Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

12 juil. 2019

Partager :

tendances et marché de l'énergie

12 juil. 2019 20 Minutes , 04/07/2019

Paris mise sur les Jeux Olympiques verts

La ville de Paris s’est engagée à émettre le moins possible de CO2 lors de Jeux Olympiques (JO) de 2024 et à compenser les émissions qui ne peuvent pas être évitées. « Il y a des émissions inévitables, liées aux transports des athlètes, des spectateurs, à l’alimentation » a précisé Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire. Pour atteindre l’objectif fixé, la ville utilisera 95% des infrastructures existantes et ne construira que le centre aquatique et le village olympique. Ce choix stratégique permet au Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre dérivant de la construction des infrastructures, par rapport aux éditions précédentes. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a d’ailleurs présenté le 3 juillet un appel à projets à destination des entreprises françaises pour la production d’énergie hors réseau. « Un événement comme les JO nécessite de systèmes de secours en énergie », explique Tony Estanguet, président du COJO. Le Comité souhaite installer des groupes électrogènes fonctionnant aux énergies renouvelables « pour les Jeux, voire avant », au lieu de recourir aux solutions existantes fonctionnant au gazole et donc très polluantes. L’Etat et le COJO ont enfin lancé une édition spéciale du concours d’innovation I-Nov pour trouver, entre autres, les matériaux de construction des infrastructures des JO.

12 juil. 2019 environnement-magazine.fr , 04/07/2019

Pour Coénove, le gaz renouvelable a un rôle à jouer en faveur de la neutralité carbone

L’association Coénove qui réunit des acteurs de la filière gaz et le cabinet Artelys ont réalisé une étude conjointe qui propose des scénarios alternatifs à celui exposé dans la stratégie nationale bas-carbone (SNBC) présentée fin 2018. Cette stratégie doit permettre à la France d’atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050 et s’appuie, pour ce faire, sur l’électrification massive des usages. Les scénarios proposés par les acteurs de la filière gaz dans cette étude vont dans le sens d’un rééquilibrage du mix énergétique. Le président de Coénove, Bernard Aulagne, justifie cette prise de position par la nécessité d’optimiser le rapport efficacité/coût du scénario proposé dans la SNBC. L’étude conduite par l’association s’aligne sur les objectifs français en matière de neutralité carbone, à savoir : un parc immobilier 100% bâtiment basse consommation (BBC) et la neutralité carbone en 2050. La feuille de route proposée par Coénove intègre davantage de gaz renouvelable (24% au lieu de 5% dans la SNBC), réduit la part d’électricité (40% au lieu de 47% dans la SNBC) et intègre des solutions hybrides. Dans ce document, Coénove précise que « ce scénario conduit à une consommation de gaz renouvelable supplémentaire de 16TWh compatible avec les contraintes qui pèsent sur la ressource».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

13 sep. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 13 sep.

A la une : Les capacités renouvelables ont quadruplé en dix ans

06 sep. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 06 sep.

A la une : Valorisation énergétique : la méthanisation se développe dans l’ouest

02 aoû. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 02 aoû.

A la une : Les territoires s’emparent de l’hydrogène

Voir toutes les revues de presse