Réglementation

Revue de presse

31 oct. 2019

Partager :

réglementation

31 oct. 2019 lemonde.fr, 24/10/19

Le gouvernement publie un rapport inquiétant sur l’impact environnemental de la France

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a publié, jeudi 24 octobre 2019, son rapport de synthèse « L’environnement en France ». Publiée tous les quatre ans, cette étude propose une évaluation de l’état de l’environnement et des ressources. Dans cette nouvelle édition, le ministère s’est intéressé au concept des « limites planétaires », c’est-à-dire neuf variables à ne pas dépasser pour assurer la stabilité de la planète. En France, le rapport révèle que la majorité de ces neuf seuils sont proches d’être atteints. Concernant le réchauffement climatique, le pays est loin de respecter les objectifs de l’accord de Paris, qui préconise de le contenir à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Pour y parvenir, il faudrait limiter au niveau mondial les émissions de CO2 entre 1,6 et 2,8 tonnes par an et par habitant entre 2018 et 2100. Si en France les émissions ont baissé de 18% entre 1990 et 2017, elles étaient de 4,9 tonnes par an et par habitant en 2017. Par ailleurs, via ses pays d’outre-mer, la France héberge 10% des espèces connues de la planète. 18% des 10 000 espèces recensées sont éteintes ou en voie d’extinction, notamment en raison de l’artificialisation des sols, des pratiques agricoles et de la perte des habitats. Le rapport pointe également le rôle important de la France dans la déforestation mondiale, avec un équivalent de 14,8 millions d’hectares. Pour les aspects plus positifs, la publication met en avant une progression sur la qualité de l’air depuis les années 2000, tout en rappelant que des efforts sont encore indispensables. De même, l’eau des rivières et des plans d’eau est de meilleure qualité, contrairement aux eaux souterraines, remplies de nitrates et pesticides.

31 oct. 2019 connaissancedesenergies.org , 23/10/19

La CRE retient deux lauréats pour l’appel à projets de stockage d’électricité à Mayotte

Dans le cadre d’un appel à projets sur le stockage d’électricité à Mayotte, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a retenu deux candidats sur 17 pour une puissance totale d’environ 11 mégawatts. Les lauréats développeront des projets permettant de stocker l’électricité durant les périodes d’ensoleillement afin de pouvoir l’utiliser durant les pointes de consommation. Alors que le système électrique de Mayotte est plus réduit que dans d’autres îles, la CRE indique que ces capacités de stockage « joueront un rôle prépondérant pour assurer la qualité d’alimentation du système mahorais ». Les deux projets sélectionnés nécessiteront un investissement public de 33 millions d’euros, qui devrait être rentabilisé sur la durée. La CRE a en effet calculé que ces nouvelles infrastructures permettraient d’éviter 72 millions d’euros de surcoûts de production, ce qui se traduira par une économie nette de 39 millions sur les 25 prochaines années. Ces systèmes permettront aussi de diminuer les émissions de CO2 de 6 100 tonnes par an. Il s’agit du deuxième appel à projets de la CRE en « zone non interconnectée » (ZNI) et du premier à Mayotte. Si la Commission a observé une baisse des coûts de stockage entre les deux sessions, elle doute « qu’elle soit suffisante pour permettre le développement de nouveaux projets efficients dans les ZNI ». La CRE pourrait lancer un troisième appel à projets après avoir analysé la valeur restante du stockage dans ces zones.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
Réglementation

Revue de presse du 15 nov.

A la une : La loi Énergie et Climat publiée au Journal Officiel

08 nov. 2019
Réglementation

Revue de presse du 08 nov.

A la une : Copropriétés : le fonds de garantie pour la rénovation énergétique est opérationnel

25 oct. 2019
Réglementation

Revue de presse du 25 oct.

A la une : Décarbonation de l’économie : le gouvernement annonce ses objectifs

Voir toutes les revues de presse