Innovations et projets durables

Revue de presse

23 oct. 2020

Partager :

innovations et projets durables

23 oct. 2020 enviscope.com , 15/10/20

L’État et la région AURA s’engagent pour mieux informer les citoyens sur la rénovation énergétique

La région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) et l’État ont signé le 14 octobre 2020 une convention visant à la mise en œuvre du programme « Service d’accompagnement à la rénovation énergétique » (Sare) sur le territoire. Le Sare, créé par l’État en septembre 2019, a pour objectif de mettre en place des services d’information et de conseil sur la rénovation énergétique, en s’appuyant sur les collectivités locales et les acteurs professionnels. Grâce à ce programme, doté au niveau national de 200 millions d’euros sur la période 2019-2024, les collectivités peuvent disposer d’un cofinancement allant jusqu’à 50% sur les moyens mis en œuvre pour accompagner et informer le public. À l’échelle régionale, le Sare mobilisera près de 52 millions d’euros sur trois ans (2020-2023), dont 20 millions d’euros cofinancés par les Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) dans le cadre de la convention avec l’État et 31 millions d’euros portés par les collectivités, en premier lieu le conseil régional. L’ambition est d’informer 330 000 ménages entre 2020 et 2023, de conseiller plus de 3 500 entreprises, et de soutenir près de 20 000 ménages dans leurs travaux de rénovation énergétique. « Le manque d’information sur les aides existantes et de conseil technique représente bien souvent un frein aux initiatives individuelles et professionnelles en matière de rénovation énergétique. En mobilisant pas moins de 52 millions d’euros en Auvergne Rhône-Alpes pour accompagner plus efficacement les ménages et les entreprises dans le diagnostic et la mise en œuvre au travers d’un guichet unique, la région, l’État et l’ensemble des collectivités locales associées se donnent les moyens de leurs ambitions en faveur d’une véritable transition écologique du quotidien » souligne Éric Fournier, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, vice-président délégué à l’environnement, développement durable, énergie et parcs naturels régionaux.

23 oct. 2020 actu.fr , 16/10/20

Mobilité électrique à Paris La Défense : des dispositifs innovants pour recharger les trottinettes

Après plusieurs mois de recherche avec Efficacity, l’institut de recherche et développement pour la transition énergétique de la ville, le quartier de Paris La Défense a déployé quatre installations de production d’énergies renouvelables dans le cadre d’une expérimentation : l’Oasis Café, les arbres Sol’air, la WindBox et le Wattway Pack. Ces installations, sélectionnées à la suite d’un appel à projets lancé en 2019, ont pour objectif de produire de l’électricité à disposition des usagers, notamment pour recharger les trottinettes électriques. L’îlot d’arbres « Sol’air » est une structure métallique composée de 16 feuilles photovoltaïques et d’une batterie zinc-air innovante, plus respectueuse de l’environnement et moins onéreuse qu’une batterie lithium-ion. Développés par Novall et Zinium, filiale du groupe EDF, ces arbres solaires peuvent alimenter l’éclairage ou encore recharger des trottinettes. Dispositifs mobiles et dotés de batteries de nouvelle génération, les Oasis Cafés peuvent être déplacés au sein du quartier. Véritables centrales énergétiques grâce à leur capacité de stockage d’énergie, ils fournissent pour l’heure de l’électricité aux coffee-trucks mais pourraient par la suite alimenter les food-trucks ou les systèmes de signalisation. La WindBox est une turbine capable de capter les souffles de vent urbains et d’en créer de l’énergie. Deux WindBox, dotées de batteries de seconde vie reconditionnées, ont été installées sur le Point Info de Paris La Défense et devraient permettre de recharger 900 trottinettes électriques par an. Enfin, des dalles photovoltaïques de technologie « Wattway Pack » ont été installées sur le parvis de La Défense. La technologie développée par le groupe Colas et l’Institut national de l’énergie solaire (INES) couvre d’un matériau robuste les cellules photovoltaïques afin de pouvoir les installer à même le sol. Raccordées à des batteries, elles permettront également de recharger les dispositifs de mobilité douce.

23 oct. 2020 ouest-france.fr , 09/10/20

Le site d’essais hydrolien de Paimpol-Bréhat veut devenir une référence européenne

Lancé en 2009, le site d’essais hydrolien de Paimpol-Bréhat, dans les Côtes d’Armor, soutenu par la région Bretagne, l’Europe et l’Agence de la transition écologique (ADEME), commence à prendre de l’ampleur. De 2010 à 2017, la première hydrolienne d’Openhydro y a été fabriquée. Le concessionnaire du site, EDF, a réalisé les travaux d’aménagement, le câble sous-marin et le poste d’injection sur le réseau. En octobre 2019, l’Union européenne a approuvé sa reconversion en site d’essais pérenne, ce qui « va permettre de continuer à accueillir de nouveaux projets pour tester des technologies innovantes. C’est la possibilité de revaloriser les compétences bretonnes à l’international », explique Fanny Chappé, maire de Paimpol et conseillère régionale. La Bretagne ayant déployé une feuille de route « énergies marines », filière qui « offre des solutions réplicables et exportables dans le monde entier », selon la région, le site de Paimpol-Bréhat s’inscrit comme une belle vitrine de l’hydrolien. Un panneau explicatif a été installé le 8 octobre 2020 devant le poste EDF à Launay, entérinant ainsi la pérennité de ce site d’essais, aujourd’hui au premier plan au niveau européen. L’Hydrolienne HQ-Ocean est immergée sur le site depuis un an, tandis que l’hydrolienne CMN et d’Hydroquest est testée depuis 18 mois et le sera jusqu’à l’été 2021. Le site devrait accueillir en 2022 le Suédois Minestro pour un projet de promotion du site auprès des turbiniers à l’international.

23 oct. 2020 madeinmarseille.net , 19/09/20

Les Alpes du Sud veulent devenir la première « smart région » d’Europe

Les Alpes du Sud, qui regroupent des parcs naturels, des réserves naturelles et près de 65 stations de ski, attirent chaque année plus de trente millions de touristes. Afin d’être valorisées à l’international, les stations se sont regroupées depuis 2018 autour de la marque « Pure Alpes » et partagent comme objectif de se développer en tant que « smart stations » pour devenir la première « smart région » d’Europe. Ce qui se traduit par des équipements modernes, le développement de nouvelles activités et des priorités communes. La transition énergétique est au cœur de leur réflexion, avec le déploiement de nouveaux systèmes d’exploitation éco-responsables. La plus grande station des Alpes du Sud, Serre Chevalier, qui a pour ambition d’être à 50% autosuffisante en électricité en 2025 et de réduire son empreinte carbone de moitié d’ici à 2030, a déjà entamé sa transition. Le domaine a installé 653 m² de panneaux photovoltaïques sur treize sites, dont des remontées mécaniques afin d’alimenter directement les systèmes. Des éoliennes d’altitude ont également été aménagées ainsi que des installations hydroélectriques servant aux réseaux de neige de culture. L’exemple de la station en a encouragé d’autres, notamment à travers des projets d’autoconsommation ou de rénovation énergétique des bâtiments. Les activités des stations sont également modernisées pour devenir éco-responsables : la trottinette électrique se développe pour les randonnées à sensation, tandis que les motoneiges utilisées pour les balades passent au bio-éthanol. Les collectivités travaillent par ailleurs au lancement d’un appel à projets lié aux transports et mobilités afin de réduire l’empreinte environnementale de la route des vacances.

23 oct. 2020 enviscope.com , 15/10/20

Évian s’associe à Dalkia pour réduire sa consommation d’énergie

Dalkia, filiale du groupe EDF, a signé un contrat de performance énergétique (CPE) avec la ville d’Évian, pour optimiser les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation de ses 49 bâtiments communaux. Avec ce contrat, Évian espère réduire en neuf ans sa consommation d’énergie finale de 30% et ses émissions de CO2 de 40%. Le CPE porte sur la réalisation de 102 travaux de performance énergétique, la gestion énergétique, la gestion des installations thermiques, l’entretien et la maintenance courante, ou encore le renouvellement des équipements. Dalkia compte remplacer d’ici 2023 les installations au fioul par des mini réseaux bois. Des sondes connectées seront installées dans les 49 bâtiments communaux afin de mesurer le confort intérieur. Les sites seront reliés au centre de pilotage de Dalkia, le Desc (Dalkia Energy Savings Center), qui permettra d’optimiser les installations grâce à des relevés quotidiens dans les bâtiments. La ville va investir 4,2 millions d’euros dans le cadre de son plan pluriannuel d’investissements. « Ce contrat de performance s’inscrit dans une ambition plus large autour de l’environnement et la transition énergétique, puisqu’il répond aux objectifs du développement durable de l’ONU durant ce mandat. Il contribuera à améliorer la performance énergétique de la commune et participera à la réduction des gaz à effets de serre », souligne Josiane Lei, maire d’Évian.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

26 fév. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 26 fév.

A la une : Un béton de bois à bilan carbone négatif

19 fév. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 19 fév.

A la une : L’Occitanie veut installer 100 bornes de recharge vehicle-to-grid (V2G)

05 fév. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 05 fév.

A la une : Bretagne : un label récompense le réseau d’énergie de Vitré

Voir toutes les revues de presse