15 Juin 2016

L’incinérateur du Grand Dijon certifié ISO 50001 en six mois

Sur les conseils d’EDF et grâce à une forte mobilisation de ses équipes, l’usine d’incinération des ordures ménagères du Grand Dijon (UIOM) s’est lancée avec succès dans une démarche de certification ISO 50001. Cette norme récente (2011), encore rare pour ce type d’installation, mise sur l’amélioration de la performance énergétique en partant des usages. Et les résultats sont probants : l’UIOM a réduit sa consommation de gaz de 50% et d’électricité de 10% en un an.
 
echangeur de chaleur incinerateur grand dijonLe cercle vertueux des économies et de la performance énergétique. Après six mois seulement de préparation, l’UIOM a décroché en 2014 une certification encore rare pour ce type d’installation : « L’ISO 50001 couronne les efforts menés par l’usine depuis son raccordement au réseau de chaleur urbain fin 2013 », explique Frédéric Cès, responsable Qualité Sécurité Environnement de l’UIOM.
Auparavant, une partie de l’énergie issue de la combustion des déchets était rejetée dans l’atmosphère, perdue. Elle contribue désormais à hauteur de 20% du réseau de chaleur du Grand Dijon et permet de chauffer l’équivalent de 4000 logements. L’usine de traitement des déchets devient donc source d’énergie renouvelable : chaque année, elle produit près de 35 000 MWh d’électricité grâce à un groupe turbo alternateur et injecte environ 55 000 MWh de chaleur sur le réseau de chauffage urbain.
Les recettes ainsi générées sont de l’ordre de 3 millions d’euros par an. Ce qui, pour les habitants de l’agglomération dijonnaise, représente de belles économies ! « En substituant une énergie fatale à des énergies non renouvelables, nous réduisons par ailleurs nos émissions de gaz à effet de serre », se félicite Jean-Patrick Masson, vice-président du Grand Dijon en charge de l’environnement et adjoint au maire de Dijon.

Jusqu’en janvier 2016, l’ISO 50001 permettait par ailleurs de doubler le montant des certificats d’économies d’énergie (CEE)*. Un bénéfice tangible mis en avant par les experts d’EDF Commerce Est pour convaincre l’UIOM de se lancer dans la démarche. «  Du montage du dossier pour obtenir les CEE au travail pour le finaliser, le succès de l’entreprise doit beaucoup au partenariat noué avec les équipes d’EDF. Leur accompagnement a été déterminant », salue Jean-Patrick Masson.
Pour Rémy Combernoux, Directeur développement territorial EDF, l’UIOM avait surtout besoin de mieux cerner l’intérêt d’une telle démarche et d’être rassurée sur ses capacités à s’y préparer : « Nous avions déjà accompagné avec succès d’autres sites industriels dans l’obtention de cette certification. Nous étions donc convaincus que l’UIOM était parfaitement adaptée à la mise en place de l’ISO 50001 et que ce système de management énergétique pouvait l’aider à optimiser ses consommations énergétiques. L’usine était déjà certifiée ISO 14001 et compte-tenu de ce qu’elle avait déjà entrepris, nous ne doutions pas de sa capacité à obtenir l’ISO 50001 en six mois. »
 
incinerateur grand dijon S’il regrette la suppression du doublement du montant des CEE, Frédéric Cès n’en recommande pas moins la certification ISO 50001 : « Quand j’ai commencé la démarche, j’ai pris contact avec l'une des premières usines d’incinération à avoir obtenu cette certification. Son directeur m’a dit qu’ils avaient divisé leur consommation de fioul par deux. J’ai trouvé que c’était beaucoup mais finalement je le crois volontiers parce que nous-mêmes avons nettement diminué notre consommation de gaz et d’eau de ville. Se poser les bonnes questions dès le départ permet des optimisations importantes.»
 L’UIOM ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En améliorant continuellement sa performance énergétique, l’incinérateur vise désormais l’appellation « Unité de valorisation énergétique ». Une manière de contribuer encore un peu plus au réseau de chaleur du Grand Dijon.
 
* Les CEE sont l’un des instruments de l’Etat pour la mise en œuvre de sa politique de maîtrise de la demande énergétique. Les fournisseurs d’énergie, comme EDF, ont l’obligation de mettre en place et financer des actions d’économies d’énergie notamment auprès de leurs clients. Les CEE ainsi obtenus font l’objet d’une contrepartie financière accordée aux clients vertueux.
Haut de page