Innovations et projets durables

Revue de presse

01 avr. 2022

Partager :

innovations et projets durables

01 avr. 2022 lesechos.fr , 24/03/22

EDF et Paris-Saclay s’engagent pour la transition énergétique

Paris-Saclay et EDF ont renouvelé le 24 mars 2022 leur contrat de concession qui porte sur deux missions de service public : la « distribution d’électricité et la fourniture d’énergie électrique aux tarifs règlementés de vente ». Dans ce contrat d’une durée de trente ans, l’agglomération et le Groupe devront répondre à une série d’actions pour la transition écologique dans le cadre du plan climat air énergie territorial (PCAET) de Paris-Saclay. L’accord porte également sur une planification des travaux d’amélioration du réseau. « Avec ce nouveau contrat de concession, nous nous engageons, dans le cadre du tarif réglementé de vente d’électricité, à accompagner les clients dans la maîtrise de leur consommation énergétique et dans la lutte contre la précarité énergétique », a indiqué Gaëlle Salaün, directrice EDF Commerce Île-de-France. Dans le détail, EDF mettra en place des chantiers permettant l’installation et le raccordement de panneaux photovoltaïques, et accélérera le développement de bornes de recharge électrique. Le Groupe fournira, par ailleurs, à ses clients des solutions numériques afin qu’ils puissent optimiser leur consommation énergétique. L’énergéticien estimera les consommations futures des projets d’aménagement dans les nouveaux quartiers afin d’éviter de suréquiper les bâtiments. Le partenariat englobe également un volet social : EDF accompagnera les clients précaires, aux côtés des services sociaux des collectivités. Les deux acteurs mettront en place des actions de sensibilisation à la rénovation énergétique dans les quartiers qui font face à une surconsommation d’énergie.

01 avr. 2022 La Montagne , 22/03/22

L’usine Constellium chauffera la ville d’Issoire

L’usine Constellium, spécialisée dans la fabrication de produits en aluminium, chauffera, à partir du mois de novembre 2022, 44 bâtiments de la ville d’Issoire avec la chaleur sortant de ses fours. « L’idée est de transférer de l’énergie depuis son lieu de production vers son lieu d’utilisation via un vecteur qui est de l’eau chaude », explique Tristan Thomazet, chef de projet chez Dalkia, la filiale du groupe EDF qui bénéficie de la délégation de service public pour vingt ans. Dans le cadre de ce projet, les équipes d’Energ’Iss, filiale de Dalkia, et leurs sous-traitants, sont en train d’installer neuf kilomètres de canalisations. En plus des fours de Constellium, le réseau sera alimenté par une chaudière biomasse et une chaudière gaz. Un ballon d’hydroaccumulation de 100 m3 sera installé, en complément, afin de stocker les pics de production de l’usine. Les sous-stations, qui viendront, à terme, remplacer les chaufferies classiques, seront aménagées dans les bâtiments desservis afin de diffuser cette chaleur. Le réseau sera alimenté à 90% par des énergies renouvelables et permettra ainsi d’éviter chaque année l’émission de 4 900 tonnes de CO2. Pour les Issoiriens, ce projet est une belle opération économique, avec des tarifs proposés par Energ’Iss très attractifs. D’où l’idée d’étendre ce réseau au sud de la ville. « On regarde pour récupérer de la chaleur fatale supplémentaire avec des industriels d’Issoire. Sinon, notre idée serait de construire une nouvelle chaufferie à énergie renouvelable sur la zone sud », indique Tristan Thomazet.

01 avr. 2022 lesechosdutouquet.nordlittoral.fr , 24/03/22

Explication sur le fonctionnement du réseau de chaleur géothermique du musée Louvre-Lens

À l’occasion du dixième anniversaire du musée du Louvre-Lens, le syndicat des énergies renouvelables (SER) et Dalkia ont organisé une visite du réseau de chaleur géothermique de l’établissement, qui fête également ses dix ans d’exploitation, pour en expliquer son fonctionnement. Selon la filiale du groupe EDF, ce réseau fonctionne tout au long de l’année, même lorsque le musée est fermé. « Contrairement à une pompe à chaleur au gaz, il n’est pas possible de couper le réseau de chaleur géothermique », souligne Dalkia, en charge de l’installation. Doté d’une énergie développée de 718 kWh, ce réseau de chaleur qui est l’un des plus importants du territoire national, offre un système vertueux de chaud et de froid, qui garantit la durabilité des œuvres au sein du musée. Il repose sur trois puits de 40 mètres de profondeur, aménagés autour du musée. La conservation des œuvres, fragiles, et la régulation de l’énergie constituent un enjeu majeur pour le Louvre-Lens. « On doit jouer avec l’inertie du bâtiment. On ne peut pas monter au-delà d’un demi-degré par rapport à la température réglementaire (20 degrés). Il faut toujours anticiper les périodes de chaud et froid. Ce sont donc des installations qui sont fines à suivre. C’est bien plus compliqué que du gaz. La régulation est au cœur de la géothermie », explique Olivier Louart, associé gérant chez Égee Développement, entreprise ayant contribué à la conception du système.

01 avr. 2022 cerema.fr , 24/03/22

La région PACA souhaite développer ses réseaux de chaleur et de froid renouvelables

Le lancement du projet européen LIFE Heat&Cool, porté par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), a eu lieu le 1er mars 2022, lors du premier Comité de Pilotage. Cette réunion a rassemblé l’ensemble des partenaires du projet : la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR), la métropole de Nice Côte d’Azur, le Cerema, ainsi que l’Agence de la transition énergétique (Ademe), et des acteurs du secteur de l’énergie, dont EDF et Dalkia. Le projet Life Heat&Cool vise à développer les réseaux de chaleur et de froid renouvelables et de récupération dans cette région sensible à la chaleur. Il s’inscrit dans le cadre de la stratégie régionale énergie-climat, qui se fixe pour objectif la neutralité carbone à l’horizon 2050. Ce projet répond également aux objectifs nationaux de la Loi pour la Transition Énergétique et la Croissance Verte (LTECV) du 17 août 2015. Celle-ci enjoint notamment de multiplier par cinq, entre 2012 et 2030, la chaleur renouvelable et de récupération produite par les réseaux de chaleur et de froid. La participation de plusieurs acteurs à ce projet devrait permettre d’atteindre les objectifs. Le Cerema, établissement public qui accompagne l’État et les collectivités territoriales dans l’élaboration, le déploiement et l’évaluation de politiques publiques d’aménagement et de transport, sera notamment en charge de deux des dix-neuf actions du projet : l’estimation et la localisation du potentiel régional, ainsi que de la prise en compte des réseaux de chaleur et de froid renouvelables dans les documents d’urbanisme.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

01 juil. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 01 juil.

A la une : Le Futuroscope : inauguration du nouveau système de chauffage et de climatisation

24 Juin. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 24 Juin.

A la une : EDF mise sur l’open innovation

17 Juin. 2022
Innovations et projets durables

Revue de presse du 17 Juin.

A la une : EDF et l’Institut Océanographique Paul Ricard agissent en faveur de la préservation de la biodiversité

Voir toutes les revues de presse