Innovations et projets durables

Revue de presse

18 Juin. 2021

Partager :

innovations et projets durables

18 Juin. 2021 lagazettedescommunes.com , 07/06/21

Le challenge CUBE.S pour réduire la consommation d’énergie dans les collèges et lycées

Lancé en 2019 par l’Institut français de la performance énergétique du bâtiment (Ifpeb) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), le challenge CUBE.S est un concours destiné aux collèges et lycées publics et privés. Il a pour but d’associer les élèves et les enseignants dans la réduction de la consommation d’énergie. Depuis sa création, le challenge a été suivi par 524 établissements scolaires de métropole et d’outre-mer, dont 275 pour l’édition 2020-2021. Il s’agit d’une initiative dérivée du concours CUBE (Concours Usages et Bâtiment Efficace), lancé en 2014 par l’Ifpeb et destiné aux entreprises, aux villes, aux campus universitaires ou encore aux ministères. En 2020, les candidats du concours CUBE avaient fait baisser leur consommation d’énergie de 17,4% en moyenne en réduisant leur consommation de chauffage, d’eau chaude et d’électricité. Le challenge CUBE.S « est financé, à hauteur de 12 M €, par le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). Le Cerema et l’Ifpeb proposent aux collectivités et établissements scolaires de bénéficier d’un suivi des consommations énergétiques pendant 5 ans. Lors de la première année, ils ont droit à une animation inter-établissements, des formations et un appui opérationnel : aide à l’organisation d’un événement de sensibilisation, réalisation d’un diagnostic participatif, appui aux enseignants sur l’élaboration d’un programme éducatif… », explique Christelle Bonnet, directrice du projet CUBE.S au Cerema. L’objectif est d’impliquer les usagers des bâtiments – les élèves et les enseignants – dans la réduction de la consommation d’énergie de leur établissement, à travers l’optimisation des appareils et des écogestes. Pour calculer les performances énergétiques et départager les candidats, les organisateurs collectent les factures de consommations et analysent les gains d’une année à l’autre. Un kit contenant divers outils de mesure est remis à chaque établissement, tandis que les élèves et les enseignants établissent des plans d’actions et évaluent tous les gains potentiels de chaque poste. Sur l’année 2019-2020, « la baisse de consommation énergétique a atteint 12% en moyenne », détaille Christelle Bonnet, et une quinzaine d’établissements ont été récompensés. Le programme pourrait être étendu à l’avenir aux écoles maternelles et primaires.

18 Juin. 2021 lamontagne.fr , 09/06/21

Montluçon : l’eau d’un HLM chauffée par des ordinateurs

Dalkia, la filiale du groupe EDF, en association avec la start-up spécialisée dans l’édition de logiciels, Tresorio, expérimente jusqu’en 2023 l’installation d’une chaudière numérique pour chauffer une partie de l’eau sanitaire de la résidence Mage, un bâtiment de l’office HLM de Montluçon. Tresorio produit de la chaleur grâce à l’utilisation de ses services informatiques : la chaleur dégagée par le micro data center est récupérée par Dalkia afin de chauffer l’eau chaude sanitaire de 48 logements. « La technologie développée par Dalkia et Tresorio permet de récupérer et de stocker la chaleur de cette eau et de fournir une énergie compétitive et vertueuse aux résidents de cet immeuble de Montluçon Habitat », explique Dalkia. Appelée « DigHeat », la chaudière numérique écoresponsable peut produire 10 KW par jour. D’une capacité de stockage de 1 500 litres, elle peut emmagasiner 87 KW d’eau chaude à 63°C, soit l’équivalant quotidien de 139 douches à 37°C pendant cinq minutes. « Cette innovation apporte également une réponse aux défis du numérique en proposant une infrastructure moins énergivore que les data centers et en limitant l’empreinte carbone des installations de traitement de données, de plus en plus nombreuses à l’ère du big data », ajoute la filiale du groupe EDF. En 2018, Dalkia et Tresorio avaient déjà testé l’installation de micro data centers. Le premier a été installé dans le Centre Hospitalier Régional (CHR) de Metz-Thionville, pour chauffer une partie de l’eau sanitaire. Le second data center se trouve dans l’usine pneumatique Continental de Sarreguemines, pour la fabrication de pneus grâce à la chaleur recyclée.

18 Juin. 2021 revolution-energetique.com , 11/06/21

Charente-Maritime : EDF revalorise une ancienne carrière en centrale solaire

La centrale solaire du Fouilloux en Charente-Maritime a donné une seconde vie à l’ancienne carrière Saint-Georges, exploitée pour son kaolin jusqu’en 2014. Le terrain de la carrière est devenu la propriété de la collectivité, qui a accordé le marché pour la centrale solaire à EDF Renouvelables. La réalisation d’études techniques, environnementales et paysagères pour la transformation de la carrière a démarré dès 2010. Les travaux d’aménagement ont ensuite débuté en août 2017, suivi du raccordement au réseau à la fin de cette même année. La mise en service de la centrale d’EDF Renouvelables a eu lieu en février 2018, suivie quelques mois plus tard de son inauguration officielle. La centrale répond aux besoins en électricité de 6 000 habitants : « notre centrale solaire dispose d’une capacité installée de 11,925 MWc. Les 99 375 panneaux photovoltaïques se répartissent sur 1 325 structures comptant chacune 75 modules. Une surface de 71 550 m2 de capteurs est présente sur une emprise foncière de 18 hectares. Ils bénéficient d’un ensoleillement annuel important de 1 323 kWh/m2. La production annuelle d’énergie est de 14 064 MWh », se félicite le maire de la commune du Fouilloux, Pascal Boor. Cette reconversion de l’ancienne carrière répond également aux objectifs écologiques du territoire : « la communauté des communes de la Haute Saintonge, à laquelle est rattaché Le Fouilloux, est labellisée « Territoire à Énergie Positive » (TEPos). Le président de la collectivité a la volonté de développer les énergies renouvelables sur le territoire pour parvenir à l’autosuffisance à horizon 2030. » Parmi les projets, « la communauté des communes de la Haute Saintonge poursuit un projet d’extension de la centrale solaire […], représentant 14 ou 15 hectares. Une demande de permis a déjà été déposée », conclut Pascal Boor.

18 Juin. 2021 lanouvellerepublique.fr , 14/06/21

Chinon : 1,1 million d’euros pour rénover les logements privés

Depuis début 2021, les agents de la fédération Solidaires pour l’Habitation (Soliha) arpentent la ville de Chinon pour faire connaître aux habitants l’opération publique d’aménagement de l’habitat et de renouvellement urbain (OPAH-RU). Démarré en janvier 2021 et pour une période de cinq ans, le programme de la Communauté de communes Chinon Vienne et Loire dispose d’une enveloppe de 2,3 millions d’euros de l’intercommunalité, dont 1,1 million de subventions à destination des propriétaires privés. « Il s’agit d’aides pour de la réhabilitation énergétique, pour les façades, pour le maintien à domicile », détaille la directrice de Soliha, Amélie Desgourdes. Un foyer composé de deux personnes peut obtenir jusqu’à 28 000 euros de subventions, et jusqu’à 39 000 euros pour une famille avec deux enfants. Pour les habitants du centre-ville de Chinon, des aides supplémentaires sont accordées via le programme national « Action cœur de ville ». Chaque année, un îlot sera plus particulièrement scruté. Pour obtenir les subventions, il est nécessaire de faire la demande avant d’entamer les travaux. « La communauté de communes a décidé de lancer un fonds de caisse d’avance pour avancer les fonds de la subvention. Cela permet de lancer des projets plus facilement », précise la directrice.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

30 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 30 juil.

A la une : Dalkia s’équipe pour passer au tout électrique d’ici 2030

23 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 23 juil.

A la une : Transition écologique : la CleanTech Vallée, un hub d’innovations dans le Gard

16 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 16 juil.

A la une : Montpellier : signature d’une convention pour la transition écologique

Voir toutes les revues de presse