Innovations et projets durables

Revue de presse

23 avr. 2021

Partager :

innovations et projets durables

23 avr. 2021 usinenouvelle.com , 15/04/21

Hydrogène : Hynamics va construire une station bas carbone à Nice

La filiale du groupe EDF dédiée à la production d’hydrogène bas carbone, Hynamics, va investir 45 millions d’euros pour la construction d’une unité de production d’hydrogène à Nice. Nommée Monanhyssa, cette unité produira de l’hydrogène décarboné par électrolyse avec une station de distribution dans le parc d’activités logistiques de Nice, et sera dotée d’une puissance de 2 MW. L’usine sera alimentée par un mix énergétique décarboné, dont de l’électricité renouvelable d’origine photovoltaïque, et permettra de réduire les émissions de CO2 de 91 000 tonnes sur 20 ans. L’hydrogène produit sera utilisé par les bus du réseau de la métropole Nice Côte d’Azur, ceux du réseau régional Zou, ainsi que par les bennes à ordures de la métropole et les poids-lourds de Monaco logistiques. Il pourra également alimenter l’industrie locale et d’autres moyens de transport, tels que les navettes maritimes côtières entre Nice et Monaco. Dans un second temps, un centre de maintenance et un centre de formation seront installés sur le site. Le projet s’inscrit à la fois dans le Plan climat « Une Cop d’avance » de la région Sud, dans le Plan climat air énergie de la métropole Nice Côte d’Azur et dans le Plan énergie climat de la Principauté de Monaco. Retenue par l’appel à projets européen « CEF-Transport-Blending Facility », Monanhyssa sera livrée en 2024 et bénéficiera d’un financement de l’Union européenne à hauteur de 20%.

23 avr. 2021 lemoniteur.fr , 15/04/21

Nice-Côte d’Azur : la métropole signe un CRTE avec l’État

Dans le cadre du plan de relance « France Relance », la métropole Nice-Côte d’Azur bénéficiera d’une aide de l’État pour la réalisation d’une quarantaine de projets. Le Premier ministre, Jean Castex, et le président de la métropole, Christian Estrosi, ont signé le 15 avril 2021 le protocole d’intention du contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Cet accord engage l’État à cofinancer à hauteur de 50% ces projets, qui devraient démarrer en 2021 et 2022. La métropole a prévu d’investir 2,5 milliards d’euros sur la durée du mandat. La quarantaine de projets aura également un impact social et économique sur le territoire, puisque selon le président de la métropole, le programme devrait générer « la création de 25 000 emplois et 12,5 milliards d’euros d’investissements publics ». Les projets prévus par la métropole dans le cadre du CRTE s’orientent autour de trois axes : la transition écologique ; la cohésion sociale et territoriale, la sécurité et la résilience ; et l’attractivité économique, rayonnement culturel et touristique. Le volet transition écologique sera au cœur du CRTE avec un budget de 1,4 milliard d’euros sur les 2,5 milliards prévus. Il est composé d’un axe transport, d’un axe performance énergétique des bâtiments et d’un axe déchets et assainissement. Parmi les projets annoncés pour le volet transition écologique, le CRTE prévoit notamment la rénovation énergétique de 4 000 logements ainsi que des bâtiments de l’Université Côte d’Azur, la restauration de l’Opéra de Nice, le déploiement de 300 nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques, ou encore la décarbonation de la flotte de bus.

23 avr. 2021 objectifgard.com , 16/04/21

Nîmes Métropole : un appel à projets pour lutter contre le changement climatique

Depuis près de dix ans, l’agglomération Nîmes Métropole organise un appel à projets avec dotation financière pour des projets en lien avec le développement durable et la transition énergétique. En 2020, le programme – anciennement nommé #DéDé – a permis de financer 80 000 euros de projets. En 2021, l’appel à projets renommé « Plan Climat » se spécialise et proposera une dotation de 100 000 euros. Son objectif est de financer des projets d’associations, d’entreprises, de communes ou d’institutions qui contribuent à l’atténuation ou à l’adaptation au changement climatique du territoire de Nîmes Métropole. « L’appel à projets Plan climat est une motivation chaque année pour que les gens portent une réflexion en conscience sur le sujet ô combien important et obligatoire aujourd’hui du climat. C’est un sujet très important quand on sait que notre objectif est la neutralité carbone ainsi que de bâtir […] une véritable écométropole », précise Bernard Angelras, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’environnement. Les projets sélectionnés bénéficieront d’une convention de partenariat et recevront une subvention versée en une seule fois au début du projet. « Cette opération vise à soutenir et à aider des actions concrètes, exemplaires et innovantes pour lutter contre le dérèglement climatique et améliorer le cadre de vie quotidien », explique Pierre Lucchini, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux énergies renouvelables. Les candidats doivent envoyer leur dossier avant le 5 juin 2021, pour une remise des prix à la fin de l’année.

23 avr. 2021 france3-regions.francetvinfo.fr, 13/04/21

Issoire : les fours d’une usine vont chauffer les bâtiments de la ville

À Issoire, dans le Puy-de-Dôme, les fours de l’usine d’aluminium Constellium vont chauffer une quarantaine de bâtiments de la ville. Ce projet est inspiré de réalisations similaires dans d’autres villes françaises : « on s’est rendu compte que là où il y avait des fours qui produisaient des chaleurs importantes, il y avait une possibilité d’utiliser la chaleur résiduelle. On a été voir nos usines d’Issoire pour savoir s’il y avait un projet commun possible. Constellium a accepté qu’on utilise la chaleur résiduelle des fours », détaille Bertrand Barraud, maire de la ville. Ce projet est mené avec Dalkia, filiale du groupe EDF, qui exploitera la chaleur et installera son unité de production à côté de l’usine. Le site Constellium « a investi dans des équipements qui permettent de capter la chaleur sur les fours et de transférer la chaleur qui est dans l’air à l’eau, via un échangeur, et cette eau sera envoyée sur le réseau de la ville », explique Stéphane Corre, directeur de l’usine. Ce système « permettra d’alimenter à plus de 100°C, pour le chauffage et la production d’eau chaude, une quarantaine de bâtiments. Ce sont essentiellement des bâtiments publics : gymnase, mairie, bâtiments culturels, mais aussi des bâtiments comme l’hôpital, le 28ème régiment de transmission, des parcs de logements sociaux qui vont être alimentés par ce biais », souligne le maire d’Issoire. Trois des cinq fours de l’usine seront connectés au dispositif, mais ils pourraient tous être reliés au réseau d’ici quelques années. L’élu se félicite du projet : « plutôt que cette chaleur soit perdue, elle va servir à chauffer les Issoiriennes et les Issoiriens. C’est très positif sur le plan environnemental mais il y a aussi un intérêt économique ». Pour Constellium, ce projet est une fierté : « on voulait trouver une solution où tout le monde soit gagnant d’un point de vue environnemental. L’enjeu n’est pas financier. On montre que l’industrie peut amener des solutions qui sont bonnes pour l’environnement. On est fiers de pouvoir participer à ce projet novateur et qui est quand même très peu répandu », s’enthousiasme Stéphane Corre. La récupération sera couplée avec une production de chaleur à partir du bois, afin de compléter l’offre en chaleur, notamment l’hiver où le besoin est plus important. L’investissement est de 11 millions d’euros pour l’entreprise, dont 5 millions subventionnés par l’Ademe (Agence de transition écologique) et 1,25 million par le Certificat d’économie d’énergie (CEE). Le dispositif devrait être fonctionnel fin 2022.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

11 Juin. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 11 Juin.

A la une : L’Occitanie est la deuxième région française productrice d’énergie photovoltaïque

04 Juin. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 04 Juin.

A la une : Loiret : Dalkia Wastenergy investit dans un nouvel incinérateur

28 Mai. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 28 Mai.

A la une : Dijon lance la construction de sa première station d’hydrogène vert

Voir toutes les revues de presse