Revue de presse - Développement durable

A la Une : L’éclairage toulousain aux énergies vertes

développement durable

Lorient, la ville du développement durable

La ville de Lorient a réussi à réduire sa facture énergétique en misant sur des chaudières à bois et des panneaux photovoltaïques sur les bâtiments publics. La politique mise en place est « une vraie stratégie municipale qui vise à la fois à la réduction de la pollution et de la facture énergétique » explique Laurent Tonnerre, adjoint à l’environnement de la mairie. Lorient investit notamment 60 000 € chaque année dans les aides et subventions diverses pour le photovoltaïque et installe une nouvelle chaudière à bois par an. La ville compte actuellement 12 chaudières à bois, qui assurent 35% de la demande. Par ailleurs, la facture de l’éclairage public est passée de 900 000 € en 2014 à 696 000 € en 2016, grâce au renouvellement de 100 armoires électriques, du remplacement des ampoules par un éclairage Led et à l’extinction de l’éclairage une partie de la nuit. Ces mesures et les économies réalisées ont permis à la ville de réduire les émissions de CO₂, passant des 6200 tonnes des années 1990, à 4598 tonnes en 2015. Lorient espère enfin atteindre l’objectif de 4300 tonnes en 2020.
Sources : Le Télégramme, 20/02/2017.

L’éclairage toulousain aux énergies vertes

Grâce à une politique ambitieuse, Toulouse produit maintenant 83% de l’électricité destinée à son éclairage public à partir d’énergies renouvelables. En 2014, la municipalité a inauguré une nouvelle station hydroélectrique sur la Garonne ainsi que la ferme photovoltaïque de Pech David grâce auxquelles la ville produit aujourd’hui 25,33 GWh par an. En parallèle, des lampadaires intelligents mis au point par Kawantech ont été installés dans certains quartiers peu fréquentés de la ville. En milieu de nuit, ces lampadaires éclairent très faiblement mais se rallument dès qu’un piéton ou une voiture passe à proximité, générant une économie annuelle d’électricité de 60% par rapport à des lampadaires classiques.
Sources : lenergeek.com, 18/02/2017.

Le crowdlending soutient fortement les énergies renouvelables

Témoin de la croissance du financement participatif (crowdfunding) dans le domaine du développement durable, la plateforme Lendosphère a récolté en 2016 plus de 8,5 millions d’euros. En deux ans, cette plateforme de crowdlending a pu financer en Nouvelle Aquitaine 8 sociétés dans la réalisation de leurs projets d’énergies renouvelables : cinq parcs éoliens, deux centrales solaires et un projet solaire à l’international. Autre phénomène non négligeable : la participation au financement des habitants des communes concernées par ces projets. Ceux-ci ont maintenant accès à des conditions de financements préférentielles. Certains financements de projets leurs sont également réservés. Au niveau des régions, la Nouvelle Aquitaine se retrouve à la pointe de cette tendance avec 1,25 millions d’euros investis par une communauté de 500 prêteurs pour les 8 projets régionaux.
Sources : Sud Ouest, 22/02/2017.
Haut de page