25 fév 2013

« La mise en lumière de la cathédrale Sainte-Marie-Majeur confirme encore l’ancrage territorial d’EDF à Marseille »

Interview de Roland Blum, premier adjoint au Maire de Marseille (13), délégué à l’Expansion économique, au Développement du port, aux Technopôles et aux Zones franches urbaines.

Mise en lumière de la cathédrale Sainte-Marie-Majeur de Marseille.
De gauche à droite : L. Narducci, Maire des 2ème et 3ème arrondissement de Marseille ; Maître B Jacquier, Président du fonds de dotation ; H Annas, Architecte DPLG Lumière d'EDF ; JC Gaudin, Sénateur Maire de Marseille ; H Proglio, Président-Directeur général d'EDF.

Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille, et Henri Proglio, Président-Directeur général d’EDF, ont donné le 10 janvier le coup d’envoi del’illumination de la Major dans le cadre de Marseille-Provence 2013. Que signifie cet événement ?

La mise en lumière de la cathédrale Sainte-Marie-Majeur1 dans le cadre de Marseille-Provence 20132 confirme encore l’ancrage territorial d’EDF dans la ville de Marseille. Les illuminations de la Major (nom souvent donné à la cathédrale) et du Palais de Longchamp3 font partie des actions menées par le fonds de dotation Marseille Provence 2013 2020, dont l’objet est la restauration du patrimoine mobilier et immobilier marseillais, et ce au delà de l’événement Marseille Provence, capitale européenne de la culture.

Dans le cadre d’un mécénat de compétences, EDF conçoit et réalise la mise en lumière des deux monuments pour le compte de ce fonds structurel présidé par Me Bernard Jacquier. La Ville de Marseille et EDF ont tout à la fois des relations amicales et des relations de travail très anciennes, qui se trouvent renforcées par l’implication d’EDF dans les grands travaux menés par Marseille depuis quelques années.

EDF accompagne notamment Euroméditerranée4, l’une des 13 Eco-cités5 labellisées par l’Etat en 2009, dans des projets de valorisation des ressources énergétiques locales comme la boucle d’eau de mer6 ou d’expérimentation de modèle d’habitat méditerranéen durable reproductible comme l’ilot démonstrateur d’Euromed 2. Rappelons également que c’est au cœur d’Euromed 2 qu’a été tout récemment inauguré le siège d’EDF Commerce Méditerranée. Implanté à côté du centre d’appel Allard, première réalisation d’EDF dans le territoire d’Euromed 1, ce bâtiment répond aux différentes normes HQE et BBC Ecocités : optimisation des surfaces, évolution des modes de fonctionnement, démarche environnementale, image architecturale et intégration dans le respect du schéma d’aménagement d’Euromed 2.

La mise en lumière de la cathédrale Sainte-Marie-Majeur a demandé plus d’un an de travail. Pourquoi ?

Nous sommes là dans un contexte particulier. Un projet comme la mise en lumière de Sainte Marie-Majeur fait intervenir à la fois le ministère de la Culture et de la Communication (Direction régionale des affaires culturelles PACA) propriétaire des lieux, le diocèse comme « affectataire » c’est à dire gestionnaire – sachant que la Major est une cathédrale en fonction, lieu particulièrement symbolique du catholicisme à Marseille -, différentes administrations car elle est située dans un quartier en pleine rénovation, tous les propriétaires des bâtiments adjacents (Hôtel de police, mairie de secteur, Euroméditerranée4, écoles,…) et, puisqu’elle est classée monument historique, les Architectes des Bâtiments de France qui sont gardiens de la bonne harmonie de l’ensemble des lieux.

Le projet a mis en œuvre des technologies innovantes (70 % de LEDs) et intègre également une réflexion en amont sur les contraintes d’exploitation et de maintenance. Un tel projet prend donc du temps : un an de travail de préparation en amont et deux mois de travaux.

Points forts et points d’amélioration du projet ?

Conçue par Huguette Annas7, experte en éclairage EDF, la mise en lumière de la Major valorise subtilement l’architecture du monument. A la demande des Architectes des Bâtiments de France, sa puissance prend en compte le fait que la pierre de façade sera bientôt plus claire, un projet de ravalement du monument étant envisagé. Le fil conducteur de la réalisation est la sobriété énergétique et les résultats sont là : 40 % d’économies d’énergie par rapport à un concept classique.

Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre du programme « Energie efficace en Provence-Alpes-Côte d’Azur8 » d’EDF, répond donc aux exigences du Plan de Développement Durable de la Ville de Marseille qui porte notamment l’accent sur les économies d’énergie réalisables en matière d’éclairage public et d’illuminations. La Ville de Marseille a fait des investissements considérables ces dernières années dans le projet Marseille Provence 2013 : 600 millions d’euros (sans compter les investissements des autres collectivités territoriales et de l’Etat).

Il est essentiel que ces investissements soient réalisés en tenant compte de deux critères : la durabilité grâce à la mise en œuvre des technologies les plus récentes9 et la capacité à nous faire réaliser des économies de gestion, en particulier des économies d’énergie. La Ville apprécie également qu’EDF ait attiré son attention sur les points d’amélioration du projet, en fonction des aménagements futurs de cet espace en plein devenir. Ces nouveaux travaux, qui nécessiteront peut-être une modification du réseau d’éclairage public, devront être étudiés en partenariat avec Euromed, l’aménageur de la zone.

Pour le New York Times, Marseille est la deuxième ville du monde à visiter en 2013 après Rio de Janeiro. Quelles retombées économiques attendez-vous de l’événement Marseille Provence 2013 ?

Tout d’abord, rappelons que l’ouverture de Marseille-Provence 2013 s’est déroulée dans d’excellentes conditions, avec 500 000 personnes dans les rues tout autour du Vieux Port et un grand engouement pour toutes les expositions organisées depuis le début de l’année. Il y a eu 5 millions de touristes à Marseille en 2012. Nous espérons doubler ce chiffre en 2013. Nous espérons également que l’événement permettra d’augmenter d’environ un tiers la fréquentation des croisiéristes, qui étaient plus d’un million en 2012.

Il est clair que Marseille Provence 2013 fera mieux connaître notre ville, mieux l’apprécier, et la voir sous un jour nouveau, différent de celui présenté ces dernières années par les médias. Le fait que les entreprises et le monde économique participent à cette opération – qui est placée sous l’égide d’une association présidée par le président de la Chambre de Commerce, Jacques Pfister -, le fait aussi que beaucoup d’entreprises marseillaises accueillent des artistes de toute la Méditerranée, permettra je pense de faire le lien entreprises-tourisme- économie- culture-accueil à l’international qui permettra à mon avis de renforcer le rôle de Marseille comme grande capitale méditerranéenne.

Voilà quatre ans que nous travaillons sur ce dossier. Jean-Claude Gaudin a souhaité remercier les grandes entreprises qui ont cru dans la candidature de la ville de Marseille 2013 Capitale européenne de la culture et décidé de faire leurs dirigeants citoyens d’honneur de Marseille, capitale européenne de la culture.

Je crois que le maire a voulu démontrer, au delà des remerciements, le partenariat privilégié que vous avons avec ces groupes qui travaillent depuis longtemps dans notre ville, investissent dans notre ville et, en investissant dans notre ville, y créent des emplois. Jean-Pierre Frémont, directeur Marché Collectivités Territoires Solidarité d’EDF, était présent.

Pour en savoir plus sur le Conseil MDE illumination

1 Consacrée en 1896 après 44 ans de construction, la basilique-cathédrale Sainte-Marie-Majeure est la seule cathédrale édifiée en France au XIXème siècle. De dimensions comparables à celles de la basilique Saint-Pierre de Rome, elle est considérée comme l’une des plus grandes cathédrales bâties en France depuis le Moyen-Age (sa capacité d’accueil est de 3 000 personnes). Elle est classée monument historique depuis 1906.
2 Elaboré en étroite collaboration avec le milieu culturel, le projet Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture est porté par l’association Marseille-Provence 2013, dont les fondations sont l’ensemble des collectivités du territoire, le monde économique représenté par la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence, les quatre universités du territoire, les établissements publics Grand port de Marseille et Euroméditerranée, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Marseille-Provence, c’est deux millions d’habitants, 130 communes et six communautés d’agglomération.
3 Edifié entre 1862 et 1869 par la municipalité pour célébrer l’arrivée des eaux de la Durance dans la ville via le canal de Marseille, le Palais de Longchamp abrite le Musée des Beaux-Arts et le Muséum d’Histoire Naturelle, ainsi que l’Observatoire de Marseille. Classé monument historique en 1999, ce site exceptionnel en pleine transformation depuis 2011 pour vocation de devenir un vaste pôle culturel. Sa réouverture est prévue pour juin 2013. Les travaux de mise en lumière sont programmés pour le début de l’été.
4 Dotée d’un statut d’Opération d’intérêt national (OIN), Euroméditerranée est la plus grande opération de rénovation urbaine d’Europe : 480 ha, 1 000 000 m2 de bureaux et activités, 200 000 m2 de commerces, 200 000 m2 d’équipements publics, 18 000 logements, 38 000 habitants, 35 000 emplois, 7 milliards d’euros d’investissement. Voir l’interview de Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône, président d’Euroméditerrannée, dans Commun’idée n° 25 de septembre 2011
5 Lancée dans le cadre du Plan ville durable, la démarche Ecocité a fait concourir les grandes agglomérations (plus de 100 000 habitants) proposant une démarché résolument novatrice en matière d’ambition de croissance (plus de 30 %) et avec un objectif d’accueil de 50 000 habitants supplémentaires en une génération. Ces projets doivent être également exemplaires sur les enjeux de cohésion et de mixité. Les écocités sont les 13 villes pionnières représentatives de la ville durable du 21e siècle.
6 Voir l’article Valorisation des ressources énergétiques locales : la solution boucle d’eau de mer
7 Architecte DPLG de formation, membre du conseil d’administration de l’Association Française de l’Eclairage, Huguette Annas est le manager du Réseau EDF des Experts Lumière à EDF Commerce. Elle a fait partie de l’équipe de conception de la cour Napoléon du Louvre avec mission de maîtrise d’œuvre.
8 Grâce au programme « Energie Efficace en Provence-Alpes-Côte-d’Azur », EDF vise à positionner la région PACA comme un laboratoire national d’innovations avec pour ambition de réduire la croissance de la demande d’électricité, lutter contre les émissions de CO2, diversifier les sources de production énergétique et favoriser une évolution des comportements individuels et collectifs.
9 Voir l’interview de Mme. Hélène Venturino, conseillère municipale déléguée aux énergies renouvelables et à l’éclairage de Marseille.
Haut de page