Innovations et projets durables

Revue de presse

30 avr. 2021

Partager :

innovations et projets durables

30 avr. 2021 ledauphine.com , 20/04/21

Drôme : EDF et la CCI renforcent leur collaboration

La chambre de commerce et de l’industrie (CCI) de la Drôme et EDF ont renouvelé leur partenariat et s’engagent à œuvrer ensemble pour le développement du territoire « sur le long terme » et de « façon privilégiée ». Cette nouvelle collaboration est signée entre la CCI de la Drôme, la centrale nucléaire du Tricastin et l’agence Une Rivière Un Territoire Sud Isère Drôme d’EDF Hydro. Ce partenariat est une déclinaison locale, de l’accord-cadre signé en 2018 entre EDF et CCI France sur les énergies décarbonées. Il a pour ambition de consolider l'implantation des ouvrages de production d'EDF dans leur environnement économique et social, ou encore de développer des opportunités d'affaires des PME et PMI en lien avec la transition énergétique. Manuel Lenas, directeur d’Une Rivière Un Territoire chez EDF Hydro Alpes se félicite de l’ancrage local d’EDF dans ce territoire : « nos quatre centrales hydroélectriques drômoises produisent près de la moitié de la consommation électrique résidentielle des habitants du département. Et EDF Hydro fait appel à une centaine de prestataires et sous-sous-traitants drômois. Le sens de ce partenariat avec la CCI est de conjuguer nos ressources, nos réseaux, nos actions, pour soutenir la vitalité économique et l'activité des entreprises de la Drôme ».

30 avr. 2021 lepays.fr , 22/04/21

Rhône : l’Opac lance un programme de rénovation énergétique de ses résidences

L'Office public de l'habitat (Opac), bailleur social rattaché au conseil départemental du Rhône, a lancé début avril 2021 un plan environnement pour la période 2021-2026 s’appuyant sur trois volets : la rénovation énergétique, la production et l'aménagement, et l'appropriation par les locataires. Le volet consacré à la rénovation énergétique est le plus ambitieux, avec pour objectif de réhabiliter un sixième du parc, soit près de 2 000 logements et 100 résidences spécialisées. L’ambition de l’Opac est de supprimer les 800 passoires thermiques (classes F et G) et de réduire de 56% ses logements classés en D et E. Pour y parvenir, l’Opac va lancer des travaux sur l’isolation, sur le système de chauffage ou encore sur l'amélioration des installations dans les logements, tels que le changement des sols ou des faïences. L’Opac va favoriser les alternatives aux énergies fossiles dans les résidences réhabilitées en s’appuyant notamment sur les énergies renouvelables et les nouvelles technologies. Le bailleur social prévoit de réduire de 10% les gaz à effet de serre émis par ses résidences et d’avoir recours aux énergies renouvelables à hauteur de 25% pour la production de chauffage ou d’eau chaude sanitaire et de 50% pour les logements en chauffage collectif. L’Opac engage un budget de 80 millions d’euros pour le volet rénovation énergétique, dont 40 millions en fonds propres.

30 avr. 2021 techopital.com , 21/04/21

Abbeville : le centre hospitalier raccordé au réseau de chaleur urbain

En 2000, la commune d’Abbeville a choisi Dalkia, via une délégation de service public, pour créer et gérer un réseau de chaleur urbain dans le but d’alimenter en chaleur les équipements publics et privés de son territoire. Dans un premier temps, le réseau était alimenté par une chaufferie gaz et une cogénération, avant d’être étendu en 2012 pour intégrer le bois-énergie dans son mix énergétique grâce à la construction d’une chaufferie biomasse de 5 MW. En décembre 2020, le centre hospitalier (CH) d’Abbeville a été raccordé au réseau de chaleur à la suite de la construction d’une extension de 2,5 kilomètres. Le réseau s’étend désormais sur 8,7 kilomètres et est alimenté à plus de 60% par de la biomasse. Ce raccordement permet de couvrir l’ensemble des besoins en énergie de l’hôpital ainsi que de son extension à venir. Cette évolution permettra au CH de réduire de 700 tonnes ses émissions annuelles de CO2 et de réaliser 16% d’économies d’énergie. Chaque année, le réseau de chaleur produit 25 GWh, dont 5 GWh pour l’hôpital, et près de 50% de la puissance souscrite globale est à destination de logements sociaux.

30 avr. 2021 La Provence , 20/04/21

PACA : les projets de géothermie se développent

Le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM) a mené entre 2012 et 2013 une étude sur le potentiel géothermique du sud-est de la France. L’institut a évalué trois types de ressources : la géothermie de surface (jusqu’à 200 mètres), la géothermie profonde nécessitant des forages (au-delà de 1 000 mètres) et la géothermie marine ou thalassothermie. À la suite de ces travaux, le BRGM a établi une cartographie pour mettre en évidence les territoires les plus prometteurs, à savoir les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse pour la géothermie sur nappe ; le Var, les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône pour la géothermie sur sonde. L’Agence de la transition écologique (Ademe) PACA s’appuie sur les travaux du BRGM pour inciter à développer des projets. 35 projets de géothermie dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, représentant un total de 96 millions d’euros d’investissements ont bénéficié d’aides à hauteur de 18,7 millions d’euros. Si le coût d’investissement dans la géothermie est plus important qu’un projet avec de l’énergie fossile, il se révèle plus avantageux et durable. « La technologie aidant, la mer offre aussi un potentiel inestimable. Les aides se faisant conséquentes puisqu’elles peuvent représenter jusqu’à la moitié du financement d’un investissement, plusieurs projets nous sont soumis. Et cela va s’accélérer avec la mise en place prochaine de contrats de développement des énergies renouvelables thermiques », souligne Jean-Pierre Harinck, ingénieur à l'Ademe. La géothermie de surface, la plus utilisée, intéresse à la fois les acteurs privés et les collectivités. À Marseille, Dalkia, filiale du groupe EDF, a développé le réseau Massileo dans le cadre du programme Euroméditerranée. Massileo utilise la chaleur de l'eau de mer pour chauffer et refroidir près de 300 000 m² de bâtiments tertiaires et résidentiels. À Nice, Dalkia a développé un projet permettant d’accéder à une nappe alluviale peu profonde, dont la température stable permet d’assurer le fonctionnement des services et d’une plateforme frigorifique. La filiale du groupe EDF porte également un projet de géothermie collective sur nappe à Gardanne, en collaboration avec la société mixte Semag dans le cadre de la structure « Économie solidaire » : un écoquartier en construction va être chauffé et climatisé grâce aux calories des 35 millions de m3 de l’eau d’ennoyage qui a investi l’ancienne mine de lignite, accessible par un puits plongeant à 1 100 m. À l’échelle nationale, la France compte 76 installations de géothermie profonde et 175 000 de surface. L’une des ambitions de l’Ademe pour les années à venir est de renforcer les actions en faveur de la chaleur renouvelable, avec une progression fixée à +25% en 2023 et +40 à 60% en 2028. Cette volonté s’explique alors que la chaleur représente plus de 40% de la consommation finale des bâtiments, des entreprises et de l’industrie.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

11 Juin. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 11 Juin.

A la une : L’Occitanie est la deuxième région française productrice d’énergie photovoltaïque

04 Juin. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 04 Juin.

A la une : Loiret : Dalkia Wastenergy investit dans un nouvel incinérateur

28 Mai. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 28 Mai.

A la une : Dijon lance la construction de sa première station d’hydrogène vert

Voir toutes les revues de presse