementale ambitieuse, planifiée et globale. « Plus ils font d'argent sur la mer du Nord, plus nous aurons d'argent à dépenser sur la transition énergétique », a affirmé le ministre de l'Énergie, Lars Christian Lilleholt.
Sources : mashable.france24.com, 05/09/17.

L’Irlande lance une consultation sur le mécanisme de soutien aux ENR

Le 4 septembre, le ministère irlandais de la Communication, de l’Action climatique et de l’Environnement a lancé une consultation publique portant sur la conception du mécanisme de soutien aux énergies renouvelables électriques (RESS). Ce mécanisme propose des incitations pour que l’Irlande respecte ses engagements européens en matière d’énergies renouvelables et de réduction des émissions de carbone à l’horizon 2030. Pour ce faire, le gouvernement souhaite, d’une part, accroître l’engagement citoyen dans les projets d’énergies renouvelables locaux. D’autre part, l’Irlande veut développer davantage de technologies liées aux énergies renouvelables (solaire PV, éolien, biomasse, micro-cogénération, hydroélectricité, énergie marine renouvelable, géothermie). La consultation proposée aux citoyens irlandais est ouverte jusqu’au 3 novembre.
Sources : Enerpresse, 07/09/17.

L’éolien en mer de plus en plus compétitif en Europe

Les prix de l’éolien en mer continuent de baisser en Europe. Lundi 11 septembre, au Royaume-Uni, les prix garantis étaient inférieurs à 75 livres par MWh (environ 82 euros). « Ce sont des records pour le Royaume-Uni, mais cela s'inscrit dans une tendance plus longue », explique Pierre Tardieu, l’un des responsables de WindEurope, qui rassemble les industriels européens du secteur. Cette baisse constante des prix depuis plusieurs mois est due aux multiples constructions de parcs ces dernières années. Ces résultats « montrent que l'éolien offshore est capable de s'adapter à des conditions techniques difficiles, à un prix de l'électricité bas, et cela sans prix du carbone pour l'instant », explique Matthieu Monnier, responsable pôle Industrie et Offshore à France énergie éolienne (FEE). A l’heure actuelle, 90% de l’ensemble du parc mondial d’éolien en mer, soit 12.000 MW, se situe en Europe.
Sources : lexpansion.lexpress.fr, 12/09/17.
Haut de page