Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse

06 sep. 2019

Partager :

tendances et marché de l'énergie

06 sep. 2019 actu-environnement.com , 26/08/19

La flexibilité de l’hydroélectricité

L’hydroélectricité représente, en fonction des précipitations, 10 à 15% de la production d’électricité française, soit une moyenne de 67 TWh par an. La production d’hydroélectricité est concentrée sur quatre régions : 44% en Auvergne Rhône-Alpes, 17% en Occitanie et 15% en Grand-Est comme en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La capacité installée totale s’élève à 25,8 GW. La France compte environ 2 300 installations de plusieurs types : des centrales au fil de l'eau, des centrales d'éclusée et des centrales de lac. De nouvelles centrales d’une puissance comprise entre 1 et 4,5 MW vont être développées par les 13 lauréats de la deuxième période de l’appel d’offres sur la petite hydroélectricité, désignés fin juin 2019. Ces nouvelles installations représenteront une puissance totale de 36,7 MW. Toutefois, en raison des évolutions réglementaires et environnementales, le nombre de nouvelles installations devrait peu progresser ces prochaines années. Les cours d’eau français offrent cependant un potentiel de 1 000 MW supplémentaires, qui permettraient d’atteindre 26,8 GW de capacité installée, en accord avec l’objectif 2028 de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie. Puisque peu de nouveaux projets devraient voir le jour, la filière travaille sur l’optimisation de la flexibilité de l’hydroélectrique notamment via le démonstrateur So FLEX’hy sur la Durance, porté par EDF. Ce dispositif doit prouver que le concept de centrale virtuelle peut permettre aux centrales actuelles de proposer des services de flexibilité afin de faciliter l'intégration des énergies renouvelables variables. En gagnant en polyvalence, l’hydroélectricité pourrait contribuer au développement des énergies solaires et éoliennes.

06 sep. 2019 actu-environnement.com , 02/09/19

Trois nouveaux appels à projet en faveur de la transition écologique

L’action « Démonstrateurs et territoires d’innovation de grande ambition du programme d’investissements d’avenir » a pour but d’encourager les projets innovants en faveur de la transition écologique. Trois nouveaux appels d’offres viennent tout juste d’être lancés et s’articulent autour de trois grandes thématiques : les systèmes énergétiques, la bioéconomie et la protection de l’environnement, et l’économie circulaire. Le premier appel à projets, « Systèmes énergétiques – Villes et territoires durables » doit accompagner la décarbonisation de la production, la distribution et l’usage de l’énergie. Le second appel à projets « Bioéconomie et protection de l’environnement » s’intéresse à la protection de l’environnement et à l’optimisation des ressources. Enfin, le troisième appel à projets se focalise sur l’économie circulaire et entend encourager le développement de l’éco-conception des produits et services, la réduction de la production de déchets et le recyclage. Cet appel à projets a également pour objectif de renforcer l’éco-efficience dans l’industrie et l’agriculture et d’optimiser la gestion du cycle de vie de l’eau. Les candidats ont jusqu’au 20 janvier 2020 pour déposer leur dossier et doivent s’assurer que leur projet dispose d’une plus-value environnementale tout en étant réplicable et déployable sur le territoire national.

06 sep. 2019 ouest-france.fr , 17/08/19

Valorisation énergétique : la méthanisation se développe dans l’ouest

Les unités de méthanisation sont en constant développement en France, et plus particulièrement dans l’ouest du pays qui abrite un tiers des installations. Basé sur la fermentation des déchets agricoles, ce procédé permet de produire du gaz vert et de générer de l’électricité. Ces deux ressources peuvent être utilisées sur place en autoconsommation, ou réinjectées dans les réseaux de distribution. La pratique de la méthanisation permet aux agriculteurs de réduire leurs dépenses énergétiques, mais également de bénéficier de revenus supplémentaires lorsqu’ils revendent le surplus produit à des opérateurs énergétiques, tel qu’EDF. Aujourd’hui, 500 agriculteurs français disposent d’une unité de méthanisation, soit deux fois plus qu’en 2014. Si la plupart des installations sont dédiées à la production d’électricité, force est de constater que l’injection de gaz est une pratique de plus en plus répandue. En effet, la France compte actuellement 47 installations consacrées à l’injection de biogaz – contre 5 en 2014 – avec la plupart de ces projets située en Bretagne. Le gaz vert représente aujourd’hui 0,15% de la consommation énergétique nationale. Le gouvernement souhaite que la part du biogaz compte pour 7% du mix énergétique français.

06 sep. 2019 actu-environnement.com , 29/08/19

Ambitions environnementales : la plupart des régions amenées à revoir leur copie

Le 28 août 2019, l'Autorité environnementale nationale a présenté son évaluation de sept des onze schémas régionaux d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet) des régions métropolitaines (hors Île-de-France). Institués par la loi NOTRe d'août 2015, ces schémas, propres à chaque région, doivent définir des objectifs de moyen et long termes notamment en matière d'aménagement du territoire, de gestion de l'énergie, de lutte contre le changement climatique, de gestion des déchets et de préservation de la biodiversité. L'Autorité environnementale (Ae) a jugé les objectifs du Sraddet de la région Auvergne-Rhône-Alpes insuffisants et a déploré l'absence de précisions quant aux mesures que la région comptait mettre en place pour s'aligner sur les objectifs nationaux et européens. Les membres de l'Autorité ont par ailleurs vivement critiqué le schéma des Hauts-de-France dénué de « la plupart des domaines environnementaux du Sraddet » et incité la région à revoir ses objectifs. A l'inverse, l'examen du schéma de la région Nouvelle-Aquitaine s'est soldé par un avis positif car, selon l'Autorité, « il affiche d'entrée des ambitions élevées, en tenant compte tout particulièrement des incidences du changement climatique pour le territoire et pour les différentes activités ». Les membres de l'Ae ont tout de même recommandé à la région de procéder à une territorialisation des objectifs. Le Sraddet de la région Centre-Val-de-Loire, qui avait procédé à un cadrage préalable, a également été salué par l'Autorité, tout comme ceux des régions Grand-Est et Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA). La région PACA a été la seule à respecter l'échéance fixée dans la loi NOTRe, et a d'ores et déjà adopté son Sraddet. L'autorité a formulé des recommandations à l'ensemble des régions dont le schéma a été étudié. Ainsi, à l'issue de cet examen, la plupart de ces régions vont devoir retravailler leur Sraddet et revoir leurs ambitions environnementales à la hausse.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 15 nov.

A la une : L’AIE alerte quant à une régression en matière d’efficacité énergétique

08 nov. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 08 nov.

A la une : EDF ouvre son laboratoire dédié à l’innovation à Lyon

31 oct. 2019
Tendances et marché de l'énergie

Revue de presse du 31 oct.

A la une : Précarité énergétique : un phénomène bien installé en France

Voir toutes les revues de presse