Revue de presse - Energie

A la Une : Publication du bilan prévisionnel de la demande de gaz

énergie

L’année du raccordement pour Enedis

Après un investissent de plus d’un milliard d’euros en 2017 pour effectuer plus de 400.000 raccordements, le gestionnaire de réseau de distribution, Enedis, veut faire en sorte que 20.000 foyers français soient en autoconsommation d’ici à la fin de l’année 2017. En ce qui concerne l’autoconsommation collective, la première installation sera inaugurée début décembre à Bordeaux. De plus, l’intégration des énergies renouvelables constitue l’un des principaux enjeux car cela implique une évolution des infrastructures. Comme l’a expliqué Antoine Jourdain, directeur délégué d’Enedis, « 95% d’entre elles sont reliées au réseau de distribution, or historiquement notre réseau n’avait pas été conçu pour la transition énergétique ». Enedis se voit donc dans l’obligation de construire de nouveaux ouvrages et de développer de nouvelles offres de raccordement intelligentes.
Sources : Enerpresse , 27/11/2017.

Publication du bilan prévisionnel de la demande de gaz

Par l’intermédiaire du bilan prévisionnel pluriannuel commun de la demande de gaz en France, les grands acteurs du secteur pensent qu’il est envisageable d‘obtenir 30 % de gaz renouvelable dans la consommation française à l’horizon 2030. Pour cela, ces derniers affirment qu’il faudra soutenir le développement de la production de biométhane, mais également de favoriser l’essor de nouvelles générations de gaz renouvelable. Les nouveaux usages du gaz sont aussi largement étudiés, notamment en ce qui concerne le gaz carburant qui pourrait être une solution efficace pour améliorer la qualité de l’air. Enfin, sur la base de complémentarité entre les systèmes énergétiques, le système gazier pourra apporter un équilibrage du système électrique en raison notamment du développement de l’électricité renouvelable.
Sources : euro-energie.com, 21/11/2017.

Quelles sont les limites actuelles du stockage d’énergie ?

Lors du troisième congrès TRION-climate, plus de 130 personnalités du secteur se sont réunies pour aborder le sujet du stockage énergétique et, entres autres, ses limites actuelles. En effet, les évolutions énergétiques, notamment en ce qui concerne les énergies renouvelables, mettent la question du stockage au centre de la problématique. Ingénieur à l’Eifer (Institut européen pour la recherche énergétique, cofondé par EDF et l’université de Karlsruhe), Maxime Zeller souligne que « à moyen terme, des besoins de stockage importants vont émerger, qu’il s’agit de préparer dès maintenant. Nous avons l’espoir d’une rupture technologique majeure sur les batteries ». Néanmoins, de nouvelles problématiques émergent car la durée de vie des batteries ou encore la quantité énergétique nécessaire à leur production sont encore à analyser pour maximiser la transition énergétique.
Sources : lalsace.fr, 24/11/2017.
Haut de page