Innovations et projets durables

Revue de presse

07 Juin. 2019

Partager :

innovations et projets durables

07 Juin. 2019 les-smartgrids.fr , 23/05/19

L’expérimentation Nice Smart Valley touche à sa fin

Interflex est un projet européen visant à expérimenter de nouvelles solutions en lien avec le réseau électrique dans le but d’optimiser la fiabilité d’un système électrique local. Regroupant six démonstrateurs dans cinq pays, Interflex fait partie du programme de recherche et d’innovation de l’Union européenne Horizon 2020. En France, le démonstrateur Nice Smart Valley a été déployé sur la Côte-d’Azur en 2017 pour trois ans. L’objectif est de tester différents cas d’usages, tels que le stockage, le pilotage de la demande ou encore le « Vehicle to Grid », l’automatisation des réseaux électriques, etc., dans des territoires très hétérogènes. Le démonstrateur est installé dans des quartiers de Nice, dans des petites villes et villages, en zone industrielle, dans une station de ski et également en zone insulaire. Le projet est porté par sept acteurs, dont Enedis, EDF, Socomec et la métropole Nice Côte d’Azur. Chaque industriel impliqué expérimente des solutions spécifiques avec l’objectif de déboucher sur l’industrialisation de « solutions innovantes sur le réseau d’électricité, en France, mais aussi en Europe, pour accueillir les énergies renouvelables décentralisées et les nouveaux usages de l’électricité, comme par exemple les véhicules électriques, susceptibles d’engendrer des contraintes sur les infrastructures de réseaux de distribution ». EDF a ainsi pu tester le V2H « Vehicle-to-home », qui fonctionne comme un « Vehicule-to-Grid » à petite échelle : le véhicule peut stocker de l’énergie et alimenter le réseau local. L’énergéticien a installé ce système dans une entreprise équipée de panneaux solaires et d’un véhicule électrique. La batterie de la voiture est rechargée par les panneaux photovoltaïques ou le réseau, et peut également alimenter l’entreprise en électricité, selon ses besoins. Les expérimentations de Nice Smart Valley se termineront à la fin de l’année.

07 Juin. 2019 lesechos.fr , 28/05/19

Création du syndicat Essonne Energies pour favoriser la transition énergétique

Afin d’accélérer sa transition énergétique, le département de l’Essonne a créé Essonne Energies, un syndicat mixte ouvert visant à rassembler l’ensemble des acteurs concernés. Alors qu’il existe aujourd’hui une quarantaine de syndicats d’énergie dans le département, ainsi que quelques communes gérant en propre leur distribution d’électricité, l’objectif d’Essonne Energies est de regrouper les compétences liées à l’énergie au sein d'un opérateur unique. L’une des priorités du nouveau syndicat est le développement de fermes solaires. Le département a déjà identifié des terrains en capacité d’accueillir ce type d’installations. Un premier projet d’ampleur a été lancé il y a deux ans à Marcoussis, où une vaste exploitation solaire est en construction, et dont l’objectif final sera d’alimenter des milliers de foyers. Sur ce projet, le nouveau syndicat exercera les compétences de ses membres en matière d'aménagement des installations et de leur exploitation. « Dans un horizon de moyen terme (quelques années), Essonne Energie a vocation à devenir un des acteurs importants de l'énergie pour notre territoire » affirme François Durovray, président du conseil départemental. En plus des fermes solaires, l’installation de stations hydrogène est prévue dans les compétences obligatoires du syndicat. Essonne Energies aura également pour mission de réaliser des études. Selon les choix des élus, le syndicat pourra aussi intervenir sur les mobilités durables et la production d’autres énergies renouvelables. Le département s’intéresse notamment à de possibles projets de géothermie.

07 Juin. 2019 usinenouvelle.com , 31/05/19

La data au cœur de la politique énergétique parisienne

Créé en 2015 à l’initiative de la mairie de Paris, le programme DataCity, qui tient cette année sa quatrième édition, a vu émerger un certain nombre de projets visant à mettre la data au service de la ville. Elaborés par des grands groupes et des startups réunis pour l’occasion, ces projets doivent être révélés au grand public le 12 juin 2019. Pour cette édition 2019, les participants ont majoritairement travaillé sur des problématiques environnementales telles que la rénovation thermique des bâtiments. Jean-Philippe Clément, le chief data officer de la Ville de Paris, explique que le travail de ciblage des bâtiments à rénover est très important car il nécessite de regrouper des sources très variées (consommation d’énergie, statut, structure du bâtiment, etc.). Afin de répondre à ce défi, la start-up U.R.B.S s’est associée à plusieurs acteurs énergétiques, dont EDF. La jeune pousse a mis au point une carte permettant de cibler les bâtiments les plus énergivores. Les autorités locales peuvent se servir de cet outil pour identifier les meilleurs candidats à la rénovation. Les participants ont aussi planché sur un autre grand sujet : celui de la transition vers les mobilités vertes. Ainsi, à titre d’exemple, la startup Wintics travaille sur la mise au point d’un système d’exploitation des données permettant d’identifier les endroits les mieux à même d’accueillir des parkings et des bornes de recharge pour les véhicules électriques.

07 Juin. 2019 ouest-France.fr , 28/05/19

Les villes de l’ouest de la France agissent en faveur de l’environnement

Les territoires de l’ouest de la France, à l’image de Brest et de Saint-Nazaire, regorgent d’innovations en matière d’environnement. A Brest, la municipalité a décidé de transformer une ancienne friche industrielle à l’abandon depuis les années 1990 en un nouveau quartier éco-responsable. Ainsi, des logements construits en lieu et place des anciens Ateliers des Capucins sont peu énergivores et sont alimentés grâce à un réseau de chaleur et à 1 400² de panneaux photovoltaïques. L’énergie qui est y consommée est produite localement et peut également être utilisée pour approvisionner les équipements collectifs voisins. A Saint-Nazaire, les autorités et le groupe La Poste se sont penchés sur les problèmes de précarité énergétique que rencontrent 23% des habitants de l’agglomération. Pour tenter de remédier à ce problème, les initiateurs du projet ont chargé les facteurs de collecter des données sur la situation énergétique des Nazairiens et de les orienter, lorsqu’ils se révèlent être en situation de précarité énergétique, vers des interlocuteurs pertinents. Ce dispositif est gratuit et tous les ménages disposant de revenus modestes peuvent en bénéficier. Les porteurs du projet souhaitent réaliser 110 visites et diagnostics sociaux-techniques par an.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

19 juil. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 19 juil.

A la une : EDF inaugure deux nouveaux parcs éoliens en Centre-Val de Loire

12 juil. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 12 juil.

A la une : EDF et le Secours Catholique : toujours engagés dans la lutte contre la précarité énergétique

05 juil. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 05 juil.

A la une : L’Occitanie veut développer la filière de l’hydrogène vert

Voir toutes les revues de presse