Développement Durable

Revue de presse

16 nov. 2018

Partager :

développement durable

16 nov. 2018 ouest-france.fr , 10/11/18

Enedis développe une solution de cogénération avec un maraicher

Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution et premier distributeur européen d’électricité s’est associé au groupe maraicher René-Briand pour développer « une solution innovante pour maîtriser la tension de son réseau ». Ensemble, ils testeront la « première offre en France de raccordement avec régulation dynamique de tension pour raccorder une cogénération » afin de produire en même temps chaleur et électricité. L’installation affichera une puissance électrique de 4,4 MW, qui sera raccordée au réseau public de distribution d’électricité de 20 000 volts. L’association SMILE (Smart Ideas to Link Energies), portée par les Régions Pays de la Loire et Bretagne, soutient ce projet. SMILE a pour ambition « de créer un grand réseau électrique intelligent pour l’Ouest de la France en s’appuyant sur ses atouts industriels dans le domaine du numérique, des énergies renouvelables et de la transition énergétique », explique Bernard Clouet, membre de l’association et président du SYDELA (Syndicat Départemental d’Energie de Loire-Atlantique).

16 nov. 2018 nouvellespublications.com , 06/11/18

Gardanne : Un éco-quartier chauffé grâce à l’eau de l’ancienne mine

Dans le cadre du projet de reconversion de l'ancien puits Morandat de Gardanne, la Semag, gestionnaire du nouveau pôle d’activités Yvon-Morandat, et Dalkia souhaitent utiliser la réserve d'eau souterraine de 35 millions de m3 du plus grand puis minier d’Europe pour chauffer ou climatiser les bâtiments du site. « Cette installation a pour but de créer de l'inertie en stockant de l'énergie et en la restituant au bon moment en chaud et froid. Ce procédé innovant, couplé à des pompes à chaleur, permet de mieux réguler le réseau, d'éviter les pertes d'énergie et de pomper l'eau du puits en journée lorsque le soleil alimente les nombreux panneaux photovoltaïques du site », explique la Semag. Ce système « unique en Europe », basé sur la géothermie, viendra chauffer et climatiser cet éco-quartier de 14 hectares, qui accueillera notamment la cité des sciences « Puits de sciences » en 2021. Afin de développer ce dispositif, la Semag et Dalkia ont lancé la structure Energie Solidaire, qui concevra, réalisera et exploitera ce réseau, dont les travaux ont débuté en août pour une mise en service au début de l’année prochaine. Ce sera le « premier réseau d'énergie français basé sur les eaux d'ennoyage de mine. Ces installations fonctionneront en autoconsommation, à partir de l'électricité produite par les panneaux photovoltaïques installés sur l'ensemble des toitures des bâtiments », expliquent les porteurs du projet, qui associe Energie Solidaire, l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, la Région PACA et la mairie de Gardanne.

16 nov. 2018 Nice Matin , 06/11/18

Nice s’engage pour le développement durable et la qualité de vie

Lundi 5 novembre, Christian Estrosi, maire de Nice et président de Métropole Nice Côte d’Azur, a annoncé 31 mesures visant à améliorer l’empreinte environnementale de la ville. Ce Plan Environnement, doté de 80 millions d’euros jusque 2020, s’oriente autour de huit angles d’actions. « Il s'agit de préserver au mieux les 73% d'espaces naturels que compte la Métropole », a expliqué le maire, qui assure que rien ne sera fait « dans la brutalité ou la sanction. Nos mesures seront incitatives, et non punitives. D'où le terme assumé de "transition écologique", car chacun à son rythme participera à ce processus ». Parmi les principales mesures, Métropole Nice Côte d’Azur rejoindra les signataires du pacte Finance-climat et sera l’un des quinze territoires à expérimenter les zones à faibles émissions. Par ailleurs, la Métropole souhaite encourager le développement des véhicules électriques et du vélo via des mesures incitatives. Un réseau de distribution de chaleur et de froid via l’énergie thermique des eaux traitées à la station d’assainissement est également en projet avec Dalkia. Enfin, Nice compte améliorer la qualité de vie, en adoptant notamment un plan de prévention du bruit de l’environnement, et va créer une Agence régionale de la biodiversité en lien avec la région PACA.

16 nov. 2018 regionreunion.com , 06/11/18

La région Réunion et le Sidélec signent la convention cadre 2019-2023

Dans le cadre du Colloque National organisé par la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies) qui a eu lieu le 6 novembre, la région Réunion et le Sidélec Réunion (Syndicat Intercommunal d’Electricité de La Réunion) ont signé la convention cadre 2019-2023 formalisant des actions partenariales. Cette convention devrait permettre d’atteindre les objectifs fixés par la version révisée de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) sur la période 2019-2023, soit un mix électrique à 79% renouvelable en 2023, puis 81% en 2028 et 100% à l’horizon 2030. Les actions partenariales portent sur la mobilité électrique, l’éclairage public, la précarité énergétique, ou encore l’électrification de Mafate. Pour Didier Robert, Président de la Région Réunion : « Cette signature marque un moment important auquel participe l’ensemble des partenaires Sidélec, EDF, SPL énergies Réunion, l’ADEME… La Région œuvre depuis plusieurs années pour que La Réunion devienne un modèle de croissance basé à la fois sur l’économie et l’écologie ». « À travers nos actions nous voulons permettre aux familles de consommer moins et aux collectivités d’avoir une facture électrique moins élevée » indique pour sa part Maurice Gironcel, Président du Sidélec Réunion.

16 nov. 2018 lemondedelenergie.com , 08/11/18

La blockchain remplacera les garanties d’origine

Dans le domaine de la production d’électricité, la traçabilité d’énergie, rendue possible par les garanties d’origine, permet de certifier, à l’instar d’un label biologique, que l’électricité consommée provient d’une source renouvelable qui respecte un cahier des charges précis. En France, cette régulation est assurée par Powernext, qui tient à jour un registre des installations de production d’énergie renouvelable et de leur production mensuelle. Les fournisseurs peuvent ensuite acheter des certificats issus de ce registre, qui permettent d’assurer à leurs clients que l’électricité proposée est « 100% verte ». Toutefois, dans les cas où l’électricité provient de l’étranger, le mode de production et l’origine sont difficilement traçables. Diluée dans un portefeuille, cette électricité peut ainsi être « verdie » par les fournisseurs ayant recours à un certificat de traçabilité. L’émergence de la technologie blockchain pourrait toutefois combler cette faille. Permettant de valider par la communauté une transaction et de l’inscrire sur un « bloc », la blockchain pourrait certifier la traçabilité de l’électricité dans un registre digital. Accessible à tous, un tel registre, à la fois dynamique, incorruptible, mais aussi décentralisé, pourrait remplacer Powernext et éviter tout « greenwashing » de la part des fournisseurs. A terme, l’usage de la blockchain pourrait également permettre aux producteurs d’électricité en autoconsommation - particuliers ou entreprises - de certifier l’origine de leur énergie lors de la vente des surplus. Un acheteur serait également libre de composer son propre mix électrique et d’acheter une électricité entièrement certifiée renouvelable. La blockchain permettrait ainsi à tout un chacun de devenir acteur de la transition énergétique. Evolution logique de la traçabilité d’origine, la blockchain devrait être amenée à la remplacer dans les années à venir, et à faire évoluer le marché de l’énergie, passant d’une approche « top down » à une relation acheteur-consommateur.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 déc. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 07 déc.

A la une : Conversion à la biomasse de la centrale d’Albioma

30 nov. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 30 nov.

A la une : La première installation de méthanisation collective inaugurée

23 nov. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 23 nov.

A la une : Smart Grid : fin de l’expérimentation à Les Haies

Voir toutes les revues de presse