31 mar 2015

La cité Descartes, laboratoire de la transition éclairagiste

Éclaire-moi une ville durable. Voilà qui pourrait résumer le rêve ou plutôt le pari du Val Maubuée. Cette communauté d'agglomération de Seine-et-Marne se développe notamment autour du campus de recherche et d'enseignement supérieur de la Cité Descartes, labellisé « cluster ville durable du Grand Paris ».

« Nous avions l'ambition d'aller au-delà de ce qu'impose le législateur, devenir le premier démonstrateur énergétique, et notamment utiliser les technologies les plus innovantes en matière de chauffage et d'éclairage pour réduire notre empreinte énergétique », explique Luc Léhart, le directeur général-adjoint du Val Maubuée. Pour y répondre, EDF, Dalkia, Enedis et l'aménageur public EPA Marne, ont créé un consortium.

« Toutes ces compétences permettaient une approche énergétique globale sur le territoire, explique Bruno Tondon, Directeur du Développement Territorial EDF Collectivités. « Nous avons proposé aux collectivités locales un « smart grid » électrique et thermique. Elles étaient partantes à condition que le projet soit réalisable et pertinent. »

Une étude, trois possibilités

La partie éclairage du projet a fait l'objet d'une modélisation et d'une optimisation énergétique. Son auteur, Michel Chauvin, expert lumière d'EDF, a analysé un axe emblématique de l'agglomération : le boulevard Ru de Nesles,
« une chaussée très large, multimodale avec du routier, des transports en commun, des pistes cyclables, des voies piétonnes, une coulée verte. »

C'est un projet emblématique des villes durables, très différent des diagnostics d'installations existantes ». Michel Chauvin a réfléchi aux moyens de faire du boulevard Ru de Nesles un axe exemplaire. Pour guider les collectivités locales dans leur choix d'éclairage extérieur, il a comparé trois solutions : une solution classique - choix initial de l'architecte urbaniste - avec des lampes à décharge iodures métalliques et des mâts aiguille ; une solution intermédiaire avec des lampes à décharge et des luminaires plus performants et une solution performance avec des LED. Les trois options ont été passées au crible de différents critères : impacts énergétique et environnemental, qualité d'éclairage, consommation, coûts d'investissement et d'exploitation…

Le choix de la performance énergétique

Au terme de son étude, Michel Chauvin a préconisé la solution LED qui permet de « diminuer considérablement les consommations énergétiques et améliore le confort des usagers. Avec cette technologie, il est possible d'adapter la quantité de lumière aux variations du trafic routier et ce, de manière automatique ». L'option LED permet par ailleurs la mise en place de nouvelles technologies comme le LIFI, qui va donner d'autres vocations au réseau d'éclairage. « Au-delà de sa mission de conseil, EDF doit aider les collectivités locales à se projeter », ajoute Bruno Tondon.

« EDF n'est pas un simple bureau d'études et de conseil, c'est un acteur historique sur le territoire et un atout pour concrétiser nos ambitions », se réjouit Luc Léhart, le directeur général-adjoint du Val Maubuée. « Pour être innovant, il faut aller vite, faire les choix stratégiques des années à venir et les partenariats avec des acteurs opérationnels sont importants ».

Haut de page