Innovations et projets durables

Revue de presse

15 Mai. 2020

Partager :

innovations et projets durables

15 Mai. 2020 lagazettedescommunes.com , 06/05/20

La micro-méthanisation se développe en zones urbaines

Pour répondre à la gestion des déchets de manière plus optimale et durable, certaines villes envisagent leur valorisation sur place. « Aujourd’hui, le maître-mot est la massification des déchets. À l’inverse, la micro-méthanisation a pour objectif de tester la miniaturisation des dispositifs pour un traitement local », explique Alain Grenet, chargé d’ingénierie au lycée agricole de Lyon-Écully. Ce type de dispositif peut permettre de transformer les biodéchets en énergie et en engrais. A Écully, un démonstrateur de micro-méthaniseur a été mis en service en 2019 avec pour ambition de traiter 50 tonnes de déchets alimentaires par an. « Nous avons testé chacune des briques technologiques. Actuellement, il fonctionne et produit du biogaz, brûlé en cogénération pour produire de la chaleur et de l’électricité. Mais le bilan énergétique est très peu excédentaire, car presque toute l’énergie produite est utilisée pour chauffer le digesteur et l’hygiéniseur », précise Alain Grenet. Toutefois, ce système local évite des transports, et un pilote de valorisation en engrais pour l’agriculture urbaine a été installé sur le site. À travers la France, des projets de micro-méthanisation se développent. En Île-de-France notamment, où plusieurs dispositifs se mettent en place : en 2018, le Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers de la région, a lancé un appel à projets visant à valoriser les biodéchets localement et maîtriser en interne l’ensemble de la chaîne. Le projet Vitry Bee’Z a vu le jour dans ce cadre : il a pour objectif de traiter sur place, via un micro-méthaniseur, les biodéchets de 40 écoles et es marchés alimentaires. Dans les Yvelines, le projet Modul’O Yvelines, devrait voir le jour prochainement. Celui-ci consiste en la valorisation des déchets alimentaires des 116 collèges du département, soit 1 000 tonnes par an, auxquels pourront s’ajouter ceux des restaurants, des petits commerces ou encore de la grande distribution, pour atteindre 4 000 tonnes par an. Le projet sera porté par Tyron Environnement, qui en 2017 a mené une expérimentation de micro-méthanisation sur environ 30 tonnes de déchets. Pour favoriser le développement de la micro-méthanisation, plusieurs freins doivent être surmontés : « la micro-méthanisation semble exemplaire sur le plan de l’économie circulaire, car elle permet le retour au sol de la matière organique et la production d’énergie consommée sur place. Mais elle présente aussi plusieurs verrous. Le premier est économique, car le dispositif demande un investissement important pour un rendement énergétique très faible. Sans parler des problèmes de sécurité liés au stockage de gaz », détaille Julien Thual, ingénieur déchets à l’ADEME (Agence de la transition écologique).

15 Mai. 2020 lobservateur.fr , 08/05/20

À Maubeuge, la construction du nouveau réseau de chaleur reprend

Cessé le 17 mars 2020 à la suite de la proclamation de l’état d’urgence sanitaire, le chantier de construction du réseau de chaleur de Maubeuge a repris début avril. Ce nouveau réseau de chaleur, qui viendra alimenter le futur hôpital, ainsi qu’un lycée et deux résidences, est porté par Dalkia, filiale du groupe EDF. Afin de répondre aux nouvelles règles de sécurité sanitaire réglementaires, les entreprises de construction ont adapté le matériel et le travail pour éviter tout risque. « Nous avons missionné un coordonnateur de sécurité sur les sites, pour adapter le fonctionnement. Notre objectif est de continuer à avancer sur ce beau projet, tout en assurant la sécurité de tous », explique Michel Talbot, directeur de la communication chez Dalkia. Si les travaux continuent ainsi, le réseau de chaleur devrait être livré à la fin de l’année : « ces derniers jours, nous avons pu couler les fondations de la future chaufferie. Le réseau est installé de l’incinérateur jusqu’à la future chaufferie et vers l’extérieur jusqu’au futur hôpital et au lycée. Ensuite, nous continuerons le réseau jusqu’au centre de Maubeuge », précise Michel Talbot.

15 Mai. 2020 leparisien.fr , 04/05/2020

Un appareil portatif grand public pour mesurer les particules fines

Selon une étude réalisée en 2016, les particules fines seraient responsables de 48 000 décès par an en France, soit la deuxième cause de mortalité évitable du pays. La jeune entreprise normande Airmatrix a développé un appareil portatif et participatif permettant de mesurer les particules dans l’air. « Pour nous, il fallait que tout un chacun puisse se rendre compte de la qualité de l'air rapidement que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur. Les particules fines, tout le monde en entend parler, mais personne ne les voit. Elles sont principalement causées par les transports, des industries et le chauffage. Les gens ne s'aperçoivent pas que même chez eux, s'ils n'aèrent pas, c'est pollué. Ils peuvent donc agir » explique Alexandre Cottebrune, cofondateur d’Airmatrix. Avec ce mesureur grand public vendu 59,90 €, l’entreprise vise notamment les personnes fragiles ou ayant des problèmes respiratoires, les femmes enceintes, les sportifs, ou encore ceux sensibles à la protection de l’environnement. La sonde équipée d’un micro-capteur n’a besoin que de 10 secondes pour effectuer une mesure. « L'OMS préconise un taux de 25 micromètres. Si c'est en dessous, l'écran reste vert sinon il vire de l'orange jusqu'au rouge. C'est très intuitif. Ensuite, on peut garder cette info pour soi ou la partager sur une carte », détaille Alexandre Cottebrune. L’entreprise, qui a déjà vendu plus de 200 exemplaires, travaille sur une seconde version permettant de mesurer plus de polluants.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

20 nov. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 20 nov.

A la une : 14 bailleurs sociaux collaborent pour rénover 2 000 logements HLM des Pays de la Loire

13 nov. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 13 nov.

A la une : L’usine d’incinération du marché de Rungis va chauffer les logements de la ville

30 oct. 2020
Innovations et projets durables

Revue de presse du 30 oct.

A la une : Objectif fixé par Île-de-France Mobilités de 100% de bus propres d’ici 10 ans

Voir toutes les revues de presse