Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

31 jan. 2020

Partager :

tendances et marché de l'énergie

31 jan. 2020 connaissancedesenergies.org , 23/01/20

RTE évalue les potentialités de l’hydrogène « bas carbone »

Une étude de RTE envisage les impacts à attendre d’un déploiement de l’hydrogène « bas carbone », alors que la loi Énergie-Climat a pour objectif « d’atteindre environ 20% à 40% des consommations totales d’hydrogène et d’hydrogène industriel à l’horizon 2030 ». Sa production à partir de combustibles fossiles générerait quelque 10 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an. D’où l’intérêt d’investir en priorité dans le développement de l’électrolyse qui, à condition de recourir à de l’électricité elle-même produite à partir de sources décarbonées, permettra de générer de l’hydrogène « bas carbone » en quantité, tout en réduisant les émissions de CO2. Cette réduction pourrait atteindre 6 millions de tonnes par an, « soit l’équivalent de la fermeture des dernières centrales au charbon ». Dans son étude, RTE passe également en revue les conditions d’approvisionnement en électricité des électrolyseurs et compare son coût à celui du vaporeformage. Le réseau avance enfin deux « raisons bien distinctes » en faveur de l’hydrogène « bas carbone » : c’est un réel levier pour atteindre une décarbonation des usages, mais aussi un outil qui permettra au réseau de gagner en flexibilité.

31 jan. 2020 lagazettedescommunes.com , 22/01/20

L’ADEME dresse le bilan de la consommation énergétique des collectivités locales

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) vient de publier son étude quinquennale sur la consommation énergétique des collectivités territoriales. Cette dernière édition porte sur 2017, année lors de laquelle les EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) devaient adopter un plan climat-air-énergie. Il ressort de ce bilan une consommation d’énergie globale s’élevant à 39,65 TWh, pour un coût total de 3,86 milliards d’euros. À l’origine de 75% de cette consommation, les bâtiments se distinguent comme particulièrement énergivores, bien davantage que l’éclairage public (11%) et loin devant l’eau (8%) et les déchets (6%). Les collectivités locales ont néanmoins fait des efforts qui leur ont permis de réduire leurs dépenses liées aux carburants et à l’éclairage public, respectivement de 16% et 30%. Quant aux bâtiments, en plus de constituer le premier poste de dépense, ils sont aussi ceux dont les consommations ont le plus augmenté : 13%.

31 jan. 2020 lemonde.fr , 27/01/20

Le président de l’ADEME veut croire au duo intercommunalités-régions

L’écologie occupera sans nul doute une place de choix dans les programmes des élections municipales 2020. Pour le président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), Arnaud Leroy, le contexte est propice à une alliance qui aura un rôle prépondérant à jouer dans la concrétisation de la transition écologique : le couple intercommunalités-régions. Dans le cadre d’un entretien lors de la conférence Le Monde Cities, « Transition écologique : à quoi mesure-t-on son efficacité ? », il revient sur le rôle des collectivités locales dans la transition écologique. Pour le président de l’ADEME, la hiérarchie des enjeux est la suivante : la qualité de l’air, la mobilité, la production d’une alimentation durable, le développement des énergies renouvelables et la collecte-gestion des déchets. Arnaud Leroy résume ainsi le pouvoir des collectivités : « aujourd’hui, l’EPCI [Établissements publics de coopération intercommunale] et la région forment le couple parfait pour mener cette transition écologique, qui passera forcément par les territoires ». Quant aux leviers dont les collectivités disposent pour mener à bien la transition écologique, le président de l’ADEME estime que « le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires [Sraddet] à l’échelon régional, qui intègre depuis la loi NOTRe la question des déchets, et le plan climat-air-énergie territorial au niveau communal constituent des documents stratégiques, excessivement importants pour le futur dans la mesure où ils permettent de poser des diagnostics ». Arnaud Leroy veut croire que les transferts de compétences de l’État aux collectivités s’accompagneront des moyens nécessaires. Dans ce cadre, il pose deux conditions indispensables à la réussite de cette transition écologique : la démonstration d’une réelle volonté politique sous la mandature 2020-2026 et l’acceptation par le plus grand nombre de la nécessité de changer de société et d’en assumer sa part de responsabilité.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

21 fév. 2020
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 21 fév.

A la une : Le programme Sare s’étend à travers les régions

14 fév. 2020
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 14 fév.

A la une : 23% de renouvelables dans la consommation électrique en 2019

07 fév. 2020
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 07 fév.

A la une : EDF lance l’offre « Vert Électrique Bretagne »

Voir toutes les revues de presse