Revue de presse - Développement durable

A la Une : En 2050, Paris pourrait être 100% renouvelable

développement durable

Issy-les-Moulineaux précurseur en matière d’innovations

Issy-les-Moulineaux, ville de la banlieue sud-ouest de Paris, développe depuis plus de six ans son propre quartier intelligent sous l’impulsion de son maire. Pour cela, de nombreux partenariats ont été noués avec des start-up et de grandes entreprises dans le but de concevoir et d’exploiter ce premier « smart grid » français. « Issy grid » se tourne principalement vers trois grands objectifs : la réduction des gaz à effet de serre, l’intégration de la production locale d’énergie et la mise en place de nouveaux modes de consommation tels que la recharge de voitures électriques. Ce réseau, conçu comme un laboratoire, avance étape par étape après que chaque innovation précédente est validée.
Sources : lhemicycle.com, 09/04/2018.

Les « batteries communautaires » jugées viables

Selon une étude récemment publiée, basée sur le travail commun de la société Alfen spécialisée dans le stockage d’énergie et l’agrégateur de flexibilité Peeeks, le stockage d’énergie à petite échelle peut constituer une option rentable et viable. L’amélioration de ce type de stockage va permettre de développer les sources d’énergies décentralisées telles que le photovoltaïque et l’éolien individuels, considérés comme des éléments importants de la transition énergétique. Ce rapport détaille les contours du marché afin d’aiguiller les gestionnaires de réseaux et autres parties prenantes. Toutefois, l’étude indique que la plupart des pays empêchent un opérateur de réseau de posséder ces solutions de stockage. Dans ce cadre, des acteurs indépendants possèdent les batteries avant de commercialiser leur capacité en tant que service aux gestionnaires de réseaux et autres acteurs impliqués.
Sources : les-smartgrids.fr, 13/04/2018.

En 2050, Paris pourrait être 100% renouvelable

Pour savoir si les objectifs pour le moins ambitieux de Paris sont réalisables, une interview a été menée auprès de la chargée de la coordination des ONG sur la transition énergétique pour le CLER (Réseau pour la transition énergétique), Anne Bringault. En effet, la ville souhaite n’utiliser que des énergies renouvelables et réduire de 80% ses émissions de gaz à effet de serre. Selon Anne Bringault, « ces objectifs sont atteignables. La ville de Paris a demandé à un cabinet d’études de se pencher sur la question et celui-ci a démontré qu’ils pouvaient être réalisés en s’appuyant seulement sur les technologies actuelles. La concrétisation de cette vision s’appuie surtout sur une réduction par deux de la consommation d’énergie et par exemple une rénovation ambitieuse du bâti existant ».
Sources : nouvelobs.com, 06/04/2018.
Haut de page