Pour s'inscrire dans l'ambition environnementale de Paris 2024, EDF s’engage à ce que l’électricité injectée sur le réseau électrique pour couvrir les besoins des Jeux de Paris 2024 soit d’origine renouvelable, certification à l’appui.

Intégrant un corridor écologique, le parc solaire d’Ottmarsheim est aussi le plus grand d’Alsace. Ses 28 000 panneaux photovoltaïques alimenteront les infrastructures de Paris 2024 en électricité renouvelable.

Une contribution déterminante à un objectif ambitieux

Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 s'est donné pour objectif de réduire de moitié l'empreinte carbone de l'événement par rapport à la moyenne des éditions précédentes1.

En tant que partenaire premium et fournisseur officiel d’électricité renouvelable des Jeux de Paris 2024, le groupe EDF apportera une contribution déterminante à cet objectif grâce aux savoir-faire d'EDF SA et des six filiales du groupe EDF incluses dans le partenariat : EDF Renouvelables, EDF ENR, EDF PEI (Production Électrique Insulaire), Dalkia, Hynamics et Izivia.

Une certification innovante...

EDF fournira pour l'ensemble des sites et infrastructures des Jeux de Paris 2024 des garanties d'origine certifiant qu'une quantité d'électricité d’origine renouvelable2 équivalente à leur consommation a bien été injectée sur le réseau électrique, depuis 8 parcs de production (6 éoliens et 2 solaires) du groupe EDF situés en France. 

... pour une traçabilité parfaite

La certification s’appuie sur une blockchain spécialement conçue pour le monde de l’énergie. Elle est associée à un outil d’analyse mis au point par les experts d’EDF, garantissant la concomitance au pas horaire entre la production d’électricité des parcs et la consommation des bâtiments, pour une traçabilité incontestable des données.

S’appuyer sur la diversité de 8 parcs de production d'électricité renouvelable

La répartition sur l'ensemble du territoire des parcs de production retenus pour l'alimentation en électricité renouvelable des sites olympiques et paralympiques de Paris 2024 permet de maximiser le foisonnement de la production éolienne et solaire et de tirer le meilleur parti des conditions météorologiques.

  • 6 parcs éoliens

    • Bois-des-Barthes (Haute-Loire)
    • Chemin-d’Ablis (Eure-et-Loir)
    • Côte-de-Jade (Vendée)
    • Fécamp (Seine-Maritime)
    • Salles-Curan (Aveyron)
    • Veulettes (Seine-Maritime)
  • 2 parcs solaires

    • Lazer (Hautes-Alpes)
    • Ottmarsheim (Haut-Rhin)

Le parc de Chemin-d’Ablis en Eure-et-Loir compte parmi les 8 sites de production d’électricité renouvelable retenus. C'est l’un des plus grands parcs éoliens français.


1 Les Jeux de Paris 2024 ne devront pas dépasser 1,5 million de tonnes de CO2, c’est-à-dire deux fois moins que l’empreinte carbone de la moyenne des éditions précédentes des Jeux d’été. Source : site internet de Paris 2024 – Diviser par deux l’empreinte carbone des Jeux.

2 Au sens de la réglementation en vigueur et notamment en conformité avec les mécanismes de garantie d’origine.