Revue de presse - Développement durable

A la Une : Des panneaux photovoltaïques financés par les citoyens

développement durable

Des ballons solaires pour répondre à l’urgence

Zephyr Solar, récente start-up française, a développé un système de ballons solaires pouvant être envoyés à travers le monde. L’entreprise est née d’une réflexion des fondateurs et de responsables d’ONG autour de la problématique énergétique liée aux situations d’urgence, notamment en cas de catastrophes naturelles. Les ballons de Zephyr Solar intègrent des panneaux solaires très légers et sont tenus par des câbles résistants, qui sont à la fois utilisés pour maintenir les ballons et conduire l’énergie jusqu’à une unité au sol, qui stocke et distribue l’électricité. Développés pour les situations d’urgence, les ballons sont très facilement transportables et ne nécessitent aucun outil pour être installés. Après avoir approvisionné un camp de réfugiés des Nations Unies en avril 2017, la start-up souhaite conquérir de nouveaux marchés, notamment les zones de populations isolées.
Sources : lenergeek.com, 30/09/2017.

Supraways développe un transport suspendu et automatique

Pour répondre à l’augmentation de la population et aux nouveaux enjeux de mobilité, la start-up Supraways développe un système de transports suspendus. L’entreprise réfléchit à un système de transport guidé aérien, composé de Supras 100 % électriques, permettant de transporter 6 personnes ou équivalent marchandise, à une vitesse moyenne de 50 km/h au-dessus des villes et de 100 km/h en inter-cité. Un système de rails sert de support et de guide. L’ensemble est alimenté en énergie renouvelable, notamment issue de panneaux photovoltaïques installés sur les stations. « La magie vient de deux caractéristiques particulières : d’abord il s’agit d’un réseau de boucles interconnectées, et non de lignes, bâti au-dessus de l’espace public ; ensuite, les stations étant en dérivation, comme sur une autoroute, chaque voyage se fait sans arrêt intermédiaire, d’un point à un autre du réseau. De plus, il n’y a pas d’interruption de service, la disponibilité des Supras étant permanente. Le système de contrôle des Supras permet de surcroit d’adapter en temps réel l’offre à la demande », explique Claude Escala, fondateur de Supraways.
Sources : enviscope.com, 25/09/2017.

Des panneaux photovoltaïques financés par les citoyens

La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Citoy’enR, basée à Toulouse, a pour ambition d’installer des panneaux photovoltaïques sur les toits de Toulouse et de ses alentours grâce à un financement des habitants. La coopérative compte installer 2.000m² de panneaux solaires sur seize bâtiments publics et privés et va passer des conventions de locations de toitures avec plusieurs collectivités locales. L’énergie produite sera ensuite injectée dans le réseau national. Citoy’enR a lancé un appel de fonds en juin afin d’inciter la ville de Toulouse et ses habitants à investir dans le projet. La SCIC a déjà récolté 40.000€ sur les 100.000 souhaités et bénéficie par ailleurs d’une aide de la Région et l’Ademe, suite à un appel d’offres gagné en décembre 2016, sur le principe de « pour chaque euro citoyen collecté, la Région ajoute un euro de plus ». Avec une part sociale fixée à 50€, la coopérative ne garantit pas le versement de dividendes, les bénéfices étant en priorité destinés à financer de nouveaux projets ou proposer des actions de sensibilisation aux économies d’énergie. Les premiers panneaux photovoltaïques pourraient être installés au cours du premier semestre 2018.
Sources : actu.fr, 27/09/2017.

Smart Avenir permet de permuter entre électricité et gaz

Lancé le 6 février 2017 dans la région PACA, le dispositif Smart Avenir permet de passer d’un approvisionnement électrique au gaz selon sa consommation. Lancé par le Club de l’immobilier, en partenariat avec RTE et GRDF, ce système, qui équipe près de 6.000 foyers de la région, permet de diminuer la consommation électrique, de réaliser des économies et une gestion de l’approvisionnement plus optimale. Le dispositif est installé dans les logements par les promoteurs immobiliers pour un coût de 1.000€. Un investissement vite amorti selon le Club de l’immobilier, car Smart Avenir « offre surtout un avantage concurrentiel dans la commercialisation des logements. Grâce à cet argument ils se vendent plus rapidement ». Côté utilisateurs, le dispositif permettrait des économies de 350 à 400€ par an, soit 2,5 millions d’euros au total, et 24 millions de kilowattheures. Pour RTE, ce projet permet de résoudre certains problèmes d’alimentation du réseau, tandis que GRDF y voit une opportunité : « la réglementation thermique permet de faire des logements tout électrique pour moins cher que le gaz, nous devions trouver une place », explique Damien Rosinha, responsable de projet à GRDF.
Sources : 20minutes.fr, 25/09/2017.
Haut de page