Innovations et projets durables

Revue de presse

24 jan. 2020

Partager :

innovations et projets durables

24 jan. 2020 usinenouvelle.com , 15/01/20

Dijon Métropole se lance dans la production d’hydrogène

La métropole de Dijon (Côte d’Or) vient d’annoncer le lancement d’une unité de production et de distribution d’hydrogène à destination d’une flotte de véhicules propres réservée à la collectivité et ses partenaires. La métropole a signé un partenariat avec Rougeot Energie pour créer la société par action simplifiée Dijon Métropole Smart Energhy, chargée du projet qui devrait voir le jour à l’été 2021. L’investissement nécessaire à la création de l’infrastructure devrait avoisiner les 6,5 millions d’euros et le procédé par électrolyse devrait permettre de produire 500 kilos d’hydrogène par jour. Il est question, dans un second temps, d’élargir les bénéficiaires de l’énergie ainsi produite aux transports en commun (une flotte de bus avec Keolis, délégataire pour les transports publics du territoire), aux particuliers et aux entreprises. L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) participera au projet à hauteur de 1,8 million d’euros, notamment pour financer la flotte de véhicules de la collectivité. Hynamics, la filiale du groupe EDF dédiée à l’hydrogène, participera également au projet. La co-entreprise Dijon Métropole Smart Energhy entend doubler la capacité de production du projet en installant une seconde unité au sud du territoire dijonnais, afin d’alimenter la flotte de bus du réseau local.

24 jan. 2020 Ouest France, 15/01/20

Le Mans déploie des ombrières photovoltaïques sur ses parkings

Dans son « plan énergie solaire » adopté en novembre 2018, la ville du Mans a prévu dix installations d’ombrières photovoltaïques sur des parkings appartenant à la ville et à la métropole. Les travaux seront réalisés parking par parking entre février et mars 2020. Chaque installation recouvrira une quarantaine de places de stationnement et sera dotée d’une puissance unitaire de 100 kwc, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 39 personnes. Les ombrières seront équipées de points de recharge pour véhicules électriques, et pourront, dans certains cas, réinjecter de l’électricité dans le réseau. La métropole et la ville ont de larges ambitions dans l’énergie solaire : une centaine de projets dans les collectivités ou auprès de partenaires privés sont prévus. Les premiers tests de panneaux photovoltaïques sur les toits de deux écoles du Mans sont positifs, indique la municipalité.

24 jan. 2020 leparisien.fr , 16/01/20

L’aéroport de Nice vise le zéro carbone au sol d’ici dix ans

L’aéroport de Nice Côte d’Azur, le plus important de province avec 14,5 millions de passagers en 2019, s’est engagé à ne plus émettre de CO2 d’ici 2030. « On a une politique volontariste sur ces sujets depuis plus de quinze ans. On veut agir à l'horizon d'une génération […]. On travaille désormais en deux monnaies : l'euro et le CO2. La tendance fait que le transport aérien, s'il veut conserver sa légitimité de développement, doit être exemplaire », a précisé Dominique Thillaud, président du directoire d'Aéroports de la Côte d'Azur, groupe auquel appartient l’aéroport niçois. Dans un plan ambitieux, l’entreprise privée prévoit de remplacer le gaz de ses bâtiments et le diesel de 80% de ses véhicules par de l’électricité. Un nouveau système de de chauffage et de refroidissement doit être réalisé, auquel pourrait s’ajouter des pompes à chaleur. Des panneaux photovoltaïques seront également installés. Le plan d’actions a été évalué à plus de 20 millions d’euros, provenant uniquement de fonds privés. Si pour l’heure les mesures ne concernent que les pistes et les bâtiments, Aéroports de la Côte d’Azur a prévu des mesures incitatives pour mobiliser des partenaires. Le groupe compte notamment proposer une baisse de 5 à 10% des taxes d’atterrissage aux compagnies aériennes « pour des avions qui produisent le moins d'oxyde d'azote (NOx) au roulage à Nice ». Grâce à l’installation de puits de carbone, l’aéroport du golfe de Saint-Tropez, le troisième du groupe après Cannes-Mandelieu, devrait être le premier des trois sites à atteindre le zéro carbone.

24 jan. 2020 ouest-france.fr , 19/01/20

L’éolienne flottante Floatgen dépasse les attentes de production

La première et unique éolienne flottante française, Floatgen, est en service depuis septembre 2018 au large du Croisic, sur le site d’expérimentation Sem-Rev. Les tests sont satisfaisants, puisque la start-up Ideol, qui a développé l’éolienne avec Centrale Nantes, a annoncé que Floatgen avait même dépassé les attentes de production et de disponibilité au second semestre 2019. Sur l’ensemble de l’année, l’éolienne – dotée d’une capacité de 2 MW – a produit 6 GWh, en doublant sa production du 1er au 2ème semestre grâce à une disponibilité temporelle dépassant les 94,6%. Ces expérimentations indiquent que Floatgen est opérationnelle toute l’année, dans toutes les conditions. L’éolienne a produit de l’énergie jusqu’à 5,5 mètres de hauteur de vagues et 24,2 m/s de vitesse de vent. L’installation comporte un flotteur en béton innovant, développé par Ideol, qui a permis de faire face à des vagues allant jusqu’à 6,5 mètres. La start-up, qui a fait vérifier ces performances par un cabinet indépendant, se dit prête à déployer sa technologie à grande échelle.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

21 fév. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 21 fév.

A la une : Fécamp : un campus grandeur réelle pour l’éolien

14 fév. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 14 fév.

A la une : Les stations de ski accélèrent leur transition énergétique

07 fév. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 07 fév.

A la une : Carpentras signe le premier CTE du Vaucluse

Voir toutes les revues de presse