Innovations et projets durables

Revue de presse

24 Mai. 2019

Partager :

innovations et projets durables

24 Mai. 2019 lemondedelenergie.com , 13/05/19

L’acier allemand chauffera Strasbourg

A partir de 2021, plusieurs quartiers de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) seront chauffés grâce à la chaleur produite par l’aciérie allemande BSW (Badische Stahlwerke) située à Kehl. Le réseau de chaleur urbain de l’agglomération française sera relié à une conduite de 8,6 km passant sous le Rhin et séparant Strasbourg de la ville allemande de Kehl. Cette nouvelle installation permettra de chauffer plus de 4 000 logements ou surfaces équivalentes dans les quartiers de La Petite-France, de l’Esplanada, des Deux-Rives ainsi que l’hôpital civil. « Ce transport transfrontalier d’énergie constituera une première européenne », a déclaré Robert Herrmann, président de l’EMS. Ce projet nécessite un investissement de 25 millions d’euros pour BSW et les collectivités locales françaises et allemandes, qui espèrent obtenir des subventions de l’Union européenne et de leurs pays respectifs.

24 Mai. 2019 latribune.fr, 15/05/19

Lyon met les bouchées doubles pour la transition énergétique

Le maire de Lyon, Gérard Collomb, a annoncé mercredi 15 mai 2019 de nouvelles actions en faveur de la transition énergétique. En introduisant des mesures en matière de performance énergétique et de développement durable, le maire souhaite encourager la ville à « changer de rythme et aller plus fort dans ses engagements » en termes d’environnement. Le maire a également annoncé la candidature de Lyon au titre de « Capitale verte de l’Europe » en 2022. Pour parvenir à ses objectifs, la ville lance un plan d’investissement de 100 millions d’euros sur dix ans pour améliorer la performance énergétique des bâtiments publics comme la bibliothèque municipale de la Part-Dieu, la Maison de la Danse ou encore l’Hôtel de ville. Le maire a également évoqué « l’enjeu de la cinquième façade » : les toitures des bâtiments municipaux constituent une superficie potentielle de « 100 hectares » inexploitée, qui peut être végétalisée ou accueillir des panneaux photovoltaïques, afin de participer à l’amélioration énergétique de la ville. Le plan d’urbanisme de la ville a été revu à cet effet afin d’inciter les promoteurs à suivre cette voie. Enfin le nouveau « plan arbres » de Lyon étendra « la part du végétal sur son territoire » avec un objectif de « 25% d’arbres supplémentaire sur 10 ans », précise la ville.

24 Mai. 2019 environnement-magazine.fr , 13/05/2019

Six ans après son lancement, IssyGrid multiplie les succès

Six ans après son lancement par Bouygues Immobilier et la mairie d’Issy-les-Moulineaux, le démonstrateur de smart grid Issy Grid fait l’objet d’un premier bilan. Impliquant dix industriels, dont Bouygues immobilier, EDF, Enedis, Microsoft et Schneider Electric, cette expérimentation a dans un premier temps concerné les 160 000 m2 de bureaux du quartier d’affaires Seine Ouest. Elle a ensuite été progressivement étendue aux 2 000 logements du quartier du Fort d’Issy, à la gare d’Issy RER, puis à l’Ecole de formation professionnelle des barreaux (EFB). « A la demande de la ville, nous avons travaillé sur l’autoconsommation et l’optimisation énergétique à l’échelle d’un quartier qui s’est révélée être la maille la plus pertinente », indique Christian Grellier, directeur de l’innovation du groupe Bouygues Immobilier. En dépit de sa complexité – quatorze systèmes d’information interconnectés ont notamment dû être déployés –, le succès a été au rendez-vous dans bien des domaines. Ainsi, 78% des besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire du quartier du Fort d’Issy sont désormais assurés par la géothermie. L’installation de 300 m2 de panneaux photovoltaïques a permis à l’EFB d’accéder à l’autosuffisance électrique, tandis que les 46 luminaires éclairant trois rues de la ville ont été remplacés par des candélabres à LED connectés. « L’objectif était de lever trois freins : un frein technologique, pour la production et le stockage d’énergie ainsi que l’autoconsommation au niveau d’un quartier ; un frein économique qui nécessitait de trouver les bons partenaires et d’inventer des modèles de business adaptés ; et enfin, un frein réglementaire sur l’utilisation des données de consommation personnelles », explique Christian Grellier. Convaincu par cette expérimentation, la ville s’est lancée dans la conception d’Issy Cœur de ville, un nouveau quartier intelligent : « nous ne construisons plus sans avoir cette notion d’efficacité énergétique à l’esprit », affirme Eric Legale, directeur général d’Issy Media, l’entreprise publique locale de communication et des projets innovants de la ville.

24 Mai. 2019 lefigaro.fr , 14/05/19

Lille : un réseau de chaleur d’ampleur à partir de la valorisation des déchets

La métropole européenne de Lille (MEL) construit actuellement un réseau de 20 kilomètres qui permettra de transporter de la chaleur issue de déchets. Ce nouveau réseau, qui partira du centre de valorisation énergétique (CVE) d’Halluin – où sont brûlées chaque année 350 000 tonnes de déchets – sera relié à dix communes. Il permettra de chauffer des bâtiments communaux et 50 000 logements collectifs ou équivalents dans un premier temps, et 70 000 à terme. Les tuyaux pourront transporter jusqu’à 8 000 m3 d’eau à 117°C depuis le centre de valorisation énergétique d’Halluin jusqu’à Lille en 2h30. A son arrivée dans les sous-stations de distribution, l’eau n’aura perdu que 2°C. Pour Lille, qui est aujourd’hui en partie chauffée au charbon, il s’agit d’un « chantier exemplaire, qui diminuera le recours aux énergies fossiles » se satisfait Damien Castelain, président de la MEL. La métropole estime que cette énergie permettra de réduire les émissions de C02 de 50 000 tonnes par an et d’améliorer ainsi la qualité de l’air. Toutefois, toutes les villes traversées par le chantier ne sont pas favorables au projet. Le président de la MEL assure que les travaux pourront être réalisés « au nom de l’intérêt général ». Le réseau, dont 7,2 kilomètres ont déjà été construits, devrait être mis en service fin 2020. Le budget global du projet s’élève à 75 millions d’euros sur douze ans, dont 12 millions portés par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et 13 millions par le fonds Feder de l’Union européenne.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

02 aoû. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 02 aoû.

A la une : Inauguration de deux parcs éoliens dans la Beauce

26 juil. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 26 juil.

A la une : Les Mureaux, future éco-ville ?

19 juil. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 19 juil.

A la une : EDF inaugure deux nouveaux parcs éoliens en Centre-Val de Loire

Voir toutes les revues de presse