Innovations et projets durables

Revue de presse

04 Juin. 2021

Partager :

innovations et projets durables

04 Juin. 2021 est-republicain.fr , 25/05/21

EDF Renouvelables va construire une centrale photovoltaïque à Aremis

EDF Renouvelables, filiale du groupe EDF, s’est récemment vue attribuer le développement, la construction et l’exploitation d’une centrale solaire photovoltaïque sur le site de l’ancien aérodrome de Lure-Malbouhans. À l’issue d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI), l’énergéticien a été retenu car son dossier comportait « la meilleure proposition financière, technique et juridique ». Yves Krattinger, président du département de la Haute-Saône, Isabelle Arnould, présidente de la communauté de communes du pays de Lure, et Raoul Juif, président du Syndicat mixte pour l’aménagement (Syma) de la zone d’activités économiques Aremis-Lure, ont fait part de leur intention de transformer le site en « une plateforme d’innovation pour les industriels et les chercheurs afin d’y réaliser des tests de systèmes de mobilité ». Pour ces acteurs, « la disponibilité de surfaces destinées à un accueil d’activités industrielles et de recherche à moyen et long termes favorise l’installation à court terme d’une centrale solaire photovoltaïque ». Les panneaux solaires du site devraient occuper 31,2 hectares au sol et disposer d’une puissance de production de 30 MWc (mégawatts-crête).

04 Juin. 2021 usinenouvelle.com , 27/05/21

Loiret : Dalkia Wastenergy investit dans un nouvel incinérateur

La filiale d’EDF, Dalkia Wastenergy, construit un nouvel incinérateur à Arrabloy pour le Syctom de Gien-Châteauneuf. La chaleur produite par l’incinération des ordures ménagères alimentera les tours de séchage de l’usine de papier toilette Essity, située à 4 kilomètres. Le chantier de l’incinérateur a débuté en avril 2021 et la mise en service est prévue pour janvier 2022. Le coût de réalisation du projet, de 25 millions d’euros, est pris en charge par Dalkia Wastenergy, qui se rémunèrera par la suite avec la vente de l’énergie produite. 15 millions d’euros seront utilisés pour remplacer le four à lit fluidisé du précédent incinérateur par le nouveau système breveté par Dalkia, un « four oscillant » qui brasse les déchets et les fumées. « Cette technologie robuste, qui limite les rejets polluants, est déjà installée dans une trentaine de villes en France et à l’étranger » explique le directeur général de Dalkia Wastenergy, Pierre de Montlivault. Les 10 millions d’euros restants seront consacrés à la construction d’un réseau de chaleur qui fournira 70% des besoins en chaleur de l’usine Essity. « Cette vapeur fournie à Essity grâce à l’incinération des ordures ménagères permettra à l’industriel d’éviter de rejeter plus de 12 000 tonnes de CO2 par an », précise Rémi Bichon, président du Syndicat mixte de traitement des ordures ménagères (Syctom).

04 Juin. 2021 latribune.fr , 28/05/21

Dunkerque, futur champion de la neutralité carbone ?

Le bassin de Dunkerque travaille d’arrache-pied pour réduire l’empreinte carbone locale, 50% supérieure à la moyenne nationale. Le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, se réjouit « que l’ensemble des acteurs aient compris les enjeux de la lutte contre le changement climatique ». « Nous avons enclenché de nombreuses démarches pour devenir un écosystème industrialo-portuaire du XXIe siècle, les industriels en sont conscients. Il n’y a pas de débat, la décarbonation, c’est le sens de l’histoire. Le pôle d’excellence EuraEnergie travaille justement sur cette question de façon collégiale pour décarboner l’énergie et améliorer la qualité de l’air », poursuit le maire. Dans le cadre du Grand Plan d’Investissement, le territoire dunkerquois a choisi 24 lauréats de l’action TIGA (Territoire d’innovation de grande ambition) qui bénéficieront d’une subvention prévue de 9,9 millions d’euros et un potentiel d’investissement prévu par l’Etat de 27,6 millions d’euros. Pour atteindre ces objectifs, Dunkerque a signé un partenariat avec l’association CO2 Value Europe. Il lui permet de capitaliser sur tous les processus industriels établis et innovants pour capter le CO2 directement dans l’air ou à partir de sources industrielles. Le CO2 est ensuite transformé en produits à valeur ajoutée comme les carburants synthétiques, les produits chimiques ou les matériaux de construction. La ville étudie en parallèle un projet d’enfouissement de CO2 en Norvège et une deuxième solution de stockage « onshore » (sous terre) dans les zones géologiques favorables en France. Plus largement dans la région, on a aussi recours à la valorisation des déchets et des énergies de récupération pour réduire les émissions de CO2. Accompagnées par Dalkia, la métropole lilloise est alimentée par l’incinération de ses déchets, et Dunkerque bénéficie de la chaleur industrielle fatale des fourneaux d’Arcelor Mittal. « Nous produisons les meilleurs résultats mondiaux en termes de kilos de CO2 produit par kilo d’acier : nous émettons trente fois moins de CO2 que l’acier chinois », explique Dominique Pair, directeur du site d’Arcelor Mittal Dunkerque.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

30 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 30 juil.

A la une : Dalkia s’équipe pour passer au tout électrique d’ici 2030

23 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 23 juil.

A la une : Transition écologique : la CleanTech Vallée, un hub d’innovations dans le Gard

16 juil. 2021
Innovations et projets durables

Revue de presse du 16 juil.

A la une : Montpellier : signature d’une convention pour la transition écologique

Voir toutes les revues de presse