Innovations et projets durables

Revue de presse

31 juil. 2020

Partager :

innovations et projets durables

31 juil. 2020 euro-energie.com , 21/07/20

Un débat public pour le futur parc éolien du sud Bretagne

À la suite de la demande du ministère de la Transition écologique, la Commission Nationale du Débat Public a mis en place un débat public sur les projets d’éoliennes en mer du sud de la Bretagne, du 20 juillet au 30 novembre 2020. La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), publiée en avril 2020, prévoit en 2021 un appel d’offres pour un nouveau parc éolien flottant en mer de 250 MW au sud de la Bretagne. L’attribution d’une extension d’environ 500 MW pourrait suivre en 2024, dans le but de mutualiser le raccordement au réseau. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a justifié l’importance de ce débat public : « je suis particulièrement attachée à ce que tous les acteurs de terrain soient pleinement consultés et écoutés en amont de l’installation de projet éoliens, dont le pays a besoin pour produire de l’électricité de manière durable. (…) L’objectif est de concilier le développement des énergies marines renouvelables avec les usages actuels de la mer. Depuis plusieurs années, des concertations ont été menées sur le territoire et ont permis d’identifier des zones propices et de moindres contraintes. La zone d’étude en mer présentée est le fruit de ces échanges. ». Ce débat public, porté par l’État, RTE et la région Bretagne, intervient très en amont du projet, et a notamment pour objectif de définir les zones propices au développement du futur parc et de définir les modalités de son intégration dans le territoire et de son raccordement.

31 juil. 2020 lagazettedescommunes.com , 15/07/20

Aquacia succède à Primequal pour les travaux de recherche sur la qualité de l’air

Le programme de recherche interorganisme pour une meilleure qualité de l’air (Primequal) a été créé en 1995 par le ministère chargé de l’Environnement et par l’ADEME (Agence de la transition écologique). En 25 ans, le programme a recensé près de 300 projets de recherche appliqués et 25 millions d’euros d’aides. Le 6 juillet 2020, l’ADEME et le ministère de la Transition écologique et solidaire ont dévoilé les 9 lauréats du dernier appel à propositions de recherche « Qualité de l’air, changement climatique, énergie ». Cet appel à propositions est venu clôturer Primequal, auquel succède dès cet été le nouveau programme de recherche sur la qualité de l’air Aquacia (Amélioration de la Qualité de l’Air : Comprendre, Innover, Agir). Les porteurs de projets sont généralement des établissements de recherches publics, et parfois privés. « L’une des spécificités de Primequal est de cibler une recherche utile aux territoires. Nous encourageons donc les échanges entre les chercheurs et les utilisateurs finaux, notamment les collectivités, tout au long des projets », détaille Nathalie Poisson, correspondante Recherches au service qualité de l’air de l’ADEME. Il y a dix ans, Primequal a ainsi permis aux collectivités de la Vallée d’Arve d’identifier le chauffage au bois comme principale source de de pollution de l’air. Le dernier appel à propositions du programme, portant sur les enjeux liés à la qualité de l’air, le climat et l’énergie autour de quatre thématiques (activités agricoles, aménagement et dynamiques territoriales/politiques publiques, mobilité et transport et bâtiments) a été doté de subventions de deux millions d’euros. Le nouveau programme Aquacia, qui intègre l’ensemble des programmes de recherche sur la qualité de l’air de l’ADEME, s’apprête à lancer son premier appel à propositions de recherche sur la qualité de l’air de demain.

31 juil. 2020 ouest-france.fr , 25/07/20

L’hôpital doit accélérer sa transition écologique

Le « Ségur de la santé », organisé par le ministère de la Santé au sujet de la réorganisation des établissements de santé a mis en avant un volet écologique. Selon les conclusions rendues le 21 juillet 2020, l’hôpital a des efforts à fournir en la matière. Alors que la consommation d’énergie est excessive et les déchets sont très mal gérés, le ministère a annoncé des mesures visant à accélérer la transition écologique dans les établissements de santé. Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), les établissements sanitaires et médico-sociaux sont responsables de 11% de la demande d’énergie du secteur tertiaire. Si cette consommation peut s’expliquer en raison de l’ouverture 24h sur 24 des hôpitaux et de la présence d’équipements énergivores, la consommation pourrait être diminuée. Selon des retours de personnels hospitaliers, des réductions pourraient être réalisées, notamment sur la lumière, allumée constamment, ou encore sur des néons ne pouvant être régulés ou l’absence d’interrupteurs dans certains lieux. Le plastique est également pointé du doigt pour son utilisation excessive. Si le plastique à usage unique est privilégié pour des raisons sanitaires, des efforts pourraient être réalisés notamment sur la nourriture. Le syndicat Jeunes médecins a d’ailleurs proposé, lors du Ségur de la santé, de favoriser le circuit court en proposant des plats cuisinés bio et locaux aux patients, ce qui permettrait en outre de créer une économie autour de l’hôpital. Enfin, la question de la gestion et du tri des déchets est centrale, puisque le ministère estime que les établissements de santé en produisent environ 700 000 tonnes par an, soit plus d’une tonne par lit. Le tri doit être renforcé et un effort de sensibilisation du personnel soignant doit être réalisé.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

24 juil. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 24 juil.

A la une : Les villes européennes misent sur les EnR

17 juil. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 17 juil.

A la une : L’Occitanie accélère sur le V2G

10 juil. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 10 juil.

A la une : Pays de la Loire : la région mobilisée pour la transition écologique et énergétique

Voir toutes les revues de presse