Revue de presse - Développement durable

développement durable

Autoconsommation, une entreprise lyonnaise se lance le défi

Cette initiative est une première en France : Ad Majoris, entreprise spécialisée dans la transformation des matières plastiques, se lance dans l’autoconsommation en produisant environ 10 % de sa consommation totale en énergie. Ce nouveau défi, avantagé par la baisse des prix dans l’énergie solaire divisés par 10 en dix ans, permet à l’entreprise de ne pas être soumise aux fluctuations des prix énergétiques. Ce projet comprend l’installation de 2.200 mètres carrés de panneaux photovoltaïques sur les toits de leurs bâtiments. Cette initiative permet également à la société d’améliorer son image en se présentant comme une entreprise respectueuse de l’environnement. Nathalie Constant, responsable des achats pour Ad Majoris, l’explique « on travaille dans une entreprise à image polluante, avec beaucoup de déchets plastiques, et on doit casser cela ».
Sources : batiweb.com, 12/07/17.

Nouveau Technopole pour Schneider Electric à Grenoble

Dans son projet de regroupement de sites, le groupe Schneider Electric a inauguré mercredi un bâtiment de 18 000 mètres carrés permettant d’accueillir le centre mondial référent de la recherche et du développement du groupe, ainsi que des laboratoires et des unités d’essais. Un autre bâtiment doit voir le jour courant 2019 pour accueillir la direction de l’innovation. Cet investissement de 120 millions d’euros entre dans le projet « GreenOValley » car ces bâtiments consommeront 40 % de moins en énergie et émettront 40 % de moins de CO2. Comme l’explique le PDG du groupe, Jean-Pascal Tricoire, « le futur sera électrique, décentralisé, décarboné et digital. Et le plus vertueux sera l'efficacité énergétique. C'est à la préparation de ce futur que ce Technopole est dédiée. La France est au cœur de Schneider et Grenoble est notre pièce maîtresse. Nous consolidons notre place dans l'écosystème grenoblois, qui marie université, recherche et industrie ».
Sources : lefigaro.fr , 12/07/17.

Un réseau de chaleur public pour la ville de Maubeuge

La municipalité de Maubeuge a décidé de créer un réseau de chaleur dans le but de chauffer les bâtiments publics et collectifs de la ville. Ce projet de 11,6 millions d’euros sera subventionné à hauteur de 70 %. Suite à différentes études de faisabilité menées pour trouver la solution la plus adaptée, le maire de la ville est intervenu : « la délégation de service public sous forme de concession est la mieux adaptée ». Ce réseau de chaleur sera principalement alimenté par la combustion des déchets au centre de valorisation énergétique du SMIAA. Les travaux devraient débuter fin 2018 à la suite des études requises.
Sources : lavoixdunord.fr, 15/07/17.

STX se développe dans les sous-stations électriques

Le groupe STX a présenté le 12 juillet sa deuxième sous-station électrique, qui permet de transformer l’électricité des éoliennes marines pour la transmettre vers le réseau électrique terrestre. La machine de 4.000 tonnes sera installée dans la mer baltique en 2018, aux abords de l’Allemagne et face à la Suède, dans le cadre du projet Arkona, composé de 30 éoliennes et visant à alimenter 400.000 foyers. Le contrat d’installation et de maintenance d’un an s’élève entre 50 et 100 millions d’euros. Présent sur ce nouveau marché depuis trois ans, l’objectif de STX est « de livrer deux sous-stations par an pour un chiffre d'affaires de 150 millions, sachant qu'une dizaine de sous-stations sont commandées chaque année en Europe ». Si 3.600 éoliennes marines sont installées en Europe, aucune n’est présente en France. Un regret pour Laurent Castaing, directeur du chantier naval, qui craint un retard de la France, alors que « chaque concurrent étranger se renforce ».
Sources : ouest-france.fr, 13/07/17.

Création d’une unité de méthanisation agricole

Une famille d’agriculteurs d’Amplepuis, dans le Rhône, a choisi de créer une usine de méthanisation sur sa ferme, en prolongement de l’activité de production agricole. Ses objectifs sont de produire de l’énergie locale et renouvelable en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et de créer 1,5 équivalent temps plein pour mener à bien ces projets. La méthanisation agricole se fera par voie sèche et valorisera jusqu’à 5.300 tonnes de matière par an, et sera associée à une cogénération biogaz de 130 kW électrique et une chaudière biogaz de 200 kW thermique. Plusieurs exploitations des alentours feront partie du projet, soutenu par la mairie et la Communauté d’agglomération de l’Ouest rhodanien, qui souhaite être indépendante énergétiquement d’ici 2050.
Sources : Le Progrès, 15/07/17.

Ouverture d’une unité de dessalement d’eau de mer fonctionnant à l’énergie solaire

L’île Rodrigues, pour faire face à ses problèmes d’alimentation en eau potable, a développé depuis plusieurs années de nombreuses unités de dessalement d’eau de mer fonctionnant grâce aux énergies fossiles. L’île va prochainement ouvrir sa première unité alimentée par de l’énergie solaire. Le projet, développé par la Commission de l’océan Indien (COI), et cofinancé par l’Union européenne et le Fonds français pour l’environnement mondial, sera développé par les sociétés françaises Quadran et Mascara. La première est spécialisée dans la production d’électricité issue d’énergies renouvelables, tandis que la deuxième a développé la technique de dessalement solaire photovoltaïque. La nouvelle unité se greffera à une usine de dessalement classique, déjà installée, et devrait être opérationnelle au début de l’année prochaine. Les panneaux solaires, d’un montant d’environ 600.000 euros, devraient être installés sur près de 600m² pour un total de de 60 kW, avec un objectif final de 12.000 m3 par an. La technologie devrait être développée dans d’autres territoires de l’océan Indien. Ce projet, l’un des premiers au monde, fait partie de l’un des dix-sept retenus dans le programme « Energies » de la COI, « qui vise à cofinancer des projets de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables ».
Sources : Le Quotidien de la Réunion, 13/07/17.
Haut de page