05 jan 2018

Dijon, première smart métropole 3.0

Un poste de pilotage connecté va gérer l’ensemble des équipements de l’espace public à Dijon Métropole. Avec François Rebsamen, président de Dijon Métropole, et Carmen Munoz-Dormoy, directrice générale de Citelum, le point sur cette démarche inédite mise en oeuvre par Bouygues Energies & Services et Citelum, filiale d’EDF.

François Rebsamen, Président de Dijon Métropole
Carmen Munoz-Dormoy, Directrice générale de Citelum

Les projets de ville intelligente fleurissent partout dans le monde. En quoi celui de Dijon Métropole est-il une première ?

François Rebsamen : L’ampleur du projet est absolument inédite, car il couvre toutes les grandes fonctions de l’espace public : la mobilité, la sûreté, l’éclairage, la voirie. Tout cela sur le périmètre exceptionnel des 24 communes de la métropole et de leurs 260 000 habitants, là où d’autres villes se limitent à des expérimentations sur un quartier. Dijon Métropole est en train d’inventer la ville 3.0, avec une approche intégrée de l’espace public, au service de la qualité de vie des habitants.

Carmen Munoz-Dormoy : La création d’un poste de pilotage connecté permettra de gérer à distance, de coordonner et d’entretenir la plupart des infrastructures urbaines : feux tricolores, éclairages, vidéoprotection, services de voirie, bornes d’accès au centre-ville… Grâce à des capteurs, des caméras ou des véhicules géolocalisables (voitures de police, bennes à ordures), les données de fonctionnement de tous les services et équipements publics remonteront en temps réel au centre de pilotage.

Quelles expertises Citelum apporte-t-elle au projet ?

C. M.-D : Citelum fournit son savoir-faire dans l’éclairage intelligent et sa solution de gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO) appelée « MUSE ». C’est une plateforme de gestion multidomaine de l’espace urbain, déjà implantée dans plusieurs villes dans le monde, mais dont l’utilisation sera beaucoup plus puissante au sein de Dijon Métropole. Par exemple, une fonction gestion des événements permettra, un jour de match de football, d’informer les citoyens via les réseaux sociaux sur les conditions de circulation et de stationnement, ou encore de moduler le réglage des feux tricolores en fonction du trafic.

F. R. : L’expertise de Citelum en éclairage et en services urbains connectés sera essentielle pour atteindre un engagement contractuel d’économies d’énergie et aussi améliorer l’information des citoyens.

Sur quoi portent les économies attendues et les engagements ?

C. M.-D. : Le projet sera réalisé au travers d’un contrat de conception-réalisation, exploitation et maintenance (CREM). Il comprendra notamment un important volet éclairage public : plus de 34 000 points lumineux seront transformés en 100 % LED. Notre engagement portera sur 65 % d’économies d’énergie au final, et la rénovation des équipements générera 50 % d’économies sur les coûts de maintenance. Nos objectifs de performance porteront aussi sur la disponibilité du poste de pilotage 24 h/24.

Quand le système sera-t-il opérationnel ?

C. M.-D. : Le contrat démarre dans quelques semaines, avec la mise en place d’une équipe étoffée par des recrutements locaux. Le poste de pilotage sera en service fin 2018 et les travaux d’infrastructures seront réalisés progressivement sur une période de cinq ans.

Quelles retombées pour le territoire et la qualité de vie des habitants ?

F. R. : Ce projet va créer 45 emplois directs et pérennes sur la durée du contrat, et il générera des retombées plus importantes encore sur l’emploi indirect. En facilitant l’accès aux données au travers de l’open data, Dijon Métropole stimulera l’émergence d’un écosystème de start-up locales et la créativité des entreprises, des associations et des universités pour développer les services de demain. Notre démarche met résolument le citoyen et son usage de la ville au cœur des services publics, et je suis convaincu que de nombreux services numériques aux habitants restent à inventer, grâce auxquels nous pourrons leur donner des informations en temps réel, mais aussi améliorer nos pratiques de démocratie participative. C’est une formidable opportunité de développement économique et d’attractivité pour le territoire.

Pourquoi avoir fait le choix de l’open data ?

F. R. : Les données publiques sont un bien commun dont la diffusion relève de l’intérêt général, et l’open data est au coeur des nouvelles missions de service public des collectivités. Au travers de ce projet, Dijon Métropole s’implique pour en définir les contours par la mise en place d’une gouvernance locale des données. La collectivité facilite l’accès aux données, tout en gardant à chaque instant la maîtrise et en garantissant la protection des données personnelles.

C’est la première fois, en France, qu’un projet de cette envergure en matière d’open data voit le jour dans une administration publique, à l’échelle d’un territoire de 24 communes.

C. M.-D. : Ce projet de gestion connectée de l’espace public est réellement innovant, car il va permettre aux élus, aux habitants et aux entreprises de construire et d’apprendre ensemble. Il ne s’agit pas seulement de technologie, mais également d’utilisation responsable des données pour faciliter la mobilité des habitants, améliorer la qualité de service sur la voirie, renforcer la sécurité de l’espace public et accroître l’implication des citoyens dans la vie de la métropole.

 

LE PROJET EN CHIFFRES

Au terme de deux ans d’appel d’offres, Dijon Métropole a attribué au groupement composé de Bouygues Energies & Services, filiale de Bouygues Construction, mandataire, et de Citelum (filiale du groupe EDF), avec Suez et Capgemini, le contrat de réalisation et de gestion pendant douze ans d’un poste de pilotage connecté et centralisé des équipements de l’espace public des 24 communes du territoire :

• 34 000 points lumineux convertis au 100 % LED ;
• plus de 140 km de fibre optique déployés ;
• 205 véhicules géolocalisés + 130 équipés de radio ;
• 113 carrefours et 180 bus équipés de la priorité aux bus ;
• 65 % d’économies d’énergie au terme du contrat.

 

 

Haut de page