24 sep 2013

Les nouveaux modes constructifs et les nouvelles technologies liées à l’efficacité énergétique, ça marche !

Interview de Louis Pesenti, Directeur général délégué de AREA PACA1.

AREA PACA a été deux fois lauréat du Fonds Innovation de la Fédération des EPL PACA / EDF Collectivités2, pour la Villa Méditerranée de Marseille en 2011 et pour le lycée René Goscinny de Drap en 2012. En quoi ces projets sont-ils innovants et exemplaires en matière d’efficacité énergétique ?

Rappelons que la Villa Méditerranée, anciennement dénommé CeRem (Centre Régional de la Méditerranée) est un lieu d’exposition, d’expression et de production du monde méditerranéen contemporain créé par la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
Inscrivant sa programmation 2013 dans le cadre de Marseille Provence, capitale européenne de la culture, la Villa a ouvert ses portes le 7 avril 2013 en accueillant le premier sommet des Présidents des Parlements nationaux de la Méditerranée autour du Président du Parlement Européen et du Président de Région.

Le bâtiment dessiné par les architectes Stefano Boeri, Ivan Di Pol et Jean-Pierre Manfredi se distingue par une spectaculaire avancée en porte-à-faux de 40 mètres culminant à 19 mètres de hauteur. Il a la forme d’un « C », dont la base est immergée sous un bassin artificiel. Sous le niveau de la mer sont aménagés une agora de 2000 m2 et un auditorium de 400 places destiné à accueillir conférences, colloques et réunions internationales. La Villa Méditerranée est, sans doute, le premier exemple de bâtiment utilisant la double peau ventilée en région PACA.

Nous avons nous-mêmes été surpris par l’efficacité énergétique de cette technique. Sur les coursives longeant la façade ventilée, alors que c’est la plus exposée et qu’elle est totalement vitrée, le différentiel de température est de 5 à 7 °C par rapport aux autres façades. L’autre grande innovation de la Villa Méditerranée est son système de production de chaud et de froid par échangeurs sur eau de mer. Nous connaissions très bien les pompes à chaleur, mais les applications sur eau de mer sont encore rares.

De plus, nous avons décidé de mutualiser cette production d’énergie avec notre voisin le MuCem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), les deux bâtiments étant situés côte à côte sur le J4. Les trois points forts à retenir sur ce bâtiment sont donc la diminution des besoins en énergie, la valorisation des ressources énergétiques locales et la mutualisation des équipements. Dès les premières semaines, l’affluence a été considérable et nous n’avons pas eu de retour négatif, ni sur le confort de la part des visiteurs, ni sur le fonctionnement de la part des gestionnaires. Il s’agit d’une installation très complexe à régler, mais la mutualisation de nos ressources de production fonctionne très bien, et pour le MuCem, et pour nous.

Les particularités du projet du lycée René Goscinny de Drap ?

Un élément essentiel du projet du lycée René Goscinny de Drap (06) est le soin qu’ont mis les architectes3 à choisir l’implantation du bâtiment par rapport au climat, au soleil, à la végétation, dans un environnement extrêmement contraint (terrain très pentu, risques d’inondations…). C’est un élément très fort, pour moi, de la durabilité du projet. Appelé à accueillir 900 élèves, le bâtiment totalise une surface de 14000 m2 SHON sur 4 hectares.
Il s’agit du premier lycée structure bois de la région PACA. Fruit d’une stratégie d’optimisation des besoins énergétiques, le bâtiment répond à une démarche HQE. Le projet a la particularité d’associer plusieurs sources d’énergies renouvelables locales. La chaudière à particules bois d’une puissance de 200 kW doit assurer 85 % de la consommation énergétique.

Une installation solaire photovoltaïque semi-transparente de 540 m2 courant au dessus des coursives produit 120 MWh/an, tout en servant de pare-soleil. Cette capacité est doublée par la membrane photovoltaïque installée en toiture, qui produit de l’énergie tout en assurant l’étanchéité. Le lycée a été livré pour la rentrée 2012. Je n’ai pas entendu la moindre critique cet hiver ni en termes de confort, ni en termes de consommations, sachant que ces installations extrêmement complexes nécessitent d’être régulées avec précision. Il nous faudra environ un an et demi pour mesurer la pertinence des installations. Nous aurons de chiffres fiables à l’été 2014.

Quels enseignements peut-on tirer de ces deux réalisations innovantes ?

Les nouveaux modes constructifs et les nouvelles technologies liées à l’efficacité énergétique, ça marche. Ces deux réalisations en font la preuve. Je retiendrai également un autre point important : ce type de réalisation constitue un vrai champ d’apprentissage pour le maitre d’ouvrage, pour le maitre d’œuvre et pour les entreprises.

AREA PACA avait déjà réalisé un gymnase en bois. Le fait de passer à une autre échelle avec le lycée René Goscinny nous permet de progresser sur le plan méthodologique. Parallèlement, le savoir-faire engrangé dans des opérations comme celles-là est très important pour les architectes, les constructeurs, les énergéticiens qui en feront bénéficier d’autres projets.


1 La Société Publique Locale d’Aménagement AREA PACA est l’opérateur de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. AREA assure la construction et la réhabilitation du parc des lycées, Centres de formation en alternance (CFA) et et de quelques locaux universitaires, ainsi que la construction d’équipements régionaux importants.

2 Lancé en 2011, le Fonds Innovation Fédération des Entreprises Publiques Locales (EPL) de PACA / EDF Collectivités est destiné à promouvoir et à soutenir financièrement, dès sa phase de conception, les projets les plus innovants en matière d’efficacité énergétique développés par les EPL de PACA pour leurs donneurs d’ordre collectivités locales et territoriales. Le Fonds est organisé en quatre catégories : construction neuve, rénovation, éclairage intérieur ou extérieur, éco-quartier. Cinq lauréats ont été récompensés en 2011 et 10 l’ont été en 2012.

3 Architectes : José Moralès et Rémy Marciano.

Haut de page