Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

21 Mai. 2021

Partager :

tendances et marché de l'énergie

21 Mai. 2021 actu-environnement.com , 10/05/2021

Une voiture électrique au prix d’une voiture thermique ?

Selon un rapport de Bloomberg New Energy Finance (BNEF) pour l'ONG Transport et Environnement, à partir de 2027 la construction de voitures et utilitaires électriques devrait coûter moins cher que celle des véhicules à combustibles fossiles sur tous les segments du marché européen. Dans le détail, les berlines et les SUV électriques seraient moins chers à fabriquer que les véhicules à essence à partir de 2026, et les petites voitures dès 2027. Cette chute des prix s'explique avant tout par une baisse des coûts des batteries mais aussi, par la mise en place de chaines de production spécialement dédiées à l'électrique. En conséquence, les véhicules disposant d'une batterie électrique pourraient même représenter près de 100% des ventes de véhicules neufs en Europe d'ici 2035 à conditions que « les législateurs adoptent des mesures telles que le renforcement des normes d'émissions de CO2 » précise l’ONG. Selon Diane Strauss, directrice France de Transport et Environnement, « avec la baisse des prix des voitures électriques, le marché automobile se dirige naturellement vers une fin de vente des voitures thermiques en 2040 ». Mais pour cela, il faudra une volonté politique d'accompagnement vers cette transition énergétique.

21 Mai. 2021 actu-environnement.com , 06/05/21

Hydrogène : un rôle majeur dans la transition énergétique européenne

Un nouveau projet de recherche, Hydrogen4EU, portant sur le rôle des technologies de l'hydrogène dans la transition énergétique européenne a été mené par l'IFP Énergies nouvelles, la fondation de recherche scandinave Sintef et le cabinet de conseil Deloitte. Les partenaires ont étudié le rôle que peut jouer l'hydrogène sur la base de deux scénarios de décarbonation. Le scénario " Énergies renouvelables" table sur un objectif de 40% d'énergie renouvelable en 2030, contre 32% pour le scénario "Neutralité technologique". La différence entre les deux scénarios est comblée essentiellement par le nucléaire et par le captage et stockage du CO2. Toutefois, le scénario "Neutralité technologique" présente l'avantage « de réduire les investissements [de l'ordre de 70 Md€ par an], de soulager certains goulots d'étranglement financiers et technologiques et de permettre un système énergétique plus compétitif et plus efficace » soulignent les partenaires. Dans les deux scénarios, l'hydrogène joue un rôle majeur dans le secteur sidérurgique et dans l'industrie chimique, il favorise également l'électrification des transports et de l'industrie. De ce fait, la demande en Europe serait trois fois supérieure à l’objectif fixé dans la stratégie européenne dans les deux scénarios. Selon l’étude, quel que soit le scénario, la production européenne devra donc fortement augmenter au cours des trois prochaines décennies et s’appuyer sur les filières sobres en carbone et renouvelables. Néanmoins, le cadre réglementaire et politique actuel n'a toujours pas mis en place les outils et les mesures nécessaires pour stimuler la montée en puissance de l'hydrogène. D’après l’étude, l'Europe devra miser sur les importations.

21 Mai. 2021 latribune.fr , 12/05/21

France : l’éolien flottant est indispensable pour atteindre la neutralité carbone

D’après RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, la France devra accélérer le développement de l’éolien flottant si elle veut atteindre ses objectifs de neutralité carbone d’ici 2050. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a affirmé le 10 mai 2021 la volonté de la France de se doter de parcs éoliens en mer. « À l'horizon 2030, la France vise entre 8 et 10 GW de puissance installée dans l'éolien en mer. A cet horizon, nous n'aurons pas un besoin spécifique de l'éolien flottant en exploitation. En revanche, pour des objectifs de l'ordre de 50 GW de capacité installée en 2050, là, nous aurons besoin de l'éolien flottant, et de manière majoritaire », a expliqué Régis Boigegrain, directeur exécutif des affaires maritimes de RTE. L’installation de l’éolien flottant doit faire face aux contraintes des façades atlantiques et méditerranéennes des côtes françaises : les fonds marins de ces zones s’accentuent rapidement et ne permettent pas d’installer des éoliennes posées. Pour l’heure, quatre fermes pilotes sélectionnées vont être installées en 2023 à Faraman, Gruissan, Leucate, Groix-Belle-Ile, fournissant un total de 24 MW. Trois projets commerciaux sont également prévus : celui en Bretagne devrait produire 250 MW tandis que les deux autres en Méditerranée devraient fournir respectivement 250 et 500 MW. Encore émergente, la filière de l’éolien en mer fait encore face à des verrous technologiques : les flotteurs et le raccordement électrique doivent à la fois résister aux contraintes spécifiques en mer mais ne pas représenter un coût trop élevé.

21 Mai. 2021 lemonde.fr , 09/05/21

Réduction des émissions de méthane pour ralentir la crise climatique

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et la Coalition pour le Climat et l’Air Pur (CCAC), ont publié le 6 mai 2021 les résultats de leur rapport sur le méthane. Pour ralentir la crise climatique, les émissions de méthane devraient baisser de 45% entre 2020 et 2030, soit 180 millions de tonnes de CH4 par an. En utilisant des technologies existantes à « un coût raisonnable », la réduction du gaz entraînerait la baisse de 0,3°C d’ici 2045 et permettrait de répondre à l’objectif de l’accord de Paris d’un réchauffement limité à 1,5°C. « La réduction des émissions de méthane est le levier le plus puissant que nous ayons pour ralentir le changement climatique au cours des vingt-cinq prochaines années, et complète les efforts nécessaires pour réduire les émissions de CO2 », explique Inger Andersen, la directrice exécutive du PNUE. Le méthane est responsable de 23% du réchauffement depuis l’ère industrielle : « Si on ne fait rien concernant le méthane, tous les efforts que l’on pourra réaliser pour lutter contre le CO2 et limiter le réchauffement sous les 2°C seront anéantis », alerte Marielle Saunois, enseignante-chercheuse au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement. Les rejets proviennent essentiellement de trois secteurs : 40% de l’agriculture, 35% des énergies fossiles et 20% des déchets. Des solutions techniques existent déjà, comme la détection et le colmatage des fuites du CH4 en milieu industriel. « Environ 60% de ces mesures ciblées [pour lutter contre les rejets de méthane] sont peu coûteuses et la moitié d’entre elles ont des coûts négatifs, ce qui signifie que les entreprises gagnent de l’argent en les appliquant », détaille le rapport. Les États prennent conscience de ces enjeux mais « pour l’instant, cela reste des vœux pieux : rien n’a été fait pour lutter contre le méthane », conclut Maxime Beaugrand, directrice du bureau de Paris de l’Institut pour la gouvernance et le développement durable.

21 Mai. 2021 lemondedelenergie.com , 11/05/21

Agence Internationale de l’Énergie : les EnR enregistrent le plus fort déploiement depuis 20 ans

D’après le rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) publié le 11 mai 2021, les Énergies Renouvelables (EnR) enregistrent en 2020 la plus forte croissance de développement par rapport aux deux décennies précédentes. Depuis 1999, les capacités supplémentaires de production d’EnR enregistrent la plus grande hausse en 2020, avec 280 GW créés en plus par rapport à 2019, soit une hausse exemplaire de 45%. Cette augmentation est portée par 114 GW de capacités supplémentaires dans l’éolien et par la demande chinoise qui a cumulé près de la moitié de la croissance des capacités renouvelables dans le monde. Bien que le rythme de croissance enregistré en 2020 « est appelé à devenir la nouvelle norme » avec 270 GW de capacités renouvelables prévues en 2021 et près de 280 GW en 2022, l’AIE prédit une recrudescence des émissions de CO2 en 2021 « à cause d’une progression parallèle du recours au charbon ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

01 juil. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 01 juil.

A la une : Énergies renouvelables : consommation en hausse en 2021

24 Juin. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 24 Juin.

A la une : Gaz à effet de serre : poursuite de la baisse en France

17 Juin. 2022
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 17 Juin.

A la une : Batteries électriques : L’Europe ambitionne d’augmenter sa capacité de production

Voir toutes les revues de presse