Innovations et projets durables

Revue de presse

29 oct. 2021

Partager :

innovations et projets durables

29 oct. 2021 latribune.fr 20/10/21, 20/10/21

La Société du Grand Paris présente sa nouvelle stratégie environnementale

La Société du Grand Paris, maître d’ouvrage du Grand Paris Express, le super-métro francilien, a publié, le 20 octobre 2021, sa nouvelle stratégie environnementale comprenant plusieurs objectifs. « Nous voulons aller au-delà du discours et montrer ce que l'on fait. Nous avons un socle remarquable dans ce domaine », a expliqué le président du directoire de la Société du Grand Paris, Jean-François Monteils. Tout d’abord, l’établissement public a pour ambition de réduire de 25% ses émissions de gaz à effet de serre liées à la construction du Grand Paris Express et d’intégrer des critères environnementaux dans les appels d’offres. Il compte également utiliser des matériaux moins polluants, comme le béton bas-carbone, considéré comme 40% moins émetteur que le béton traditionnel. Le béton fibré sera aussi employé : les armatures d’acier seront remplacées par des fibres métalliques, ce qui permettra de réduire la consommation d’acier, dont les coûts ont bondi, et de diminuer l’empreinte carbone. Pour aller plus loin, la Société du Grand Paris a mis en place dès 2020 une prime à l’innovation, « Reverse Carbon Initiative », afin d’inciter les entreprises à limiter le recours au béton ou à utiliser du béton bas-carbone ou de nouveaux matériaux alternatifs. Le maître d’ouvrage souhaite également encourager l’économie circulaire en revoyant à la hausse la réutilisation des déblais à hauteur de 75% à 85% sur les marchés de conception-réalisation, contre 70% auparavant. Enfin, l’aménagement des futures gares s’appuiera sur les « technologies les plus avancées » afin de limiter les consommations énergétiques dans les trains et dans les gares. La Société du Grand Paris prévoit d’attribuer une enveloppe budgétaire dédiée au financement de projets et d’expérimentations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, qui sera examinée en novembre 2021 par le Conseil de surveillance. D’ici 2050, soit vingt ans après la livraison totale du projet, le Grand Paris Express devrait permettre de réduire les émissions d’au moins 14,2 millions de tonnes équivalent CO2, dont 36% seront issues de la baisse de l’usage de la voiture et 64% viendront des économies de CO2 des futurs projets immobiliers.

29 oct. 2021 actu.fr , 24/10/21

Évry-Courcouronnes : le chantier de forage géothermique atteint 1 600 m de profondeur

Le chantier de forage géothermique d’Évry-Courcouronnes, dans l’Essonne, a atteint son objectif de 1 600 m de profondeur, ce qui permettra de mettre en place le futur système de chauffage par géothermie. Depuis juillet 2021, la machine à forer creuse sans s’interrompre deux puits jusque dans la nappe du dogger, le principal aquifère géothermique exploité en Île-de-France. L’objectif du chantier est de capter la chaleur présente dans le sol pour l’injecter dans le réseau de chaleur. « La température de l’eau prélevée peut varier entre 57 °C et 85 °C suivant la zone de prélèvement. À terme, ce forage géothermique sera en capacité de chauffer via le réseau de chaleur l’équivalent de 25 000 logements », explique Pierre Prot, adjoint au maire d’Évry-Courcouronnes et conseiller communautaire en charge des réseaux et de l’énergie de Grand Paris Sud. La mise en service du système de chauffage, d’une puissance prévisionnelle de 15 mégawatts, est prévue pour 2023. Les travaux de construction de la centrale géothermique démarreront en janvier 2022. « Avec cette nouvelle centrale géothermique, le réseau de chaleur sera alimenté à 75% par des énergies renouvelables. On étudie également l’opportunité de développer un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables dans cinq communes », souligne l’élu. Le projet, d’un coût d’investissement total de 19,5 millions d’euros pour l’agglomération Grand Paris Sud, est soutenu financièrement par l’Agence de la transition écologique (Ademe) et la région Île-de-France à hauteur de 20%. Grand Paris Sud Énergie Positive, filiale de Dalkia, elle-même filiale du groupe EDF, exploite le réseau via un contrat de délégation de service public signé pour une durée de 25 ans.

29 oct. 2021 lemoniteur.fr , 22/10/21

Nice Côte d’Azur s’engage en faveur de la transition écologique

Signés le 1er octobre 2021, les accords de Nice pour le climat et le Pacte mondial des Nations réitèrent l'engagement de la métropole Nice Côte d'Azur pour la transition écologique avec son plan climat 2025. Dotée de 1,4 milliard d’euros, cette feuille de route a pour premier objectif de modifier le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la métropole. Il s’agit de limiter l’urbanisation des collines et des vallons, de viser un objectif de zéro artificialisation nette des sols, de mettre au point une charte d’écoconstruction et de végétaliser 70 hectares supplémentaires dans la ville. Le deuxième objectif est d’accélérer la production d’énergies renouvelables locales, dans le but d’atteindre une part de 18% d’ici 2026. Pour ce faire, la production devra passer de 923 GWh en 2019 à 1 353 GWh en 2025. Plusieurs projets sont en cours : huit concernent des réseaux géothermiques ou d’énergie de récupération, et quatre portent sur des centrales photovoltaïques. Dalkia, filiale du groupe EDF, sera en charge de la construction d’un réseau de chaleur et de froid alimenté par l'incinération des déchets, dont la mise en service est prévue pour 2026. L’entreprise construit actuellement le réseau thermique de la ZAC Grand Arénas, qui s’appuie sur l'énergie fatale des eaux traitées de la station d'épuration Haliotis. Le dernier objectif de la métropole concerne la mobilité : des pistes cyclables, de nouvelles lignes de tramway, un téléphérique et des places de parking supplémentaires sont prévus dans le plan climat d’ici 2025.

29 oct. 2021 france3-regions.francetvinfo.fr , 23/10/21

EDF rénove la plus grande centrale hydraulique du Grand Est

Depuis 2014, EDF effectue des travaux de modernisation des installations de sa centrale hydraulique à Revin, dans les Ardennes. La Station de Transfert d'Énergie par Pompage (STEP) produit, en deux minutes seulement, de l’électricité pour l'ensemble du réseau national grâce à la force hydraulique. « Le principe est de prendre de l'eau dans l'une des bassines et de la mener sur la deuxième bassine. On a quatre groupes qui se situent sous la falaise. Dans les pointes du matin et du soir, on turbine, c'est-à-dire qu'on descend l'eau qui a été montée pour la mettre sur la partie basse et en quelques minutes, on produit 800 mégawatts », détaille Serge Autuori, directeur-adjoint EDF Hydro Est. Le chantier repose principalement sur le remplacement des quatre turbines/pompes réversibles de 200 MW de 350 tonnes chacune, âgées de 35 ans, en modernisant leurs automatismes, leurs équipements électriques, les alternateurs et deux des transformateurs. Trois turbines ont déjà été actualisées, et la quatrième va l’être également. Les tableaux généraux de basse tension ont également été rénovés, ainsi que le contrôle-commande et les régulations des groupes 2 et 3, qui ont été remplacés par des modèles numériques actuels. « Cette STEP a été mise en service en 1976 et depuis elle a produit constamment pour produire en térawatt-heure, donc c'est du matériel qui est beaucoup sollicité parce que le réseau en a vraiment besoin. Ce sont des outils modernes qui permettent aujourd'hui dans un réseau qui peut avoir beaucoup de fluctuation de réagir très rapidement. Sur chacun des groupes, on gagne 3% de production en mettant de nouvelles turbines », souligne Serge Autuori. Les deux bassins ont également été vidangés en deux temps. Grâce à ces rénovations, la centrale de Revin pourra fournir 12% d’énergie en plus pour tout le réseau national, et rallonge sa durée de vie a minima de 40 ans. Au total, 80 millions d’euros ont été nécessaires pour mener à bien ce projet sur plus de sept ans. « Le site de Revin affiche une puissance totale de 800 MW disponible sur le réseau en moins de cinq minutes et un taux de réponses aux sollicitations du réseau de 98,7 %, à la demande et sous le pilotage du centre de conduite hydraulique EDF de Lyon », précise le directeur-adjoint.

29 oct. 2021 lindependant.fr , 21/10/21

Narbonne : inauguration de l’une des plus grandes centrales solaires thermiques

Narbonne a mis en service, début octobre 2021, Narbosol, la deuxième plus grande centrale solaire thermique de France alimentant un réseau de chaleur urbain. La ville, qui a confié il y a plusieurs années la gestion de son réseau de chaleur urbain à Dalkia, filiale du groupe EDF, souhaitait depuis 2017 étendre le périmètre de son réseau. Ses objectifs étaient de réduire le coût de l’énergie délivrée et de signer avec de nouveaux clients, tout en maintenant une part d’énergies renouvelables supérieure à 50%. La centrale solaire thermique de Narbosol est équipée de plus de 3 000 m² de capteurs permettant de répondre à environ 15% des besoins en chauffage et eau chaude sanitaire de plus de 900 logements dans deux quartiers. L’intégration de la centrale au réseau permet d’atteindre une part de renouvelables de près de 75%. « L’ajout du solaire sur le réseau et la consommation évitée de gaz, c’est comme si on élevait chaque année 1 100 voitures en circulation sur Narbonne », se félicite Fabrice Tenneson, directeur régional de Dalkia. La centrale permettra de baisser le prix du chauffage de plus de 10% : « avec les énergies renouvelables, nous avons une stabilité des prix. Jamais nous ne connaîtrons des prix multipliés par 4 comme avec le gaz en ce moment », précise le directeur régional.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

01 juil. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 01 juil.

A la une : Le Futuroscope : inauguration du nouveau système de chauffage et de climatisation

24 Juin. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 24 Juin.

A la une : EDF mise sur l’open innovation

17 Juin. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 17 Juin.

A la une : EDF et l’Institut Océanographique Paul Ricard agissent en faveur de la préservation de la biodiversité

Voir toutes les revues de presse