Diversité Publié le 26/02/2021

Index de l’égalité entre les femmes et les hommes : à fin 2020, EDF SA consolide sa performance avec un taux renouvelé à 95/100.

EDF annonce une note globale de 95/100 à l’index de l’égalité femmes-hommes, l’une des dispositions nouvelles introduites par la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 05 septembre 2018.
 
En application de cette loi qui vise notamment à supprimer les écarts de salaire entre les femmes et les hommes en France, les entreprises de plus de 50 salariés doivent :
 
  • calculer et publier sur leur site internet cette note globale au 1er mars de chaque année
  • et entreprendre, le cas échéant, des actions correctives nécessaires sous peine de sanctions financières pouvant aller jusqu’à 1% de leurs masses salariales.
 
Après une première publication à 80 points au titre de l’année 2018, EDF SA réitère en 2020 sa performance de 2019 avec un nouveau score de 95 points sur 100.



Détail du calcul de l'index d'égalité professionnelle femmes-hommes :  
 indicateur calculable (1=oui, 0=non)valeur de l'indicateurpoints obtenusnombre de points maximum de l'indicateurnombre de points maximum des indicateurs calculables
1- écart de remuneration (en %)10404040
2- écarts d'augmentations individuelles (en points de %)11,1%202020
3- écarts de promotions (en points de %)11,1%151515
4- pourcentage de salariés augmentés au retour d'un congé maternité (%)1100%151515
5- nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations1251010
Total des indicateurs calculables5 95 100
INDEX (sur 100 points)  95 100



Ce résultat est le fruit de la politique volontariste du Groupe qui englobe l’égalité de rémunération mais aussi d’autres enjeux tout aussi importants comme : l’égalité des chances dans les parcours professionnels, le recrutement, la féminisation des métiers techniques. Depuis 2019, le Groupe s’est doté d’une ambition mixité à l’échelle mondiale qui soutient ces dynamiques de mixité et d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, facteurs essentiels de progrès social et de performance durable. Un engagement réitéré en décembre 2020.  L’objectif pour EDF : briser les plafonds de verre avec 30% de femmes au sein du Groupe, parmi les cadres et dans les comités de direction.
 
Pour le Groupe, il s’agit aussi de lutter contre les préjugés et faire évoluer les mentalités. En France, EDF est aux côtés de l’association « Elles bougent » dans laquelle s’impliquent près de 400 marraines EDF ou « Pretty Curious » au Royaume-Uni ou encore, les 4 000 membres du réseau Energies de Femmes. Ces marraines bénévoles témoignent et font la promotion des métiers techniques auprès des jeunes filles dès le collège.
 
Enfin, EDF est engagée contre les agissements sexistes. En 2020, un baromètre sexisme a été mis en place avec pour objectif de détecter et de combattre le sexisme au travail. Ce baromètre s’inscrit dans le cadre de l’initiative inter-entreprises #StOpE dont EDF est partenaire depuis l’origine.
 
Et les résultats sont là. Le groupe EDF compte aujourd’hui plus de 25% de femmes dans ses effectifs (30,4% à EDF SA en 2020), ce qui le place dans la moyenne haute des principaux Groupes industriels français. Grâce aux différentes actions de sensibilisation menées par le Groupe, 21%  des femmes chez EDF SA travaillent dans les métiers et environnements techniques. Par ailleurs, 60% des femmes recrutées chez EDF SA sont dans les métiers techniques et SI. 1/4 des ingénieurs sont des femmes.
 


ZOOM sur EDF Production Électrique Insulaire (PEI) qui enregistre une belle progression par rapport à 2019 
 
Fin 2020, EDF PEI atteint le score de 84/100 pour son « index de l’égalité entre les femmes et les hommes » (vs. 56/100 en 2019).
À EDF PEI, le constat fait depuis 2019, contrairement à ce qui est souvent déploré dans les entreprises, est plutôt en faveur des femmes.  Le nombre de femmes parmi les 10 plus hautes rémunérations, tout comme le taux de féminisation du Comité de Direction, sont élevés.
 
La société continuera cependant à mettre en œuvre les actions nécessaires pour continuer à progresser :
  • Une enveloppe salariale est identifiée pour réduire les écarts de rémunération ;
  • Une attention particulière sera portée lors de l’attribution des promotions et des augmentations individuelles ;
  • La sensibilisation à la nécessaire lutte contre les harcèlements, le sexisme et les discriminations sera poursuivie, en droite ligne avec les orientations du groupe EDF et les outils déployés.

 
 indicateur calculable (1=oui, 0=non)valeur de l'indicateurpoints obtenusnombre de points maximum de l'indicateurnombre de points maximum des indicateurs calculables
1- écart de remuneration (en %)15,9%344040
2- écarts d'augmentations individuelles (en points de %)14,8%102020
3- écarts de promotions (en points de %)116,6%15*1515
4- pourcentage de salariés augmentés au retour d'un congé maternité (%)1100%151515
5- nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations15101010
Total des indicateurs calculables5 84 100
INDEX (sur 100 points)  84 100
* Prise en compte des mesures de correction (§5.2 du décret n°2019-15)     
 
Détail des indicateurs de l’index de l’égalité 2020 pour EDF SA :
 
  • Sur l’indicateur n°1, relatif à la suppression des écarts moyens de rémunérations (salaire de base + variable) entre les femmes et les hommes, à poste et âge comparables, EDF cumule 40 points sur les 40 possibles. Pour ce calcul, l’entreprise a retenu les 4 tranches d’âges proposées par la loi et s’est appuyé sur la notion de collèges (exécution, maitrise, cadre) qui demeurent clés dans les analyses au titre de l’égalité professionnelle (cf. les rapports de situations comparées depuis 2004).
     
  • Sur l’indicateur n°2 qui vise à s’assurer que femmes et hommes ont les mêmes chances d’avoir des augmentations salariales (évolutions en NR hors promotions), EDF cumule 20 points sur les 20 possibles, sachant que l’écart moyen pondéré par les effectifs de chaque collège reste dans le seuil de pertinence de + /-2 points défini par le décret. A fin 2020, EDF affiche des performances qui diffèrent selon les collèges (plutôt favorables aux femmes sur les collèges exécution et maîtrise, et défavorables sur le collège cadre) qui restent toutefois moins marquées que l’année précédente et qui rappellent la pertinence d’une veille jalonnée sur ce respect des proportions F/H dans la distribution des augmentations salariales dans l’entreprise.
     
  • Sur l’indicateur n°3 qui est le pendant du second, mais sur les questions de promotions cette fois (évolutions en GF), EDF cumule à nouveau 15 point sur les 15 possibles. A fin 2020 tous les écarts constatés par collèges restent contenus dans le seuil de pertinence de +/-2 points défini par le décret, avec une situation qui, à la différence de l’indicateur précédent, demeure plus favorable aux femmes sur le collège cadre et moins favorable sur le collège maîtrise et surtout le collège exécution (dont le poids est toutefois inférieur à 6% de l’effectif global).
     
  • Sur l’indicateur n°4 relatif à la neutralité, sur le plan de la rémunération principale, des congés maternité ou adoption, EDF a pu s’attribuer 15 points sur les 15 possibles à fin 2020. Il existe en effet un dispositif d’examen systématique des situations salariales des collaboratrices ayant eu un enfant dans l’année écoulée (782 situations analysées au titre de 2020), qui permet notamment l’attribution de NR sur contingent national pour prévenir d’éventuels écarts injustifiés. Ce dernier fait dorénavant l’objet d’un pilotage centralisé au sein de la DRH groupe pour garantir l’exhaustivité des traitements, l’existence d’un dispositif miroir pour les salariées non statutaires, et les corrections appropriées des situations particulières (ex : congé parental d’éducation à temps plein enchaîné, etc.)
     
  • Enfin, sur l’indicateur n°5 relatif au nombre de femmes présentes parmi les 10 plus hautes rémunérations de l’entreprise, EDF comptabilise 5 points sur 10 possibles (avec 2 femmes parmi les 10, sachant que le score maximal s’obtient à partir de 4).