Innovations et projets durables

Revue de presse

31 oct. 2019

Partager :

innovations et projets durables

31 oct. 2019 connaissancedesenergies.org , 22/10/19

Bientôt des capteurs pour mesurer les émissions de CO2 à Paris

La ville de Paris va prochainement lancer un projet pilote afin de mesurer en continu, au moyen de capteurs, l’impact des politiques publiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette évolution technologique permettrait de faciliter la réalisation de bilans carbone – actuellement publiés tous les 5 ans – et d’obtenir des données plus réactives et précises. Les capteurs seront ainsi chargés de mesurer les concentrations et les émissions de CO2 de la région parisienne en dissociant les émissions d’origine naturelle de celles liées aux activités humaines. Thomas Lauvaux, chercheur au Laboratoire des sciences de l’environnement et du climat (LSCE), explique qu’actuellement l’élaboration de ces bilans « nécessite de recourir à beaucoup d’informations (trafic routier, industries, bâtiments, énergie), et généralement cela crée un délai qui va de 2 à 3 ans ». Ainsi, le dernier bilan carbone de la ville de Paris date de 2016 et s’appuie sur des données de 2014. Un indice, publié tous les mois, sera par ailleurs mis en place en 2020 et permettra aux habitants de la région parisienne d’évaluer leur impact environnemental.

31 oct. 2019 actu-environnement.com , 22/10/19

CD2E rénove des logements énergivores dans les Hauts-de-France

L’opérateur CD2E (Centre de Développement des Eco-Entreprises), dont le siège se situe dans les Hauts-de-France, vient de lancer un appel à candidatures pour la rénovation énergétique de maisons individuelles, dont les corons en priorité. Le CD2E a pour objectif de rénover, d’ici 2027, 23 000 maisons classées énergétiquement F et G, dans une région qui compterait « 800 000 passoires thermiques », selon l’opérateur. Le but est d’atteindre au minimum l’étiquette C, voire le label BBC (Bâtiment Basse Consommation). Le programme de rénovation a été lancé en 2017 par l’État, la région et le bailleur social Maisons et Cités. Le CD2E « soutient cet engagement et se mobilise en tant qu'expert auprès de la délégation interministérielle et coordonne les acteurs de l'offre et de la demande », explique Victor Ferreira, président du CD2E. L’opérateur a mis en place le dispositif « garantie de performance énergétique », qui s’assimile au Contrat de performance énergétique (CPE), conclu entre un maître d'ouvrage d'un bâtiment et une société de services d'efficacité énergétique. La garantie du CD2E est « inédite puisque pour la première fois, le propriétaire occupant est accompagné dans les bonnes pratiques en terme de consommation énergétique », ajoute le président du CD2E. L’opérateur « s'engage à ce que l'occupant, respectant le contrat d'usage, se voit rembourser 10 fois la différence, en cas d'écarts constatés dans les deux années qui suivent la livraison des travaux ». Le CD2E accompagnera les particuliers en amont et en aval de leur projet grâce à un suivi de 2 ans après la fin des travaux avec l’objectif d’avoir une facture énergétique divisée au minimum par trois. Cette garantie, apportée par le CD2E, facilitera aussi l’octroi de prêt, sachant qu’une rénovation énergétique coûte entre 65 000 et 100 000 euros. Après une expérimentation sur 30 maisons, 1 900 chantiers devraient être lancés à partir de 2025, puis 10 000 en 2030.

31 oct. 2019 actu-environnement.com , 23/10/19

La région PACA et Lyon métropole : lieux d’expérimentation de la mobilité électrique

L’entreprise Enedis a lancé le 25 septembre 2019 le projet aVEnir, qui a pour objectif de préparer au mieux le développement de masse de la mobilité électrique. La Région PACA et la métropole de Lyon qui ont été choisies pour servir de territoires d’expérimentation en condition réelle durant trois ans. Onze partenaires ont rejoint le projet, dont les deux filiales du groupe EDF, Izivia et Dreev, PSA, ou encore les universités de Grenoble Alpes et d’Aix Marseille. Ce test grandeur nature doit permettre de saisir les enjeux économiques et sociologiques mais aussi technologiques et réglementaires du développement de la mobilité électrique. Ce projet doit permettre d’optimiser l’organisation du réseau de distribution, des bornes de recharge et des véhicules électriques tout en testant des solutions de recharges intelligentes et de pilotage des bornes de recharge. C’est donc tout l’écosystème de la mobilité électrique qui doit être expérimenté sur ces deux territoires.

31 oct. 2019 lemondedelenergie.com , 24/10/19

Gémo lance un projet-pilote d’autoconsommation photovoltaïque

Dans le cadre d’un entretien, le responsable environnement de l’enseigne Gémo, Luc Robert, détaille une expérimentation actuellement en cours dans le magasin de Trignac : un projet-pilote d’auto-consommation photovoltaïque couplé à des batteries de stockage. Dans ce magasin, une ombrière de 306 m2 équipée de 185 panneaux photovoltaïques a été installée et couplée à des batteries de seconde main issues de véhicules électriques. L’objectif est d’optimiser la production d’électricité issue des panneaux en permettant d’« auto-consommer 90% de la production au lieu des 82% sans les batteries de stockage » d’après Luc Robert. Le projet est actuellement encore en phase de test et en attente des résultats. Le responsable environnement explique que cette initiative s’inscrit dans la stratégie globale de l’entreprise qui a « réduit de 40% ses consommations d’énergie en 5 ans » et s’est fixé l’objectif de « réduire de 15% supplémentaire [nos] consommations d’énergie d’ici fin 2020 ». Ces économies ont pu être réalisées grâce à « un maximum de leviers (…), en ayant commencé à auditer nos magasins les plus énergivores, en sensibilisant nos équipes aux bonnes pratiques à l’aide d’un challenge énergie, ou encore, en continuant à les informer de leur consommation et en rationnalisant les systèmes énergétiques de nos magasins pour éclairer, chauffer et rafraichir au plus juste ». En plus de la réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre (GES), Luc Robert rappelle que Gémo s’est engagé « depuis 10 ans (…) dans une démarche RSE. Une démarche de progrès et collaborative appelée « Mieux » qui repose sur 4 piliers : la traçabilité et la conformité de ses produits, la gestion de l’énergie, l’innovation collaborative et la solidarité ». Cette politique fait écho à celle du groupe Eram, auquel Gémo appartient, qui, en plus d’un projet de réduction de 30% de ses émissions de GES entre 2015 et 2030, a mis au point un programme nommé « Change for Good » destiné à la transparence et la responsabilité.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 15 nov.

A la une : La transition énergétique de l’université de Poitiers

08 nov. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 08 nov.

A la une : De plus en plus de projets de méthanisation dans l’Allier

25 oct. 2019
Innovations et projets durables

Revue de presse du 25 oct.

A la une : La centrale thermique d’Aramon remplacée par les énergies et technologies propres

Voir toutes les revues de presse