Développement Durable

Revue de presse

06 juil. 2018

développement durable

06 juil. 2018 lesechos.fr, 28/06/2018

La blockchain : Une solution aux boucles énergétiques locales

La blockchain investit aujourd’hui le secteur de l’énergie. Se définissant comme une technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe de contrôle central, elle apparaît être la solution optimale de décentralisation des boucles énergétiques locales. Ces dernières ont le vent en poupe depuis l’entrée en vigueur de la loi du 24 février 2017 sur l’autoconsommation collective. Elles permettent d’éviter à la fois surproduction et surconsommation. Et génèrent de belles économies énergétiques circulaires. Les foyers concernés peuvent ainsi prétendre à une économie de l’ordre de 100 euros sur leur facture énergétique. La blockchain apporte de l’inaliénabilité, qui se caractérise par le fait qu’une fois la transaction effectuée, sa traçabilité et son suivi peuvent être surveillés et non modifiés. Par ailleurs, la blockchain offre la possibilité de partager la responsabilité. Ainsi, la blockchain apparaît comme un exceptionnel levier de croissance à côté duquel il serait dommageable que la France passe, compte tenu de son réseau de distribution très qualitatif et très favorable aux cycles courts de l’énergie.

06 juil. 2018 energie.sia-partners.com , 28/06/2018

Industries et collectivités alliées pour la récupération de chaleur

L’essentiel des pertes énergétiques constatées dans l’industrie sont libérées sous forme de chaleur non exploitée, dite chaleur fatale. L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) évalue qu’en 2014, sur 319 TWH de combustibles fossiles consommés par le secteur industriel français, 51% ont été perdus sous forme de fumées et de buées supérieures à 100°C. Or, c’est à ce seuil de température que la valorisation de la chaleur perdue peut se faire le plus aisément. Ainsi, le potentiel d’énergie identifié atteint le cinquième de la consommation d’énergie du parc résidentiel français en 2012. Industries et collectivités mettent en place des synergies afin de récupérer la chaleur industrielle, notamment en faisant appel à des réseaux de chaleur. L’un des exemples les plus aboutis est le réseau de chaleur de Dunkerque, dont 61% de la chaleur provient des fumées des chaînes d’agglomération de l’aciérie ArcelorMittal voisine. C’est Dalkia qui exploite ce réseau, lequel réduit de 30 000 tonnes par an les émissions carbonées. Les initiatives de récupération de chaleur peuvent s’inscrire dans la démarche plus large de l’écologie industrielle et territoriale. Cette dernière figure parmi les sept piliers d’action pour le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire. Le Nord Pas de Calais, avec son caractère très industriel, fait figure de collectivité exemplaire en la matière.

06 juil. 2018 greenunivers.com , 27/06/2018

Le plus grand parc photovoltaïque d’Europe dans le Lot-et-Garonne

Le département du Lot-et-Garonne est en passe d’installer le plus grand parc solaire d’Europe, lequel aura une puissance d’1,2 GW. Le projet devrait compter 6 à 7 fermes d’une puissance d’approximativement 200 MW chacune. Elles seront réparties sur 1 800 hectares situés sur quatre communes : Allons, Boussès, Sauméjan et Pompogne. Alors que le projet réunit cinq grands développeurs solaires traditionnellement concurrents, «ils devront réaliser une seule étude d’impact pour l’ensemble du parc solaire ainsi qu’une seule demande de raccordement auprès de RTE. Ils vont donc devoir travailler un peu ensemble » explique le vice-président du conseil départemental en charge de l’environnement et maire d’Argenton, Raymond Girardi. Représentant un investissement dépassant le milliard d’euros, le projet pourrait voir le jour à compter de 2021. Particulièrement investi dans cette initiative qui devrait permettre à son département de devenir un territoire à énergie positive, Raymond Girardi explique : « cette centrale solaire va offrir un revenu complémentaire pendant 20 ans aux agriculteurs, créer 200 emplois de maintenance non délocalisables et quelque 7 à 8 millions d’euros de rentrées fiscales par an pour le territoire. Nous avons ouvert la voie, d’autres vont suivre. J’ai déjà entendu parler de projets de grande capacité en cours de développement ailleurs dans le sud de la France ».

06 juil. 2018 euro-energie.com , 27/06/2018

Grand Nancy : Un moteur de cogénération pour le réseau de chauffage

Le 27 juin dernier, Dalkia livrait et posait un moteur de cogénération au sein de la chaufferie gaz enterrée du réseau de chauffage urbain du Grand Nancy. D’un poids de 30 tonnes, la cogénération qui sera installée par Dalkia en trois blocs successifs aura une puissance globale de 2,5 MW thermiques et 2,6 MW électriques. Une grue de 40 mètres de hauteur sera nécessaire pour procéder à cette installation. La mise en route du moteur sera effective le 28 octobre 2018. Celui-ci a vocation à fonctionner en continu cinq mois par an, du 1er novembre au 31 mars. « La cogénération est une solution énergétique particulièrement performante car elle permet d’augmenter le rendement de l’installation en comparaison à des productions séparées d’électricité et de chaleur. Elle s’inscrit dans une démarche globale de maîtrise des coûts énergétiques et de réduction des impacts environnementaux », précise Dalkia dans un communiqué.

06 juil. 2018 connaissancedesenergies.org , 26/06/2018

Expérimentation de piles à combustible pour produire de la chaleur

Alors que le gouvernement annonçait le 1er juin le lancement de son plan hydrogène afin d’assurer la promotion de ce gaz dans la transition énergétique, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) a officialisé le 26 juin un projet d’installation de cinquante piles à combustible dans des logements et des petites entreprises pour produire de la chaleur et de l’électricité. Cette expérimentation a vocation à ce que la France puisse tester cette technologie, déjà bien rodée au Japon et balbutiante en Allemagne, avant la fin de l’année. L’ADEME explique que « la pile à combustible répond particulièrement à l'évolution des besoins énergétiques des bâtiments, grâce notamment à son très bon rendement électrique ». « Le rendement énergétique atteint 140 à 150%, contre 100 à 105% pour une chaudière à condensation classique », a précisé Nicolas Doré, du service Bâtiment de l'ADEME. D’une durée de trois ans, cette expérimentation devrait permettre d’intégrer cette technologie sur le marché français et confirmer son intérêt environnemental.

06 juil. 2018 actu.fr, 03/07/2018

Deux chaufferies biomasse installées à Rouen

Deux chaufferies biomasse vont être installées sur le réseau de Chaleur Urbain Rouen–Bihorel (CURB), qui alimente Bihorel et les Hauts de Rouen. Ces installations permettront au réseau de doubler sa production et d’économiser 27 000 tonnes de CO2 par an. La première chaufferie viendra remplacer la chaudière à charbon arrêtée en 2017, tandis que la deuxième, la plus grande, sera installée sur le site de la Petite Bouverie. Grâce à ces nouveaux dispositifs, la production passera de 75 à 175 GWh et permettra au réseau de s’étendre. La chaufferie de la Petite Bouverie fera appel à la technologie de combustion étagée et sera d’une puissance de 17 MW. « Il s’agit d’un équipement unique en France. Il en existe trois dans le monde, dont deux au Danemark, où le procédé a été éprouvé », précise Maxime Langle, chef de projet chez Dalkia, en charge de l’installation. Afin de mener à bien ce projet d’un budget total de 47 millions d’euros, un financement participatif à hauteur d’un million sera lancé en novembre sur la plateforme en ligne Lendosphère. Si le dispositif est ouvert à l’ensemble des Normands, qui seront remboursés progressivement, les contreparties seront toutefois plus importantes en fonction de la proximité géographique du réseau de chaleur.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 juil. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 27 juil.

A la une : Paris s’engage à être auto-suffisante à 50% en 2054

20 juil. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 20 juil.

A la une : Financement participatif de la centrale photovoltaïque d’Aramon dans le Gard

13 juil. 2018
Développement Durable

Revue de presse du 13 juil.

A la une : L’Occitanie se rêve en première région d’Europe à énergie positive

Voir toutes les revues de presse