Innovations et projets durables

Revue de presse

12 nov. 2021

Partager :

innovations et projets durables

12 nov. 2021 lemondedelenergie.com , 05/11/21

Le groupe EDF et Eiffage remportent le marché de l’éclairage public de Paris pour 10 ans

Le 4 novembre 2021, Citelum, filiale du groupe EDF spécialisée dans les équipements d’éclairage, et Eiffage, société de construction, ont remporté via leur groupement Cielis, le marché d’éclairage public de la ville de Paris pour une durée de dix ans. Ce contrat, d’un montant de 704 millions d’euros, « permettra de remplacer de nombreux mâts d’éclairages et feux tricolores vétustes ou détériorés, de baisser significativement la consommation énergétique de l’éclairage public [...] et d’offrir une protection accrue de la biodiversité », a déclaré la ville dans un communiqué. Le marché comprend le remplacement de 12 000 candélabres et consoles, la rénovation ou le changement de 60 000 signaux lumineux, l’installation de 70 000 lumières LED à la place des sources de lumière actuelles, et l’intégration « d’un système de signalisation lumineuse innovant » sur les feux tricolores. Ces travaux devraient permettre d’économiser 30% d’énergie par an, « soit 240 GWh d’économie cumulée sur les dix années du marché », ce qui correspond à « trois années de consommation électrique ». Dans le même temps, 500 km de câbles seront changés et 50 postes d’alimentation seront remis à neuf afin de moderniser le réseau. Pour respecter la biodiversité parisienne, une « variation de température de couleur » sera installée dans les espaces naturels, tandis que les lumières des parcs et espaces verts seront éteintes après leur fermeture, afin de réduire les nuisances. Le nouvel opérateur commence à opérer dès novembre.

12 nov. 2021 lesechos.fr , 04/11/21

Toulouse Métropole déploie son Plan Climat

Dans son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) 2018-2023, adopté en juin 2019, Toulouse Métropole s’est engagée à réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 2008, et de 20% sa consommation d’énergie par rapport à 2016. Pour remplir ses objectifs, elle a mis en place un plan d’actions ambitieux pour ses 37 communes et 783 350 habitants. Le territoire prévoit notamment de rénover 7 500 logements privés par an d’ici 2026, contre 3 000 auparavant, en proposant des aides aux habitants. Les logements sociaux et les bâtiments communaux feront également l’objet d’un programme de rénovation thermique. Pour réduire la pollution liée aux transports et anticiper les 500 000 déplacements quotidiens supplémentaires d’ici 2025, dus à la hausse de la population, Toulouse va s’équiper en 2029 d’une troisième ligne de métro de 27 km. Le PCAET se base sur une utilisation réduite des véhicules thermiques : la voiture devra représenter 44% des déplacements, contre 53%, laissant la place à d’autres modes de transport, tels que le vélo ou les transports en commun. Ces évolutions devraient permettre de réduire de 22% les émissions de gaz à effet de serre liées aux déplacements entre 2008 et 2030. La métropole va également créer une Zone à Faibles Émissions (ZFE) afin d’interdire aux véhicules les plus polluants l’accès à l'intérieur du périphérique et de la rocade Arc-en-ciel. Enfin, la collectivité a pour ambition de doubler la production d’énergies renouvelables sur son territoire, afin que les EnR locales fournissent 10% de la consommation d’électricité en 2030. Le territoire est déjà équipé depuis 2019 d’un deuxième réseau de chaleur, alimenté par un incinérateur d'ordures ménagères. Construite et gérée par Dalkia, filiale du groupe EDF, l’installation permet d’éviter 19 000 tonnes d’émissions de CO2 par an et dessert l'équivalent de 15 000 logements, dont l'hôpital de Rangueil.

12 nov. 2021 lesechos.fr , 05/11/21

Le Grau-du-Roi : le groupe EDF innove avec une navette hydrogène

La ville gardoise du Grau-du-Roi et Hynamics, filiale du groupe EDF dédiée à l’hydrogène, s’engagent en faveur de la transition écologique en expérimentant une navette hydrogène à usage mixte pour le transport écologique de pêcheurs et de touristes. Inscrite dans le projet Hydromed Camargue, un écosystème de mobilité hydrogène terrestre et maritime en Camargue, la navette sera mise en service entre 2024 et 2025 pour un coût estimé à 3 millions d’euros. Elle servira l’été pour embarquer les touristes depuis le parking de délestage, aménagé en entrée de ville, jusqu’au centre-ville en empruntant la voie fluviale. « Une fois la saison touristique passée, l'équipement sera porté par la coopérative de pêche du Grau-du-Roi », explique Pierre Jaumain, directeur de cabinet du maire du Grau-du-Roi. « Cette utilisation hybride est elle aussi innovante. L'idée, c'est de propager l'innovation à l'économie existante, pour que les embarcations de pêche de petite taille soient elles aussi décarbonées, à plus long terme. Ce projet est l'occasion d'entamer une réflexion sur le monde maritime de demain, qui fonctionne beaucoup avec du fioul », ajoute Pierre Jaumain. Le projet Hydromed Camargue, porté par Le Grau-du-Roi et Hynamics, a été sélectionné par l’appel à projets sur la mobilité hydrogène de l’Agence de la transition écologique (Ademe) à l’automne 2019. Les usages de Port-Camargue et de la mairie du Grau-du-Roi sont évalués à une production maximale de 322 kg d'hydrogène par jour. Pour répondre à ce besoin, un électrolyseur sera mis en place pour délivrer 400 kg d’hydrogène par jour.

12 nov. 2021 vietnamplus.vn , 05/11/21

EDF et VinFast vont développer le réseau français de bornes de recharge électriques

Le 4 novembre 2021, EDF et VinFast, constructeur automobile vietnamien, ont signé un protocole d’accord pour l’installation d’un réseau de bornes de recharge publiques pour véhicules électriques en France. Cette coopération a pour objectif d’anticiper la transition mondiale des véhicules thermiques vers des systèmes plus écologiques et de participer au déploiement à long terme de véhicules à zéro émission en France et en Europe. Des offres de recharge spéciales seront conçues pour les propriétaires français de véhicules électriques de la marque vietnamienne. « Notre objectif est de fournir des véhicules électriques haut de gamme satisfaisant aux normes de qualité, de durabilité et de sécurité optimales, avec un plan d'étude sérieux de marché et d'investissement. Grâce à l'accord de coopération avec EDF, nous pouvons fournir des services optimaux pour satisfaire les clients les plus exigeants. Cette coopération souligne également le positionnement commercial de VinFast et la reconnaissance d'EDF pour nous », a souligné la directrice générale de VinFast Europe, Tran Thi Hong Bich. Ce partenariat avec EDF, acteur énergétique de référence en France et en Europe, permet à VinFast de se présenter comme une marque mondiale de renom dans la mobilité électrique.

12 nov. 2021 lesechos.fr , 05/11/21

France Hydrogène : les mobilités à hydrogène n’en sont qu’à leurs prémices

Dans un entretien accordé aux Échos le 3 novembre 2021, Philippe Boucly, président de France Hydrogène, revient sur le déploiement des véhicules à hydrogène dans les villes françaises et leur rôle dans l'évolution des mobilités décarbonées d’ici 2030. Afin de décarboner l’industrie et les transports, « la mobilité […] à l'hydrogène renouvelable ou bas carbone figure parmi les trois priorités de la stratégie nationale pour le développement de l'hydrogène décarboné en France », assure le président. 7,2 milliards d’euros de soutien public sont consacrés au développement de la filière hydrogène vert sur dix ans, « notamment pour déployer une capacité 6,5 GW d'électrolyse à l'horizon 2030 et éviter ainsi l'émission de 6 millions de tonnes de CO2 par an ». Pour répondre à cet objectif, le scénario de l’État « Ambition 2030 » fixe un « niveau de production de 680 000 tonnes de consommation d'hydrogène renouvelable ou bas carbone par an, dont 23% pour le secteur de la mobilité ». Quelques villes françaises se sont lancées dans cette nouvelle forme de mobilité, en s’équipant de véhicules à hydrogène : « aujourd'hui, on compte 26 bus à hydrogène en circulation, dont huit à Pau (…), six près de Lens, quatre à Auxerre… Des projets pour un total de 450 bus sont dans les cartons dans une vingtaine de villes dont 65 bus sont en cours de déploiement. On devrait approcher les 1 000 bus à hydrogène vers la fin de la décennie », détaille Philippe Boucly. « Les bus à hydrogène conviennent aux lignes longues, surtout s'il y a des besoins en climatisation ou chauffage. Pour une autonomie de 500 km, un camion de 40 tonnes aura un pack hydrogène de 1,7 tonne et sa recharge prendra dix à quinze minutes. En version batterie, le même camion devra emporter un pack de 2,8 tonnes qu'il faudra recharger en 3h20 sur une borne de 350 kW. Il faut utiliser l'énergie hydrogène là où l'utilisation est très intensive », explique Philippe Boucly. Les mobilités hydrogène ont un bel avenir : le président de l’association prévoit le déploiement de 1 000 à 1 700 stations hydrogène à l’horizon 2030.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

28 jan. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 28 jan.

A la une : Contrat de Performance Energétique : la ville d’Yzeure fait confiance à Dalkia

21 jan. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 21 jan.

A la une : Appel à projets « solutions bas carbone » dans le cadre du partenariat UE-Catalyst

14 jan. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 14 jan.

A la une : Navigation sur la Seine : vers la fin du diesel en 2024

Voir toutes les revues de presse