18 mar 2014

Diag'Agir Plus : Demandez un RDV à un diagnostiqueur partenaire [CORSE PART intro form]

Thierry Maridet, responsable d’exploitation à la Direction des Systèmes d’Informations et Industriels de la Régie des Transports de Marseille (RTM).

Vous avez décidé de souscrire au service Télésuivi Courbe de Charge (TCC) d’EDF Collectivités. Pourquoi ?

Notre service a une responsabilité d’exploitant et de conduite des installations de la Régie des Transports de Marseille1. La facture d’électricité de la RTM représente plus de 5,5 millions d’euros, dont 3 pour le métro. Les enjeux économiques sont considérables. Notre mission, c’est d’optimiser le fonctionnement des réseaux de transport métro et tramway et de rechercher en permanence des pistes d’économies d’énergie. Avec le service Télésuivi Courbe de Charge (TCC) que nous avons adopté en mai dernier sur nos 13 contrats Tarif Vert, nous suivons en temps réel les consommations du réseau. A court terme, cela nous permet de limiter les pointes et donc d’éviter les pénalités de dépassement des puissances souscrites. A moyen terme, le fait de bien connaître et maîtriser les variations de consommations selon les différentes périodes de l’année grâce à ce nouveau service va nous permettre de négocier au plus juste les contrats de fourniture à l’échéance. TCC, c’est l’outil grâce auquel nous irons beaucoup plus loin dans l’optimisation du réseau.

La RTM s’est aussi porté candidate à l’expérimentation de ce même service TCC pour les Tarifs Jaune ?

Dans le cadre de sa politique d’économies d’énergie, la RTM va mettre en place un certain nombre d’outils comme des systèmes d’extinction automatique de l’éclairage, la programmation du chauffage en fonction de l’occupation des bureaux. Au vu des informations très intéressantes que nous apporte le TCC sur nos contrats Tarif Vert en quelques mois, nous nous sommes dits en septembre dernier que le même type de service appliqué à nos contrats Tarif Jaune nous permettrait de faire des observations précises sur les consommations avant/après l’installation de ces nouveaux outils domotiques. L’avantage du TCC Tarif Jaune, c’est qu’il va nous permettre de chiffrer de manière précise les économies d’énergie réalisées et de suivre l’évolution de la gestion énergétique des bâtiments. La RTM, c’est 30 000 m2 au global.

Service FRAP (Facture regroupée avec Annexes Personnalisées), souscription à di@lege… La RTM s’est doté de tous les outils de gestion proposés par EDF Collectivités…

Avec le service FRAP, contrat que nous avons renouvelé en 2013, les factures nous sont transmises sous format EXCEL, ce qui évite à nos collègues responsables de la gestion des services techniques de faire la re-saisie des données, une charge de travail sans aucune plus-value. Du coup, nous pouvons travailler ensemble sur l’analyse. Nous croisons les informations, nous sur l’aspect technique et eux sur l’aspect financier, pour rechercher ensemble les optimisations. di@lege , qui est le dernier en date des outils mis en place par la RTM, nous apporte tout l’historique de nos consommations et de nos dépenses d’énergie sur trois ans. C’est très important pour nous de voir l’évolution du réseau, d’observer les résultats des décisions que nous avons prises pour l’optimiser. L’historique, c’est ce qui nous aide à nous projeter dans l’avenir, à penser prospective.

Votre avis sur le partenariat entre la RTM et EDF Collectivités ?

EDF Collectivités a élaboré toute une panoplie d’outils pour aider ses clients à mettre en place une politique d’efficacité énergétique. Ces outils sont performants et nous aident effectivement dans notre mission. Je peux vous assurer que la RTM n’y aurait pas souscrit si ce n’était pas le cas. En l’espace de six mois, nous avons fait grâce au TCC un certain nombre d’observations qui vont nous permettre d’optimiser nos contrats de fourniture lorsqu’ils arriveront à échéance. Il y a cette contrainte contractuelle, certes, mais nous serons prêts au jour J parce que nous avons des échanges réguliers avec nos interlocuteurs commerciaux EDF Collectivités, qui sont disponibles et compétents. Nous savons qu’EDF Collectivités nous fera une proposition adaptée, que nous validerons ensemble : l’optimisation d’un contrat est le fruit d’une réflexion commune. On pourrait penser qu’en tant que fournisseur d’électricité EDF Collectivités n’aurait pas grand intérêt à rechercher l’optimisation des contrats… ce n’est pas du tout le cas. Il y a chez nos interlocuteurs une réelle volonté d’apporter le meilleur service, de proposer la meilleure optimisation, dans un réel esprit de partenariat.

Alain Lothier, responsable de la maintenance électrique Régie des Transports de Marseille (RTM)

Avec TCC, c’est beaucoup plus facile. Auparavant on travaillait sur adviso et uniquement pour le tramway. On recevait les chiffres des consommations d’électricité au début du mois, et c’était à nous de les mettre sous forme de tableaux. C’était un peu fastidieux. On se posait parfois des questions sur des pointes ou des pertes de débit, mais il n’était pas évident de localiser les anomalies éventuelles parce qu’on ne savait pas ce qui c’était passé techniquement dans les sous-stations. Avec TCC, nous avons une vision d’ensemble sur les dépôts, le métro et les sous-stations tramway. On peut exporter les tableaux, ce qui nous facilite la tâche. Et surtout, on dispose des informations en temps réel, ce qui nous permet d’identifier et d’analyser beaucoup plus rapidement les problèmes rencontrés.

Avec TCC, nous allons pouvoir nous fixer un nouvel objectif : la réduction du talon de consommation. Le talon, c’est la consommation résiduelle quand l’activité principale s’arrête. Pour la RTM, ce sera quand il n’y a plus aucune circulation sur la ligne de métro, par exemple. Cet outil va nous permettre d’identifier les stations où les escaliers mécaniques et l’éclairage continuent à fonctionner la nuit en raison d’un dysfonctionnement informatique ou humain.

Un autre point très intéressant avec TCC : l’optimisation des interventions de maintenance réalisées en journée sur les sous-stations tramway. Couper l’alimentation électrique d’une sous-station, c’est reporter automatiquement la charge sur les autres et donc risquer des dépassements de puissance souscrite très coûteux. TCC nous permet de voir l’incidence que peut avoir la coupure d’alimentation sur le reste du réseau en fonction du créneau horaire, et donc de choisir le meilleur moment pour opérer.

Sébastien Roché, référent électrique Régie des Transports de Marseille (RTM)

Référent électrique, c’est un poste nouvellement créé à la RTM. Nous travaillons tous avec TCC dans l’équipe, mais en tant que référent électrique j’ai une partie de mon temps qui est précisément dédiée à l’optimisation des consommations d’électricité.

Ce qui est très intéressant avec TCC, c’est que l’on peut avoir différentes visions : une vision mensuelle des consommations, une vision sur les 12 derniers mois ou encore une vision par plages de temps très précises que l’on va déterminer en fonction de nos besoins… nous n’avions aucun moyen pour accéder à toutes ces informations avant. Or c’est en faisant la synthèse de ces données que nous pouvons trouver des pistes de progrès.

Le suivi en temps réel que nous faisons grâce à TCC, cela nous permet de voir les anomalies et, suivant ce qui se passe au niveau de l’exploitation, de chercher les solutions qui vont nous permettre d’éviter les surconsommations et les dépassements de puissance. C’est particulièrement évident pour les alimentations métro ou tramway. Les arrivées peuvent se secourir de différentes manières suivant la configuration du réseau, et il faut s’adapter. L’important, c’est d’être réactif et avec TCC nous le sommes.

TCC a un grand intérêt au niveau économique. Il est très important de savoir ce que l’on consomme en temps réel pour pouvoir bien adapter les contrats à l’échéance.

La RTM en quelques chiffres :
  • 3 400 salariés
  • 152 millions de voyages effectués annuellement sur le réseau (71 millions sur le réseau de bus, 67 millions sur celui du métro, 14 millions sur celui du tramway
  • par son activité, 364 jours par an, la RTM évite à l’atmosphère de l’agglomération l’absorption de 80 000 tonnes de CO2

Haut de page