20 avr 2016

Électricité : le groupement de commandes lancé par le SIEG du Puy-de-Dôme choisit EDF

L’appel d’offres lancé par le Syndicat intercommunal d’Électricité et de Gaz (SIEG) du Puy-de-Dôme, dans le cadre d’un groupement de commandes pour la fourniture d’électricité, a été remporté par EDF. Retour sur ce succès avec le président du SIEG 63, Bernard Veissière.

Entretien avec Bernard Veissière

Dans quel contexte avez-vous créé un groupement de commande d’électricité ?

Avec l’obligation de lancer des appels d’offre ou des consultations pour sites aux tarifs jaunes ou verts des collectivités locales, le SIEG, auquel adhèrent toutes les collectivités du département, a souhaité aider ses adhérents tant sur le plan administratif que financier. Cela signifiait faire, en lieu et place des dites collectivités, tous les papiers nécessaires au montage d’un appel d’offres, ce qui est long et compliqué. Certaines communes, notamment les plus petites, n’en avaient ni le temps ni les moyens techniques. Nous pensions par ailleurs que plus le nombre de kWh serait important, plus la demande serait attractive pour les différents fournisseurs d’électricité. Notre groupement de commandes d’électricité compte aujourd’hui 172 structures publiques : des collectivités locales, des Ehpad, des syndicats d’eau et des parcs naturels. Ensemble, nous sommes plus forts et le fait de mutualiser les frais de constitution de dossier, permet quelques économies non négligeables.

Vous avez dissipé certaines appréhensions liées la fin des tarifs réglementés de vente de l’électricité ?

Les habitudes changeaient et ce changement qui occasionne plus d’administratif pouvait être une source d’inquiétude. Nous n’étions pas habitués à la mise en concurrence en matière d’électricité. Il y avait une crainte chez les consommateurs qui tenait peut-être à un précédent, la possibilité de sortir du tarif historique de vente d’électricité au début des années 2000. Ceux qui avaient fait ce choix avaient certes pu profiter d’une diminution l’année N mais subi par la suite de fortes augmentations, jusqu’à 30% l’année N+1 et N+2 ! Cela avait généré une crainte importante pour ceux qui étaient sortis du tarif historique. Nous ne sommes pas du tout dans le même cas de figure : la diminution sur la facture globale est de 10 à 15% et quand on sait que 40% de la facture représente l’énergie et que le reste est lié à l’acheminement, aux diverses taxes, etc. qui ne sont pas soumis à concurrence, cela veut dire que la réduction sur la fourniture d’électricité, en d’autres termes notre performance d’acheteur, est bien supérieure à 10-15%. Certains disaient : ça va augmenter la facture de façon significative et, c’est tout le contraire : le prix de l’électricité a bien diminué !

Sur quels critères avez-vous choisi votre fournisseur d’électricité ?

Nous souhaitions que le futur fournisseur apporte aux acheteurs, en plus de l’électricité, des conseils pour faire notamment la bascule entre le tarif jaune ou vert et le nouveau contrat en offre de marché ainsi qu’un certain nombre de services. Il devait par exemple pouvoir s’occuper de toute la partie administrative et du suivi des consommations durant toute la durée du contrat qui, en l’occurrence, est de deux ans. Concrètement, cela signifie alerter les clients en cas de consommation trop importante mais aussi les aider à réduire cette consommation afin de faire baisser la facture finale, d’autres « services » liés à la facturation (par exemple, des paiements échelonnés pour les clients qui en font la demande) ou la fourniture d’électricité d’origine renouvelable, etc. C’est bien l’équation «coût du kWh plus services associés à la fourniture» qui nous a permis de retenir le fournisseur le mieux disant. Nous avons, au final, privilégié le rapport qualité-prix.

L’offre d’Edf a répondu à toutes vos exigences ?

EDF est, en effet, le fournisseur qui, dans le cadre de notre appel d’offre, a répondu le mieux à tous les critères y compris sur les services. La confiance était là. EDF étant une entreprise connue, nous savions que ce qu’elle promettait, elle serait en capacité de le mettre en oeuvre.  EDF a le savoir-faire, la technicité et le personnel pour mener à bien les propositions qui nous ont été faites pour répondre aux besoins que nous avons exprimés. La notion de conseil est essentielle. Pour vous donner un exemple : l’ Ehpad a vérifié si la puissance actuelle de son contrat correspondait bien à ses besoins et à plusieurs reprises EDF a répondu : non, votre puissance est trop élevée, il vaut mieux la diminuer. Cela vous coûtera moins cher et suffira à votre bon fonctionnement ! Cela s’appelle de l’optimisation tarifaire et c’est un volet incontournable que nous avions souhaité intégrer dans notre appel d’offre.

Comment souhaitez-vous faire évoluer ce contrat à l’avenir ?

Ce contrat a été souscrit pour une durée de 2 ans donc dans un an et demi nous devrons lancer un nouvel appel d’offres. Nous verrons avec le temps ce qu’il faut ajouter ou modifier, là où le besoin se fera ressentir. C’est une situation nouvelle donc avant de vouloir la modifier, il nous faut bien la comprendre et voir ce qui pourrait encore être amélioré. Cela fait aussi partie des attentes vis-à-vis de notre fournisseur.

80 % des clients concernés par la fin des TRV nous ont renouvelé leur confiance !
Entretien avec Christian Missirian, Directeur Commerce d'EDF Rhône-Alpes Auvergne

Dans le contexte actuel de concurrence accrue et de tension sur les prix, comment répondez-vous aux besoins de vos clients ?


Christian MissirianNotre première priorité est de rechercher l’offre la plus compétitive tant sur le prix que sur les services afin de faire équipe avec les collectivités. Nous sommes un fournisseur d’énergie très important dans le domaine de l’électricité et nos prix sont calculés au plus juste. Nous avons également l’ambition de nous étendre dans le domaine du gaz et des services, qui offrent de belles opportunités de performance. 
EDF Commerce en Rhône-Alpes Auvergne, c’est surtout des salariés qui vivent et travaillent sur le territoire et qui par leur proximité avec les clients trouvent les meilleures solutions pour répondre à leurs attentes et ainsi consommer moins et mieux. A ce titre, nous ne sommes pas un fournisseur d’énergie comme les autres. Par notre capacité à innover en lien avec les collectivités, nous apportons un nouveau regard sur les différents usages, et les façons de mieux gérer et prévoir les dépenses de fonctionnement des collectivités.

La date du 1er janvier 2016 a été marquée par la fin des tarifs réglementés de vente de l’électricité jaunes et verts. Quel bilan tirez-vous de ce basculement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et que se passe-t-il depuis pour les clients qui n’ont pas encore souscrit une nouvelle offre de marché ?


En effet, 2015 a été une année particulièrement intense sur le plan commercial. Pour EDF, mais aussi pour les collectivités, qui ont du s’inscrire dans des dispositifs d’appel d’offre pour leur achat d’énergie. Pour tous ces acteurs, l’apprentissage a du être rapide face à cette échéance. Et nos équipes Collectivités par leur proximité sur le territoire ont su accompagner ce changement. Dans la région, 80% des clients concernés par cette évolution nous ont renouvelé leur confiance, saluant ainsi notre qualité de service, nos prix et notre capacité à diversifier nos offres. Par exemple en 2015, de nombreuses collectivités ont fait le choix d‘une offre 100% d’origine renouvelable. 
La quasi-totalité des collectivités a réagi dans les délais et n’est donc pas concernée par l’Offre Transitoire. Cette offre est valable pour les 6 premiers mois de cette année et concerne les quelques centaines de clients qui n’ont pas encore souscrit d’offres de marché. A ces derniers, je leur recommande d’agir dans les meilleurs délais pour bénéficier de conditions commerciales plus favorables.
Haut de page