Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

22 juil. 2022

Partager :

tendances et marché de l'énergie

22 juil. 2022 connaissancedesenergies.org , 18/07/22

Un plan de sobriété énergétique pour la grande distribution

Dans un communiqué publié le 18 juillet 2022, la grande distribution, sous l'égide de la fédération Perifem, s’est engagée d’une seule voix pour mettre en œuvre un plan de « sobriété énergétique », « devant le risque de pénuries d'approvisionnement électrique annoncées par le Gouvernement pour cet hiver ». Regroupant l'ensemble des acteurs de la distribution autour des sujets liés entre autres à l’environnement et l’énergie, Perifem a mis en place des « mesures communes et concrètes » pour réduire la consommation d'énergie des magasins à partir du 15 octobre 2022. Parmi les actions prévues : l’extinction des enseignes lumineuses « dès la fermeture du magasin », contre une heure après la fermeture actuellement. La décision intervient après que le président de la République a évoqué, le 14 juillet 2022, un « plan de sobriété » énergétique, élaboré par l'État pour répondre au risque de pénurie. Le chef de l’État avait appelé à « rentrer collectivement dans une logique de sobriété ». Pour les enseignes faisant face à la hausse du coût de l'énergie, ces actions sont également des mesures d'économies. Elles ont été actées par plusieurs acteurs, dont E. Leclerc, Carrefour ou encore Auchan. Alors que « la facture électrique représentait 30% » du résultat net des enseignes « avant les récentes envolées des coûts de l'énergie », Perifem estime « essentiel de réduire la facture énergétique et de se mobiliser ensemble pour éviter une répercussion trop importante sur les prix pour les consommateurs ». Dans l’Hexagone, une baisse de la consommation énergétique des magasins de 40% à l’horizon 2030 est est inscrite au programme de la Loi Élan.

22 juil. 2022 forbes.fr , 17/07/22

Les énergies renouvelables restent compétitives

Dans son rapport intitulé « Renewable Power Generation Costs in 2021 », l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) indique que les énergies renouvelables (EnR) sont restées les technologies de production d'électricité les moins chères à travers le monde en 2021. L’organisation internationale constate que les 163 GW supplémentaires en 2021 ont été installés à un coût inférieur à celui de l'alternative à base de combustibles fossiles la moins chère du G20. Cela malgré l’augmentation des coûts des matériaux et des équipements. Le coût de l'électricité provenant de l'éolien terrestre a chuté de 15%, tandis que celui du solaire à grande échelle a reculé de 13%, par rapport à 2020. L’IRENA estime que la nouvelle capacité renouvelable ajoutée en 2021 va réduire les coûts de production d'électricité d'au moins 55 milliards de dollars en 2022. Le rapport souligne également que les investissements dans les EnR permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et ainsi tenir les objectifs climatiques des États. « Les énergies renouvelables affranchissent les économies de la volatilité des prix et des importations de combustibles fossiles, réduisent les coûts énergétiques et renforcent la résilience du marché […] », explique Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA. L’agence note que les énergies renouvelables continuent de prendre de l'avance sur le fossile en termes de rentabilité. Dans les pays non-membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les coûts seront réduits d’au moins 5,7 milliards de dollars par an durant les 25 à 30 prochaines années grâce à l'ajout de 109 GW d'énergies renouvelables en 2021.

22 juil. 2022 lagazettedescommunes.com , 13/07/22

L’Ademe appuie le déploiement de réseaux de chaleur ou de froid renouvelables

L’Agence de la transition écologique (Ademe) a pour objectif de multiplier par cinq, d’ici 2030, la quantité de chaleur et de froid renouvelables délivrée par les réseaux des communes françaises, par rapport à 2012. Dans cette optique, l’agence a présenté mi-mai 2022 un appel à projets intitulé « une ville, un réseau ». Son but est d’encourager les collectivités de moins de 50 000 habitants et les métropoles dotées d’un ou deux réseaux de centres-villes à créer ou développer leur réseau de chaleur ou de froid renouvelable. L’offre propose un accompagnement financier à hauteur de 90% des études. Cet appel à projets fait suite à la campagne de sensibilisation menée ces dernières années par l’Association de collectivités, gestion des déchets, réseaux de chaleur, gestion locale de l’énergie (Amorce) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) pour encourager le déploiement des réseaux de chaleur et de froid renouvelables dans les communes de plus de 10 000 habitants. « Le timing est très favorable pour se lancer », estime Bénédicte Genthon, directrice adjointe de l’Ademe. « Le plan de résilience a permis d’augmenter le fonds chaleur de 40%. Son budget annuel est désormais de 520 millions d’euros ». La Fédération des services énergie environnement (Fedene) a identifié 1 300 nouveaux réseaux de chaleur et de froid potentiels.

22 juil. 2022 gpmetropole-infos.fr , 15/07/22

Île-de-France Mobilités lance une procédure d’acquisition pour acheter 47 bus hydrogène

Pour convertir sa flotte aux énergies propres, Île-de-France Mobilités investit dans le biométhane, l’électrique, mais aussi dans les nouvelles technologies de la filière hydrogène. Une procédure d’acquisition sera lancée par l’autorité organisatrice pour acheter 47 bus hydrogène standard. Parmi eux, 30 devraient être dédiés au projet « Vallée Sud Hydrogène » de l’Établissement public territorial (EPT) Vallée Sud Grand Paris, entre 2024 et 2026. Deux sites de production et de distribution d’hydrogène vert seront construits dans le cadre de ce projet porté par l’EPT en lien avec Hynamics, filiale du groupe EDF. Les 17 bus restants seront utilisés par le projet « H2 Créteil », soutenu par l’Agence de la transition écologique (Ademe) et la région Île-de-France. La réalisation de ces projets nécessite un investissement de 48 millions d’euros, dans lesquels sont inclus des prestations de maintenance des véhicules.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

23 sep. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 23 sep.

A la une : Doser l’éclairage et le chauffage pour limiter les factures énergétiques

16 sep. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 16 sep.

A la une : Economies d’énergie : limiter le chauffage à 19°C

09 sep. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 09 sep.

A la une : Energie solaire : innovations technologiques et baisse des coûts de production des panneaux photovoltaïques

Voir toutes les revues de presse