24 nov 2014

Plan de productivité Energies à l’hôpital : Une dynamique pour améliorer la productivité de l’énergie

A 29 ans, Abdelhak Aitsi est expert en efficacité énergétique à EDF Commerce nord-ouest depuis trois ans. Son parcours : ingénieur de l’Ecole des Mines de Douai, double cursus complémentaire génie énergétique, environnement et gestion de projet à l’Ecole Polytechnique de Montréal (Canada), première expérience en tant que chef de projet dans un bureau d’études spécialisé en MDE (Maitrise de l’Energie) et CVC (Chauffage, Ventilation, Climatisation). Il revient sur l'expérimentation du Plan de productivité énergies dans les établissements hospitaliers.

En partenariat avec le Centre Hospitalier de Valenciennes, Abdelhak Aitsi a conduit côté expertise technique la première expérimentation du Plan de productivité énergies (PPE) à destination du secteur tertiaire public.

« Une démarche d’efficacité énergétique »

Son avis : « C’est une expérimentation, conçue pour s’adapter aux besoins du client. Par leur complexité, les process utilisés dans les établissements hospitaliers se rapprochent des process industriels qu’EDF connaît bien. A ces contraintes techniques s’ajoutent les règles de prudence liées à la continuité de service. Cette préoccupation doit être constante dans toute démarche d’efficacité énergétique menée en milieu hospitalier. L’idée du PPE est qu’EDF Collectivités et l’hôpital se fixent comme objectif commun un certain volume d’économies d’énergies et de fluides (électricité, gaz, fioul, eau…). EDF Collectivités s’engage à les trouver, le client à mettre en œuvre les actions préconisées. Pendant toute la durée du contrat, ils travaillent ensemble à identifier, améliorer, adapter ces pistes de progrès en fonction de l’évolution des besoins et des options stratégiques de l’établissement.

« 25 000 euros d’économies d’énergie »

Dans le cadre de cette expérimentation, l’objectif fixé en commun était de trouver 25 000 euros de pistes d’économies d’énergie. Le processus itératif mené avec le client pendant près d’un an a été très « productif » puisqu’au terme du PPE près de 58 000 euros de pistes d’économies d’énergie ont été identifiées au Centre Hospitalier de Valenciennes et validées par le client. Le Plan de « productivité » énergies mérite bien son nom. Le PPE améliore la productivité de l’énergie et l’amélioration de la productivité de l’énergie contribue à améliorer la performance hospitalière. »

Trois questions à Abdelhak Aitsi :

Les hôpitaux ont-ils des problématiques spécifiques en matière d’efficacité énergétique ?

Les process utilisés dans les établissements hospitaliers sont d’une grande complexité et se rapprochent en cela des process industriels qu’EDF connaît bien. Les hôpitaux connaissent également des contraintes très fortes en matière de réglementation portant sur les aspects sanitaires et la sécurité, ou de règles de prudence liées à la continuité de service. Les zones des blocs opératoires sont très énergivores, mais toute optimisation touchant le cœur de l’activité ne peut être envisagée sans la garantie qu’elle n’affectera pas le fonctionnement des installations vitales. Cette préoccupation doit être constante dans toute démarche d’efficacité énergétique en milieu hospitalier. En tant qu’expert efficacité énergétique, je travaille à la fois dans l’industrie et dans le tertiaire public. L’expérience acquise par EDF dans les deux domaines, sa connaissance des contraintes propres à chaque univers, nous permet d’enrichir nos compétences et de faire bénéficier nos clients d’une expertise technique transverse, s’appuyant sur des contributions très diverses.

Pourquoi la méthodologie du PPE est-elle aussi productive ?

L’efficacité du Plan de Productivité Energies (PPE) est liée à son double ancrage, dans une démarche participative basée sur une relation de confiance et dans la durée. Le périmètre de l’étude, la durée du contrat, les objectifs, tous les paramètres sont définis en commun. Pour l’expérimentation menée au Centre Hospitalier de Valenciennes, le PPE a duré près d’un an et porté sur quatre zones du site : l’Unité de Traitement du Linge (UTL), l’Unité Centrale de Production Culinaire (UCPC), la Maternité Monaco et la chaufferie. Suite à un pré-diagnostic établi par l’équipe d’expertise technique d’EDF Collectivités, la « base de travail » du contrat, c’est-à-dire l’objectif chiffré de réduction des coûts énergétiques et de fluides (électricité, gaz, fioul, eau…) a été fixé à 25 000 euros avec un temps de retour sur investissement maximum souhaité de 5 ans. La mise en œuvre du contrat est fondée sur un processus itératif. Au Centre Hospitalier de Valenciennes, le comité de pilotage réunissant des experts côté technique et côté commercial des deux parties s’est réuni tous les trois mois.
Mission : évaluer les nouvelles pistes présentées par EDF Collectivités (les économies potentielles sont chiffrées en MWh/an, en CO2/an, en k€/an et les CEE potentiels en MWh Cumac). Méthodologie : échanges sur les critères économiques à retenir en matière d’investissement et de coûts d’exploitation, discussions autour des évolutions nécessaires, d’éventuelles nouvelles orientations demandées par le client, de la cohérence des actions. Objectif : validation de la piste d’économies d’énergie présentée si elle entre dans les critères du PPE et satisfait le Centre Hospitalier de Valenciennes. Dans le PPE, l’équipe du client et celle d’EDF Collectivités fonctionnent en mode projet. C’est cette dynamique et l’adaptabilité de l’offre qui a permis d’identifier et de valider au final plus du double de pistes d’économies d’énergies par rapport à notre base de travail.

Des exemples de pistes d’économies d’énergies efficaces ?

Constituant un cadre propice aux échanges d’expérience avec les équipes techniques, le PPE favorise l’identification de pistes d’économies d’énergie qui ne nécessitent aucun investissement financier pour le client. Les compresseurs de la blanchisserie du Centre Hospitalier de Valenciennes, par exemple, présentaient des fuites. La réparation n’a rien coûté, puisqu’elle est incluse dans les frais de maintenance. La pression délivrée et le temps de fonctionnement programmé étaient bien au dessus des besoins. Le PPE a validé l’action correspondant à la modification du pilotage. Economie globale sur les compresseurs : 5,5 k€/an. Le mode de fonctionnement et de régulation de la centrale de traitement d’air du restaurant et de la blanchisserie a également fait l’objet d’une recommandation d’optimisation. Ajustements du fonctionnement horaire, intervention de maintenance sur des vannes de régulation pour que le pilotage soit adéquat, rétablissement du service sur un échangeur de récupération de chaleur mis à l’arrêt,… ces actions ne coûtent rien et les économies d’énergie identifiées sont conséquentes – 7,3 k€/an pour le restaurant et 28,3 k€/an pour la blanchisserie – parce que ces équipements sont de gros consommateurs d’énergie.
Le Centre Hospitalier de Valenciennes a décidé également d’investir sur l’avenir en validant deux autres pistes d’économies d’énergie : la modification de l’éclairage du plateau technique situé dans le secteur du laboratoire et de la cuisine et la mise en place d’un économiseur de fumées sur les chaudières vapeur. Le remplacement des néons par des éclairages LED permet de diviser la consommation d’énergie par deux, soit 2,1 k€/an. Pour l’économiseur de fumées, l’investissement est important mais le gain attendu est de 15,3 k€/an. Les temps de retour sur investissement sont respectivement de 3,5 et de 3,7 ans.

Haut de page