Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

19 avr. 2019

Partager :

tendances et marché de l'énergie

19 avr. 2019 lemondedelenergie.com , 08/04/19

Bâtiment : les énergies décarbonées pénalisées

Si les pays européens disposent d’objectifs communs en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les politiques énergétiques sont élaborées à l’échelle nationale par chaque Etat membre. Cette situation entraine des disparités et ce, particulièrement dans le domaine de la production d’électricité. La France, qui jouit d’un mix électrique fortement décarboné (dominé par le nucléaire et l’hydraulique), a décidé de porter ses efforts sur le secteur du bâtiment, très énergivore. Pour ce faire, en 2013, le gouvernement français a mis en place une nouvelle réglementation thermique pour les logements collectifs et les maisons individuelles, également connue sous le nom de RT2012. L’un des principaux objectifs de ce dispositif est de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à 50 kWhep/m²/an. En France, le calcul de la valeur d’un kWhep (kilowatt/heure d’énergie primaire) tient compte de l’énergie nécessaire à la production et au transport de l’électricité. Le coefficient appliqué pour définir cette valeur est de 2,58 pour l’électricité et de 1 pour les énergies fossiles (gaz et fioul). L’étude du mode de calcul imposé par la réglementation RT2012 jouerait ainsi plutôt en défaveur des énergies renouvelables. Pour Brice Lalonde, ancien ministre et président de l’association Equilibre des énergies, « quand on veut sortir des énergies fossiles, il est paradoxal de demander plus d’efforts à l’électricité décarbonée produite sur le territoire national qu’aux énergies fossiles importées ».

19 avr. 2019 lenergeek.com , 10/04/19

Transition énergétique : la filière électrique au service de l’emploi

Le 9 avril 2019, le Ministère du Travail, les syndicats (CFDT, CFE-CFC, CFTC et FO) et professionnels de la filière électrique (notamment l’Union française de l’énergie) ont signé un contrat d’Engagement Développement et Compétences (EDEC). Cette initiative a pour but d’établir un lien entre transition écologique et formation professionnelle et doit déboucher sur la réalisation d’une étude prospective réalisée avec le cabinet PwC. En effet, le Réseau pour la transition énergétique (CLER) estime que, d’ici à 2030, entre 280 000 et 400 000 emplois pourraient être créés. Les signataires devront tenir compte de quatre objectifs prioritaires. Il s’agira dans un premier temps d’évaluer le nombre d’emplois qui seront directement liés à la transition énergétique à horizon 2030, en s’appuyant sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). D’après le communiqué de presse annonçant l’EDEC, l’étude prospective devra par ailleurs fournir « un diagnostic qualitatif en matière d’évolution des métiers et des compétences » pour l’ensemble de la filière électrique. Les signataires se sont également engagés à adapter l’offre de formation et de certification et à mettre les résultats de leurs travaux à disposition des pouvoirs publics, des institutionnels de l’emploi et des acteurs de la formation initiale et continue.

19 avr. 2019 lenergeek.com , 15/04/19

Le CESE rend son avis sur le projet de PPE

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a rendu le 9 avril 2019 son avis au sujet du projet de Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). L’assemblée s’est dans l’ensemble montrée plutôt favorable à la PPE présentée par le gouvernement mais souhaite tout de même corriger certains points évoqués dans le document. Le CESE demande tout particulièrement au gouvernement de préciser les moyens qu’il entend allouer à la stratégie de sortie des énergies fossiles. Le Conseil est également revenu sur la taxe carbone, que le gouvernement s’est engagé à suspendre, en proposant de dédier une part plus importante des recettes de cette taxe aux mesures compensatoires prévues pour les ménages en procédant à une revalorisation du chèque-énergie. Cependant, pour Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique, « il ne sera pas possible ni souhaitable de réintroduire une augmentation de la taxe carbone dans des conditions dans lesquelles les concitoyens ne seraient pas convaincus de son caractère juste et équitable ». Enfin, le Conseil plaide également en faveur d’objectifs de développement plus ambitieux pour les filières énergétiques émergentes, notamment le biogaz et l’éolien offshore. Sur ce point, Emmanuelle Wargon a déclaré que le gouvernement travaillait « à améliorer la version actuelle de la PPE afin d’accélérer ces filières ».

19 avr. 2019 lenergeek.com , 05/04/19

La FEDENE veut accélérer le développement de la chaleur renouvelable

Pascal Roger, président de la Fédération des services énergie environnement (FEDENE) estime qu’il est nécessaire de renforcer le soutien public pour accélérer le développement des réseaux de chaleur renouvelable et affirme que le temps presse. En effet, pour être conforme à la trajectoire carbone adoptée dans la loi de transition énergétique, le rythme de développement de la chaleur renouvelable devrait être 2,5 fois supérieur à celui que l’on connait actuellement. Pour Pascal Roger, outre le fonds chaleur, plusieurs solutions permettraient de soutenir financièrement le développement des réseaux de chaleur. Ce dernier fait référence à l’extension des exonérations fiscales existantes, à la mobilisation des recettes de la Contribution Climat Energie (CCE) mais également à la mise en place de dispositifs complémentaires, tels que la cogénération, qui garantiraient une optimisation du coût de la chaleur renouvelable. Pascal Roger insiste également sur la rentabilité de ces solutions de chaleur qui, une fois passés les coûts d’installation conséquents, garantissent une relative stabilité des prix dans la durée. Pour le président de la FEDENE, il est important de maintenir la trajectoire carbone, qui permet aux acheteurs d’anticiper le prix des énergies fossiles et donc de recourir, en cas de hausse, à des sources d’énergie alternatives. Pascal Roger milite également pour la promotion des nouvelles technologies (biomasse, géothermie) et salue la mise en place, sous l’égide de la secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon, d’un groupe de travail sur les solutions de chaleur renouvelable. Il rappelle aussi que la chaleur renouvelable a un rôle à jouer dans l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments et dans la lutte contre la précarité énergétique. Enfin, le président de la FEDENE pense que la Programmation Pluriannuelle de l’Energie peut être améliorée et qu’il est nécessaire de mettre en place une fiscalité incitative tout en précisant les moyens qui seront mis à la disposition des acteurs énergétiques pour remplir les objectifs fixés dans le projet de loi.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

17 Mai. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 17 Mai.

A la une : Neutralité carbone : les maires européens se mobilisent

10 Mai. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 10 Mai.

A la une : Dijon Métropole sera dotée en 2021 d’un réseau de chaleur atteignant les 100 km

03 Mai. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 03 Mai.

A la une : Le CGDD présente le bilan énergétique national de l’année 2018

Voir toutes les revues de presse